Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


L’océan Indien à la rescousse de Gulf Stream?

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 26 Septembre 2019, 15:58pm

Catégories : #Sciences

Depuis plusieurs décennies, les scientifiques s’attendent à ce que la fonte des glaces de l’Arctique perturbe significativement la circulation océanique dans le nord-atlantique. Un phénomène qui commencerait à être visible et qui devrait s’accentuer à l’avenir avec la poursuite du réchauffement global. À moins que l’océan Indien n’en décide autrement…

Circulation de l’océan et densité des eaux 

Le système de courants marins dans le bassin atlantique – appelé AMOC en anglais – est en partie piloté par la densité des eaux. Si elles deviennent assez denses, elles plongent vers les profondeurs en créant un appel de masse depuis le sud. C’est ainsi qu’est maintenue l’extension vers le nord du Gulf Stream. On parle plus précisément de dérive nord-atlantique.

Actuellement, la plongée se produit près des mers entourant le Groenland et le Svalbard, là où l’océan est suffisamment froid et salé. Or, avec le changement climatique, l’océan se réchauffe et – surtout – la glace fond en libérant de l’eau douce. De ce fait, la couche océanique supérieure tend à devenir moins dense dans cette zone critique. On s’attend ainsi à ce que la plongée océanique soit de plus en plus difficile et que la circulation océanique ralentisse.

océan circulation
 
Mise en évidence des zones de plongée des eaux il y’a environ 35 millions d’années, lorsque la circulation océanique atlantique s’est mise en route. L’échelle est donnée en mètres de profondeur. Crédits : David K. Hutchinson & al. 2019.

Si ce ralentissement devient suffisamment important, il aura des conséquences certaines pour le climat des continents adjacents – dont l’Europe. Néanmoins, pas de scénario type Le Jour d’après à prévoir !

L’océan Indien à la rescousse ?

Cependant, une nouvelle étude avance qu’une force de compensation plutôt inattendue pourrait intervenir. Publié dans la revue Nature Climate Change, le papier explique que le réchauffement accéléré de l’océan Indien serait en mesure de contrebalancer l’affaiblissement de l’AMOC. Pour arriver à ces conclusions, les auteurs ont couplé observations et modèle climatique de haute résolution.

La suite sur sciences post

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents