Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Un logiciel suspect basé sur l’IA a vérifié des bulletins de vote par correspondance avec peu de surveillance humaine dans les principaux États clés disputés (RI)

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 12 Novembre 2020, 15:39pm

Catégories : #Nouvel ordre mondial

Vice President

par Whitney Webb.

Un logiciel basé sur l’IA non testé a été utilisé pour vérifier les signatures des bulletins de vote par correspondance dans des localités très contestées comme le comté de Clark, au Nevada. L’entreprise qui le produit a des liens étroits avec Lockheed Martin et Microsoft et son fondateur a une dent contre Donald Trump.

Alors que les accusations de fraude électorale lors de l’élection présidentielle américaine de 2020 ont déferlé sur les médias sociaux et certains organes d’information pendant une grande partie de la semaine dernière, rares sont ceux qui se sont penchés sur le rôle d’une entreprise peu connue de la Silicon Valley dont l’algorithme basé sur l’intelligence artificielle (IA) a été utilisé pour accepter ou rejeter des bulletins de vote dans des États très contestés comme le Nevada.

Cette société, Parascript, entretient depuis longtemps des liens étroits avec des entrepreneurs de la défense tels que Lockheed Martin et des géants de la technologie comme Microsoft, en plus d’être un contractant du Service Postal américain. En outre, son fondateur, Stepan Pachikov, plus connu pour avoir cofondé l’application Evernote en 2007, est un donateur de longue date et pour les élections de 2020 aux candidats démocrates à la présidence.

Le logiciel basé sur l’intelligence artificielle de Parascript a été utilisé lors de cette élection dans au moins huit États pour faire correspondre les signatures des enveloppes de vote avec celles des bases de données gouvernementales afin « d’alléger la charge de travail du personnel chargé de faire respecter les règles relatives à la signature des électeurs » résultant de l’afflux de bulletins de vote par correspondance. Reuters, qui a fait un rapport sur l’utilisation de cette technologie, a demandé à la société de fournir une liste des comtés et des États utilisant son logiciel pour les élections de 2020. Parascript a cependant refusé de fournir la liste, répondant plutôt que leurs clients « comprenaient 20 des 100 plus grands comtés par le nombre d’électeurs inscrits ».

Bien que Reuters n’ait pas reçu la liste officielle de Parascript, l’agence a pu établir sa propre liste partielle, qui a révélé que plusieurs comtés de Floride, du Colorado, de Washington et de l’Utah, entre autres, ont utilisé le logiciel basé sur l’IA pour déterminer la validité des bulletins de vote. Reuters a également signalé que le comté de Clark, au Nevada, qui est l’un des points chauds des litiges entre les campagnes Trump et Biden et les allégations de fraude, était l’un de ceux qui utilisaient le logiciel. Reuters a pu déterminer comment le logiciel a été utilisé dans certains comtés, de nombreux comtés permettant au logiciel d’approuver entre 20 et 75% des bulletins de vote par correspondance comme étant acceptables. Pour plusieurs comtés figurant sur la liste de Reuters, le personnel a examiné 1% ou moins des acceptations du logiciel de Parascript. Les chiffres n’étaient pas disponibles pour le comté de Clark, au Nevada.

Avant l’élection, des inquiétudes ont été soulevées quant à l’efficacité du logiciel de vérification de signature pour les bulletins de vote par correspondance. Par exemple, Kyle Wiggers, un journaliste spécialiste de l’IA pour Venture Beat, a noté que la précision de ces systèmes varierait entre 74 et 96%. Cependant, il a également déclaré que « nous n’avons pas de points de référence des systèmes qui sont utilisés pour vérifier les signatures sur ces bulletins de vote par correspondance. Nous devons essentiellement nous en remettre à ce que les fabricants des systèmes nous disent, à savoir que les systèmes sont précis ». Étant donné que les États et les comtés se sont appuyés sur les entreprises elles-mêmes pour obtenir des informations sur la précision de leurs algorithmes, il devient important d’examiner plus en profondeur Parascript, leurs partenaires et leurs logiciels.

Un « Xpert » non testé

En mai dernier, Parascript a annoncé une nouvelle version de son logiciel de vérification automatique des signatures, appelé SignatureXpert, qui, selon la société, est capable « d’évaluer les signatures des bulletins de vote et de les comparer aux signatures des dossiers d’électeurs tirées des permis de conduire », ajoutant que « grâce à la perfection de l’image acquise par l’apprentissage automatique, même les permis de conduire en basse résolution peuvent être utilisés ».

Au moment de l’annonce, le Vice-Président du marketing et de la gestion des produits de Parascript, Greg Council, a déclaré :

« Nous avons fait beaucoup de recherches avec nos partenaires et nous avons découvert que, souvent, la manière la plus efficace pour les municipalités de créer des bases de données de signatures d’électeurs était de les extraire des signatures sur les permis de conduire … Mais nous avons constaté que ces images sont souvent stockées à des résolutions plus faibles. Grâce à notre nouveau traitement d’images à apprentissage automatique avancé, nous pouvons prendre des images de plus faible résolution et les améliorer à des niveaux de qualité élevés qui permettent d’utiliser la vérification automatisée des signatures sur un plus grand nombre de bulletins de vote ».

Ce que le Conseil n’a pas déclaré, c’est que la plupart des signatures sur les permis de conduire sont acquises via une tablette électronique ou un pad de signature, ce qui donne souvent lieu à une signature très différente de celle écrite sur un bulletin de vote en papier.

En ce qui concerne l’utilisation de leur nouveau logiciel SignatureXpert pour les élections de 2020, la société a déclaré dans un article de blog que « l’ASV [vérification automatisée des signatures] est utilisée aujourd’hui dans les processus de vote par correspondance de nombreux États pour fournir des garanties solides que chaque vote est traité de manière équitable et examiné de manière approfondie ». Pour cette élection, certaines des plus grandes villes et comtés d’Amérique déploient le logiciel ASV de Parascript pour aider leurs équipes de vérification à produire des résultats précis ».

Le 30 octobre, le blog de Parascript sur son logiciel indiquait également que l’algorithme n’avait pas encore été vérifié pour son utilisation sur les bulletins de vote par correspondance, mais il tentait d’occulter ce fait. En réponse à la question « Est-ce une technologie éprouvée ? », le post a répondu :

« Dans le cas de Parascript, la réponse est oui. L’IA qui permet à SignatureXpert de fonctionner a fait ses preuves dans le secteur bancaire depuis plus de dix ans et on lui fait confiance pour produire des résultats de vote fiables. Des États tels que l’Oregon, le Colorado, Washington et l’Utah l’utilisent pour s’assurer que chaque élection est efficace, légitime et sûre. Les électeurs peuvent également être assurés que SignatureXpert est toujours utilisé pour aider, et non remplacer, les fonctionnaires électoraux, de sorte qu’il n’y a pas lieu de craindre que les robots de l’ASV ne truquent secrètement les élections ».

Si l’IA qui alimente SignatureXpert a été testée pour une utilisation dans le secteur bancaire, elle n’a pas été testée pour une utilisation sur des bulletins de vote par correspondance. En outre, la déclaration selon laquelle plusieurs États utilisent le logiciel « pour s’assurer que chaque élection est efficace, légitime et sûre » omet le fait que la version de SignatureXpert à utiliser sur les bulletins de vote par correspondance n’a été annoncée qu’en mai dernier et n’a pas encore été testée pour les bulletins de vote par correspondance, n’ayant été utilisée auparavant qu’au Colorado pour vérifier les signatures sur les pétitions. En outre, l’affirmation selon laquelle SignatureXpert ne fait qu’aider et ne remplace pas les agents électoraux varie selon les comtés, car chaque comté décide s’il y a une surveillance humaine et dans quelle mesure.

Comme mentionné précédemment, Reuters a constaté que dans plusieurs comtés, les humains n’examinent que 1% ou moins des bulletins de vote acceptés par le logiciel Parascript.

Il convient également de noter la déclaration finale de Parascript concernant la promotion de l’utilisation de son logiciel basé sur l’intelligence artificielle pour les bulletins de vote par correspondance lors de l’élection présidentielle. La société déclare que « quel que soit le candidat qui remporte les élections de 2020, le processus de vote aura changé à jamais. L’IA telle que celle utilisée par Parascript deviendra de plus en plus courante dans la bataille sans fin pour protéger nos élections contre la fraude ».

Le post de Parascript

Aujourd’hui, Parascript compte des clients dans de nombreux secteurs, dont la finance, les soins de santé, la logistique et la sphère publique, l’un de ses clients les plus importants étant le Service Postal américain (USPS). Depuis 2011, Parascript fournit à l’USPS des équipements de tri de courrier automatisé et groupé qui utilisent la technologie de reconnaissance optique de caractères (OCR) de la société.

En plus de ses contrats de plusieurs millions de dollars avec l’USPS, Parascript est partenaire d’un autre grand contractant de l’USPS, Lockheed Martin. Bien qu’il soit surtout connu comme fabricant d’armes et un élément clé du complexe militaro-industriel, Lockheed Martin est également depuis longtemps le contractant du système de lecture à distance de l’USPS, qui utilise le logiciel de Parascript. Grâce à son partenariat avec Lockheed, le logiciel de Parascript fait partie du processus de tri automatisé du courrier de l’USPS depuis au moins 2003.

Un communiqué de presse de Parascript a déclaré ce qui suit concernant la relation entre Lockheed Martin et Parascript en ce qui concerne ce système de l’USPS :

« Parascript a été reconnu [par Lockheed Martin], en particulier, pour son logiciel de reconnaissance optique de caractères (OCR) très avancé et fiable pour la reconnaissance et l’interprétation des adresses manuscrites sur les envois de courrier grâce à sa technologie AddressScript. L’objectif principal du système OCR AddressScript est de travailler en étroite collaboration avec la technologie avancée de traitement du courrier de Lockheed Martin pour satisfaire et dépasser les exigences de l’USPS ».

Depuis 2017, Lockheed Martin fournit également à l’USPS ses systèmes de traitement de « nouvelle génération » pour les colis et le courrier. Ces machines de traitement « sont capables de séparer automatiquement les pièces de courrier, de lire les adresses imprimées et manuscrites, et de trier les paquets, le courrier prioritaire et le courrier groupé », selon un communiqué de presse de Lockheed Martin. Le logiciel basé sur l’IA de Parascript identifie et trie automatiquement les adresses.

Lockheed Martin est notamment l’un des principaux investisseurs de la société de cybersécurité liée au renseignement Cybereason, qui, depuis plus d’un an, simule divers scénarios chaotiques pour les élections américaines de 2020. Les différentes simulations de Cybereason se sont soldées par la destruction totale de la foi des Américains dans le processus électoral et par la déclaration de la Loi Martiale consécutive. Malgré les liens évidents et durables de Cybereason avec l’appareil de renseignement d’une puissance étrangère (Israël) qui a l’habitude d’utiliser des portes dérobées dans les logiciels pour espionner le gouvernement américain, Lockheed Martin a servi de conduit clé qui a permis au logiciel de cybersécurité de Cybereason d’accéder à certains des systèmes les plus classifiés des États-Unis. Au cours de ce cycle électoral, les filiales de Lockheed Martin ont fait des dons importants aux deux candidats mais ont donné près de 27 000 dollars de plus à Biden qu’à Trump.

En outre, Parascript est également associé à Pitney Bowes, un « partenaire de partage des tâches » privé qui trie et traite environ 15 milliards de pièces de courrier par an pour le compte de l’USPS. Pitney Bowes est également l’une des principales entreprises qui a fait pression pour la privatisation de l’USPS, finançant même un rapport rédigé par l’Académie Nationale de l’Administration Publique (NAPA) qui a établi une feuille de route pour transformer l’USPS en un « hybride public-privé » dans lequel tous les composants de détail et de traitement de l’USPS seraient privatisés. Selon le matériel promotionnel de l’entreprise, la « Solution exemplaire de tri du courrier » de Pitney Bowes utilise le logiciel de Parascript. Plus récemment, Pitney Bowes s’est fortement orientée vers le commerce électronique, développant une relation très étroite avec eBay, qui appartient au milliardaire de la Silicon Valley et donateur du Parti Démocrate Pierre Omidyar.

