Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Le coronavirus est-il aussi dangereux pour les jeunes ?

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 17 Mars 2020, 07:25am

Le taux de mortalité croît avec l'âge, mais des cas sévères et des décès restent néanmoins possibles chez les plus jeunes.

 

LA QUESTION. Très tôt dans l’épidémie, les chercheurs chinois se sont aperçus que l’âge avancé était un important facteur de risque d’aggravation en cas de contamination par le coronavirus. Dans une étude publiée le 9 février, portant sur 1 099 cas de malades hospitalisés en Chine pour une infection confirmée à coronavirus, les plus de 65 ans avaient six fois plus de risque que les patients plus jeunes de s’aggraver. C’est-à-dire d’être transférés en soins intensifs, d’avoir besoin d’une ventilation assistée voire de mourir. 

D’emblée, l’attention des médecins était ainsi attirée sur les seniors. Toutefois, ces données montraient déjà clairement, en nombre absolu, que la moitié des malades hospitalisés avaient moins de 50 ans. Quels sont donc les risques pour les plus jeunes ?

VÉRIFIONS. Le 24 février, une publication de référence, dans le Journal of the American Medical Association (Jama), portant cette fois sur plus de 44. 000 malades chinois confirmait cette proportion et la plus forte mortalité, pour les patients âgés. La mortalité était calculée à 1,3 % chez les cinquantenaires, puis doublait quasiment pour chaque décade supplémentaire : 3,6 % chez les soixantenaires, 8 % chez les septuagénaires et 14,8 % à partir de 80 ans.

La semaine dernière, sur la base de prépublications en ligne MedRxiv, des chercheurs de l’université d’Oxford, de l’Imperial College et de l’université Queen-Mary de Londres analysaient plus de 1 000 décès par infection au coronavirus survenus en Chine et ailleurs. Seulement un sur cinq avait moins de 60 ans, mais un sur cinq tout de même. Les statisticiens calculaient un taux de mortalité, hors Chine, de 1,33 % après 60 ans et de 0,39 % en dessous. Confirmation, une nouvelle fois que les risques de décès existent aussi avant 60 ans. Une étude américano-chinoise soulignait toutefois que les plus à risque de décès étaient les hommes de plus de 60 ans pour qui un diagnostic de pneumonie était initialement posé et qui avaient tardé à consulter.

Manque de recul

Une étude a comparé 221 patients hospitalisés pour infection au coronavirus, 55 dans un état sévère et 166 moins graves. Sans surprise, la moyenne d’âge était de 62 ans dans le premier groupe, où la mortalité atteignait 22 %, et de 51 ans dans le second, sans aucun décès.

lire la suite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents