Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le Smecta est à éviter en raison de la présence de plomb (Prescrire)

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 9 Septembre 2019, 13:38pm

Catégories : #Santé

Les médicaments à base d'argile, « en plus de leur intérêt limité, sont contaminés par du plomb », rappelle la revue Prescrire dans son numéro d'août. « Autant s'en passer », estime-t-elle.

« Les argiles à visée médicale sont extraites du sol. Par leurs propriétés absorbantes, elles captent des impuretés du sol, dont le plomb. »

« Des médicaments à base d'argile sont autorisés dans divers troubles digestifs tels des diarrhées, des troubles fonctionnels intestinaux bénins, les brûlures gastriques ou les reflux gastro-œsophagiens, sans efficacité tangible démontrée », indique la revue.

En 2018, l'Agence française du médicament (ANSM) a rendu publics les résultats d'une étude ayant mesurée la plombémie chez des adultes après prise de diosmectite (Smecta ou autre), rappelle la revue.

« Selon l'ANSM, ces données ont permis d'estimer que cette contamination au plomb exposerait les enfants âgés de moins de 2 ans traités pendant 7 jours par disomectite à une plombémie atteignant plus de 50 microgrammes par litre. Une telle plombémie est connue pour exposer à des troubles neurocomportementaux. »

Début 2019, l'ANSM a informé des modifications des informations officielles des médicaments à base d'argile.

La revue précise que mi-2019 en France :

  • les spécialités Smecta et Diosmectite Mylan ne sont plus autorisées chez les enfants âgés de 2 ans ou moins ;

  • les spécialités Actapulgite et Bedelix ne sont plus autorisées chez les enfants ;

  • il est prévu qu'une contre-indication chez les enfants soit ajoutée pour Gastropax ;

  • les autres spécialités à base d'argile restent réservées, sans changement, aux adultes ou aux enfants âgés de plus de 15 ans.

« L'ANSM précise que l'utilisation des médicaments à base d'argile « n'est pas recommandée » chez les femmes enceintes ou qui allaitent. »

« Étant donné l'intérêt très limité de ces médicaments, autant s'en passer quels que soient l'âge et la situation clinique », estime la revue.

Psychomédia avec source: Prescrire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents