Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Maladie de Lyme et co-infections : le premier test universel pour les maladies transmises par les tiques

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 20 Février 2018, 11:59am

Catégories : #Santé

Un nouveau test sanguin promet de révolutionner le diagnostic de la maladie de Lyme, mais également des autres maladies transmises par les tiques. Une chance de bénéficier d’un traitement plus tôt. 

Maladie de Lyme et co-infections : le premier test universel pour les maladies transmises par les tiques ERIK_KARITS/EPICT
 

 

 

 

 

 

 

 

La maladie de Lyme, douloureuse et invalidante, est très difficile à diagnostiquer. Car quand les premiers signes de la maladie apparaissent, la morsure de tique est souvent guérie et oubliée. On estime en moyenne que 27 000 nouveaux cas sont détectés chaque année en France, alors que près de 55 000 malades seraient documentés chaque année. 

Un test sanguin mis au point par des chercheurs du Centre des maladies infectieuses et immunitaires de l’Université de Columbia (Etats-Unis), promet de révolutionner le diagnostic de cette maladie et de sept autres infections provoquées par les morsures de tiques. Capable de tester la présence de 170 000 fragments de protéines bactériennes et virales, les résultats sont publiés dans la revue Nature: Scientific Reports

Les tests actuels sont limités 

Il existe déjà des tests pour diagnostiquer les maladies transmises par des tiques, mais ils ne peuvent tester plus d’une infection à la fois. Et concernant la maladie de Lyme, deux tests distincts sont nécessaires. 

Conséquence : moins de 40% des patients malades seraient identifiés avec précision selon les chercheurs de l’étude. Il existe même des maladies, comme le virus Powassan ou le virus Heartland, pour lesquels il n’existe pas encore de test fiable. 

Jusqu'à huit pathologies détectées

Le nouveau test sanguin, appelé le Tick-Borne Disease Serochip (TBD Serochip), comble ces lacunes. En effet, sa première version permettrait d’identifier huit agents pathogènes présents dans les tiques aux Etats-Unis (Anaplasma phagocytophilum, Babesia microti, Borrelia burgdorferi - la maladie de Lyme-, Borrelia miyamotoi, Ehrlichia chaffeensis, Rickettsia rickettsii, virus Heartland et virus Powassan). 

Le Tick-Borne Disease Serochip permettrait aussi d’identifier si une personne est infectée par plusieurs agents pathogènes, ce qui est important car les traitements antibiotiques ne sont pas forcément les mêmes. Au fur et à mesure que de nouvelles pathologies transmises par les tiques seront découvertes, le TBD Serochip pourra être modifié. Un processus qui mettrait, selon les chercheurs, moins de quatre semaines. 

source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christophe 21/02/2018 18:53

Vous traitez souvent le sujet et ses évolutions, merci d'en parler c'est important

lou 20/02/2018 13:40

tout ce mécanisme mis sur le dos de cet insecte n'est que l'arbre qui cache la forêt.
Même des gens n'ayant pas mis le pied en nature l'attrape... bizarre !!!
La tique existe depuis bien longtemps et ce n'est que maintenant que nous atteignons des seuils pathogènes records. Personnellement, la tique de mon point de vue serait plutôt une maladie de civilisation due à toutes les merdes qui nous entourent , la liste est longue.....De toute façon il faut toujours trouver un coupable qui ne pourra jamais honorer sa dette !!! cela arrange beaucoup de secteurs financiers.

Christophe 21/02/2018 18:56

Les tiques sont un des vecteurs de transmission, vous pouvez rajouter (c'est moins connu) les moustiques, puces de lit, taons etc

Nous sommes sociaux !

Articles récents