Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Nantes : ils font pousser des micro-forêts 100 fois plus riches en biodiversité

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 4 Septembre 2019, 08:32am

Catégories : #Environnement

« MiniBigForest » ou comment faire pousser 300 arbres sur l’équivalent de 6 places de parking ! Même si l’idée peut paraître surprenante, c’est possible. La méthode, qui consiste à créer une micro-forêt native, a été mise au point par un botaniste japonais, Akira Miyawaki : 10 fois plus rapide, 30 fois plus dense, 100 fois plus de biodiversité qu’une forêt traditionnelle. Un duo de nantais a entamé cette révolution arboricole discrète dans l’agglomération nantaise.

 

À une dizaine de kilomètres de Nantes, aux Sorinières, l’abbaye de Villeneuve abrite depuis peu la première micro-forêt native de la métropole. À l’entrée, derrière le mur d’enceinte, 600 tiges pointent le bout du nez à travers le paillage. Hautes de quelques centimètres, elles s’étalent sur une petite surface 200 m2. Ça, une forêt ? On pourrait en rire, en effet. Pourtant, d’ici deux ans, quelques jeunes pousses de chênes sessiles, de frênes, de bourdaines, d’hêtres, d’aulnes, de bouleaux pubescents, d’érables, et tant d’autres essences locales atteindront les deux mètres. Dans trois ans, ce sera une forêt autonome. Et son potentiel dépassera de loin les forêts plus classiques, consacrées à la sylviculture industrielle, où les arbres sont plantés en monoculture, en rangs d’oignons, avec beaucoup d’espacement, de manière à pousser droit pour les besoins des consommateurs. Ici, c’est plus sauvage, plus dense, plus libre, plus résilient… et nettement plus performant, écologiquement parlant.« Ce n’est pas une forêt de production, mais de transmission : nous voulons léguer ces forêts aux générations futures », déclarent Stéphanie et Jim, qui ont fondé l’association Minibigforest.

Jim et Stéphanie à l’Abbaye de Villeneuve.

Elle est membre des Colibris depuis quinze ans, cherchant à faire sa part à petits pas. Lui est naturaliste autodidacte, gambadant avec passion dans la nature sauvage et ayant passé son enfance dans une cabane construite dans un orme. Tous deux exprimaient l’envie« d’œuvrer plus grand pour la planète », mais ne savaient pas trop comment s’y prendre.Jusqu’à cette rencontre « électrisante », en juin dernier, au festival Aux Arbres, à Nantes. Le couple a vibré devant Shubhendhu Sharma, un petit homme énergique qui montrait au public six places de parking en photo : « Ici, vous pouvez planter 300 arbres », annonçait-il. Ancien ingénieur automobile indien, il a planté une micro-forêt sur le site de son entreprise, sur une initiative du botaniste japonais Akira Miyawaki, le père de la micro-forêt. Shubhendu Sharma a lui-même poursuivi l’aventure au fond de son jardin, sur 100 m2, puis avec son entreprise de micro-forêt, Afforestt.

Akira Miyawaki, lui, en est à 40 millions d’arbres dans le monde entier, en suivant une méthode qu’il a découverte en Allemagne dans les années 1960 : le potentiel naturel de végétation.

Crédit image : Afforest.
Crédit image : Urban Forest

La suite ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

radekap 09/09/2019 08:27

synotropie cela ca s appelle :)

elisa 04/09/2019 19:01

Wouahhh!! Quelle BONNE nouvelle..Allez, courage..On avance, le monde /Notre Terre vont s'en sortir, ON va l'aider, O?N est là pour ça

Nous sommes sociaux !

Articles récents