Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


La douche anti-SDF, un nouveau dispositif qui fait scandale

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 5 Décembre 2017, 23:12pm

Catégories : #Société

 

La Fondation Abbé Pierre lance une opération contre la multiplication des dispositifs destinés à éloigner les sans-abri. A Paris, une installation fait polémique.

La douche anti-SDF ? Bien sûr qu’il connaît. Moggy, un sans-abri de 50 ans, passe ses nuits à côté. Il se lève et désigne l’entrée d’un parking souterrain : « C’est là. » Quelques minutes plus tard, le dispositif se déclenche au passage d’un technicien en intervention dans le quartier.

« Mais c’est quoi ce truc ? » lance-t-il. Le bas de son pantalon est trempé par les jets qui tombent du plafond et éclaboussent le trottoir. Ce système, installé au cœur de la capitale, près de la très commerçante rue de Rivoli, est dans le viseur de la Fondation Abbé Pierre.

LIRE AUSSI >Paris : des bancs anti-SDF dans le métro font polémique

Elle organise ce mercredi matin, comme nous le révélons, une opération coup de poing à Paris, Lyon, Metz et Marseille pour dénoncer la multiplication des dispositifs destinés à chasser les marginaux : pans inclinés, rebords à picots, bancs avec accoudoir… Le slogan : « Au lieu d’empêcher les SDF de dormir ici, offrons-leur un logement décent ailleurs. »

QUESTION DU JOUR. Êtes-vous choqué par les dispositifs anti-SDF 

Des jets d’eau froide à l’entrée du parking

La douche du Ier arrondissement est, elle, d’autant plus décriée qu’elle est implantée dans un lieu symbolique : en face de l’immeuble où ont été constitués les premiers groupes Emmaüs, après le célèbre message de l’abbé Pierre de l’hiver 1954. Le prêtre, qui a vécu et travaillé ici, appelait à une « insurrection de la bonté » en faveur des « couche-dehors ».

On en est loin… Moggy dort dans la rue depuis une dizaine d’années. Quand il n’est pas au point d’accueil de l’immeuble Emmaüs, où passent jusqu’à 300 sans-abri chaque jour, il traîne près de la douche anti-SDF avec ses compagnons d’infortune. Les riverains ne sont pas tendres avec sa bande.

« Quand le jet ne fonctionne pas, ils viennent uriner dans l’entrée du parking et vous n’imaginez pas l’odeur, surtout l’été. C’est insupportable », assène Nini, caissière du petit supermarché attenant. « Lorsque vous sortez avec vos enfants et que la porte du parking s’ouvre sur quelqu’un en train de faire ses besoins, ce n’est pas très agréable », insiste aussi une habitante, qui loue un box. « Et puis certains sont très agressifs, voire violents », ajoute son mari.

Le système, bricolé en interne par les employés de la société Pénates, propriétaire du parking, est équipé d’un détecteur de présence qui déclenche une coulée d’eau froide. Seuls les automobilistes munis d’un badge d’accès évitent l’eau.

« Mouiller quelqu’un ce n’est pas méchant »

« Nous avons fait preuve de beaucoup de tolérance mais ce n’était plus possible. Ces jets, c’est ce que nous avons trouvé de plus efficace », explique Eric Lafontaine, le responsable de services généraux de Pénates. « Je comprends que cela puisse choquer, poursuit-il. En même temps, mouiller quelqu’un ce n’est pas bien méchant. »

D’autres dispositifs ont déjà fait scandale. Le maire d’Argenteuil (Val-d’Oise) avait dû renoncer en 2009 à un spray répulsif destiné à éloigner les SDF. Grosse bronca aussi en 2014 à Angoulême (Charente) qui a grillagé des bancs pour empêcher des marginaux de s’allonger.

« Ces procédés sont particulièrement violents par ce qu’ils représentent, dénonce Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre. Nous, nous disons : plutôt que de faire la guerre aux pauvres, faisons la guerre à la pauvreté. »

Dans le cadre de sa campagne, la fondation Abbé Pierre invite le public à prendre des photos des dispositifs anti-SDF et à les publier sur les réseaux sociaux avec le hashtag #soyonshumains. Les photos géolocalisées seront ensuite répertoriées sur le site soyonshumains.fr.

source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lou 06/12/2017 09:03

un jour la roue tourne, les gens qui pensaient être à l'abri de la précarité se retrouvent sdf. La solution c'est l'Etat, ce dernier a le devoir de réintégrer son concitoyen qui se trouve en détresse c'est cela la solidarité, la déchéance humaine disparaît et tout le monde vit son destin de façon honorable.

La pire forme d’absurdité est d’accepter ce monde tel qu’il est aujourd’hui, et de ne pas lutter pour un monde comme il devrait être "Jacques Brel "

Mario 06/12/2017 16:41

Bonjour, je suis en accord avec votre commentaire, sauf sur celui qui dit que la solution c'est l'état.

Je suis canadien(québécois) et ici l'état s'occupe de tout, ou presque, et si la mauvaise idée vous venait d'être à l'article de la mort un vendredi un peu avant 17hrs, vous verriez en action, l'immobilisme institutionnalisé, la 'sclérose' d'un système pour qui vous n'êtes qu'un numéro au bas d'une feuille.

Un peu de gouvernement, mais pas trop !!!

Nous sommes sociaux !

Articles récents