Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le réchauffement climatique est une escroquerie, personne ne parle de la pollution radiologique et électromagnétique

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 5 Décembre 2018, 09:51am

Catégories : #Climat

Il y a fort longtemps, un petit groupe d’usuriers, las de recourir à des scélérats de passage pour recouvrir l’argent et les intérêts accumulés de pauvres gens endettés jusqu’au cou et qui ne pouvaient plus payer, imaginèrent un expédient commode pour collecter plus de profit en dehors de leur bourg :  taxer l’air que les étrangers de passage devaient respirer.
Après tout, l’eau, la substance la plus abondante sur terre se vend, pourquoi pas l’air ? Le réchauffement climatique est une escroquerie, personne ne parle de la pollution radiologique et électromagnétique

Cette idée fut réduite à néant par le premier étranger de passage, un chef de horde de chevaliers teutonniques, fort irascible et au nombre de neurones limités. Outré de payer pour l’air qu’il inhalait, il laissa sa bourse mais promis de revenir faire jouir ses hommes des bienfaits de l’air de ce village perdu entre la Lettonie et la Pologne. A deux pièces d’or par tête, cet air devait bien avoir des propriétés miraculeuses.

Notre chef de bande revint avec ses hommes, armés jusqu’aux dents, et donnant licence à sa horde, entreprit de massacrer les fins matois qui ont osé lui faire payer l’air qu’il respire. Les bandits mercenaires qui étaient chargés de faire régner la terreur sur les paysans locaux ayant été empalés, les usuriers firent face à la colère et aux fourches des gens du terroir. Deux ou trois usuriers y laissèrent leur peau mais les plus riches achetèrent un sauf-conduit au royaume voisin et relatèrent leur mésaventure aux grands usuriers tenant le roi et ses grands barons. Le roi fut contraint malgré lui à guerroyer contre les chevaliers errants, les forçant à s’unir mais là est une autre histoire.

Cette petite histoire issu d’un folklore perdu illustre à merveille la nouvelle escroquerie qu’est l’idée saugrenue mais lucrative de la taxe Carbone ou du réchauffement climatique.

Certains sont même allés à proposer de taxer les émissions carbone des vaches. Et celles des 7,5 milliards d’humains ?  (Faites vos calculs)

La plupart des villes sont polluées mais pas qu’au carbone.

Pis, personne ne parle de la pollution radiologique et électromagnetique, dont les effets sont bien plus dangereux sur la santé que le souffre ou le plomb des pots d’échappement des automobiles ou le cadmium et l’arsenic des produits électroniques.

On peut sans peine se balader dans une belle clairière verte ou le long d’une rivière aux eaux limpides et ingurgiter assez de radiations pour vous envoyer ad patres en première classe après quelques années.

Et les effets néfastes des ondes électromagnétiques ?  Des pathologies aux troubles psychiques ?

Et l’effet des perturbateurs endocriniens ?  Des faux médicaments (70 %  de la totalité des médicaments vendus dans le monde) ?  Rien. Pas de taxe. Ça viendra.

La planète est polluée mais le cycle du carbone obéit à des lois qui échappe partiellement à nos théories actuelles. La volonté de certains gouvernements de taxer les émissions carbone répond d’abord et avant tout à un besoin de trouver de nouveaux fonds de commerce, accessoirement à cacher les grands pollueurs radiologiques et électromagnétiques.

Une grosse escroquerie.

Pour le réchauffement climatique, on en reparlera quand on entamera la nouvelle ère glaciaire qui s’annonce.

source:https://strategika51.blog/2018/12/04/le-rechauffement-climatique-est-une-escroquerie-personne-ne-parle-de-la-pollution-radiologique-et-electromagnetique/

Réseau international

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Franck 06/12/2018 17:52

Le refroidissement climatique est proche et la taxe carbone ne se justifie pas (et ne s'est jamais justifiée).


En effet tout le monde ou presque se trompe sur le climat, en particulier sur le rôle des émissions de CO2.

Cette affirmation va déranger quelque peu les béni-oui-oui de la religion climatique, et pourtant…

Le CO2 présent dans l'atmosphère n'est pas la cause du réchauffement de la planète mais sa conséquence.

La température de la planète dépend de la chaleur délivrée par le soleil qui elle-même dépend de la combinaison des cycles d'activité (11 et 150 ans pour les plus courts). Le XXe siècle a ainsi connu un nombre élevé de tâches solaires créant le réchauffement qu'on a observé. L'effet de serre, cher aux écologistes non-physiciens, entre peu en jeu.

L'effet de serre lui-même dépend des gaz à effet de serre principaux que sont la vapeur d'eau (humidité, nuages) et dans une moindre mesure le méthane (putréfaction des forêts tropicales).
Dans l'effet de serre le CO2 est 50 et 100 fois moins efficace que les deux GES précités et entre très peu en jeu.

Le CO2 atmosphérique provient du dégazage des océans (loi de Henry, que chacun apprend en seconde) dont la teneur en CO2 dissous (issu des carbonates sédimentaires) augmente avec la température de la planète. Le CO2 produit par les activités humaines est lui-même faible devant celui émis par les océans et ne change pas la concentration atmosphérique, par définition reflet de l' équilibre avec le CO2 dissous dans les océans, lesquels le réabsorbent si besoin est.

Au total, diminuer les émissions de CO2 n'a qu'une incidence infinitésimale sur le climat et l'homme n'a, du moins par ce biais, aucune influence sur le climat de la planète. Tant pis pour son ego ! Et tout ce tintamarre pour « sauver la planète » est une énorme niaiserie (politique sous couvert de scientifique).
Mieux vaut axer les recherches et les financements sur l'adaptation au réchauffement climatique, puis au refroidissement, voir plus bas, et aider les pays en voie de développement à utiliser leurs ressources naturelles pour améliorer les conditions de vie de leurs populations.

Les mondialistes utilisent des arguments fallacieux pour contrôler les nations dans le cadre d'un nouvel ordre mondial auxquels ils aspirent au détriment de l'intérêt des peuples eux-mêmes. Les "travaux" du GIEC sont une supercherie. Et les perroquets de la pensée dominante leur emboîtent le pas sans le moindre esprit critique et sans se rendre compte que cette dernière a la fâcheuse tendance à évoluer dans le temps…

Et justement, les cycles d'activité solaires évoluent relativement vite et nous conduisent dans quelques années (20 ans tout au plus compte tenu de l'inertie océanique mais probablement moins car nous avons déjà atteint un minimum solaire en fin du cycle 24, voir les articles de la NASA) à un refroidissement général, comparable à celui de la "mini période glacière" de la fin du XVIIe siècle (minimum de Maunder), qui sera hélas possiblement renforcé par l'accroissement observé de l'activité volcanique de la planète (poussières atmosphériques).

De grâce, calmons le jeu sur la « taxe carbone », le temps de voir arriver le refroidissement climatique (auquel il va falloir se préparer), et ne serait-ce que pour ne pas avoir l’air idiot dans quelques années quand nous aurons des hivers à -25°C .

Il y a suffisamment à faire pour l’écologie (diversité biologique , poumons des citadins, etc.) pour ne pas emmerder les gens avec le CO2 qui n’y est pour rien dans le climat.

En conclusion, le CO2 n’y est pour rien dans le climat et la taxe carbone ne se justifie pas.
Des véhicules électriques dans les centres-villes, oui, des diésels en campagne, sans problème.



Article récent annonçant le refroidissement climatique

https://www.express.co.uk/news/science/1048495/long-range-weather-forecast-warning-solar-minimum-maximum-space-news

.

Nous sommes sociaux !

Articles récents