Pitney Bowes propose depuis longtemps un système automatisé de vote par correspondance pour les élections, appelé Relia-Vote, qui a été utilisé pour trier les bulletins de vote par correspondance lors de l’élection présidentielle de 2020. Cependant, Relia-Vote est maintenant la propriété de Bluecrest, un spin-off de Pitney Bowes qui opère indépendamment de sa société mère depuis 2018. Bluecrest est actuellement détenue par Platinum Equity, une société d’investissement fondée et dirigée par Tom Gores. Gores a fait un don de 100 000 dollars à Hillary Clinton dans le cadre de sa candidature infructueuse à la présidence en 2016. Il n’est pas clair si la dernière version de Relia-Vote, qui a été utilisée lors de l’élection présidentielle de 2020, utilise le logiciel basé sur l’intelligence artificielle de Parascript.

Compte tenu de l’utilisation du logiciel basé sur l’IA non éprouvé de Parascript pour la vérification des signatures sur les bulletins de vote par correspondance lors de l’élection très disputée de cette année, il convient de noter la présence quasi omniprésente du logiciel de cette société sur les machines de tri automatique du courrier et ses liens de longue date avec l’USPS et d’autres entrepreneurs importants de l’USPS.

Les puissants partenaires de Parascript

En plus de Lockheed Martin, Parascript bénéficie de partenariats avec d’autres sociétés de premier plan ayant des liens de longue date avec les services de renseignements américains. Par exemple, Parascript est partenaire de Hewlett-Packard, une société dont les liens étroits avec la CIA et sa branche de capital-risque In-Q-Tel, notamment sous la direction de Carly Fiorina, sont un secret de polichinelle.

Parascript est également partenaire d’IBM. L’année dernière encore, la CIA a engagé la Vice-Présidente fédérale d’IBM, Juliane Gallina, comme responsable de l’information de l’agence de renseignement. À ce poste, Gallina supervise « les efforts de modernisation de la CIA ainsi que la meilleure utilisation de l’énorme quantité de données qu’elle possède ». En outre, IBM est une grande entreprise qui mène la campagne de création de « villes intelligentes » aux États-Unis et dans le monde, mais à ce jour, elle a concentré une grande partie de ses efforts sur la Chine et entretient des liens de longue date avec les élites politiques et économiques chinoises. En outre, IBM est l’un des quatre sponsors du Centre pour la Transition Présidentielle, qui a publié une déclaration dimanche (8 novembre) exhortant le Président Trump à céder à son rival Joe Biden. IBM avait déjà parrainé l’initiative de Biden contre le cancer pour le Département des Affaires des Anciens Combattants lorsqu’il était Vice-Président et, ce cycle électoral, a fait un don de 640 801 dollars à Biden, contre 139 373 dollars à Trump.

En plus de ses partenariats avec HP et IBM, Parascript est également un partenaire « or » de Microsoft pour le développement d’applications et entretient une relation de longue date avec le géant de la technologie. La précédente itération de Parascript en tant que société, Paragraph International, a développé la première technologie de reconnaissance de l’écriture manuscrite utilisée par Microsoft dans les années 1990. Lorsque Paragraph International s’est transformé en Parascript, le partenariat s’est poursuivi par le développement d’applications, Microsoft intégrant pleinement la technologie de reconnaissance d’images de Parascript dans son logiciel SharePoint en 2014.

Il est à noter que les deux anciens logiciels Parascript, qui sont à la tête du développement du tri du courrier de l’USPS, occupent désormais des postes importants chez Microsoft. Le responsable du développement du logiciel de lecture automatique d’adresses de Parascript, Mikhail Parakhin, est désormais le vice-Président de la technologie de Microsoft. Max Lepikhin, qui travaillait directement sous Parakhin en supervisant le développement du logiciel de tri du courrier Parascript, travaille actuellement chez Microsoft en tant qu’ingénieur logiciel principal.

Relia Vote
Stepan Pachikov, fondateur de Parascript, avec Bill Gates en 1990

Les dirigeants de Microsoft ont manifesté un soutien évident à Biden au cours de ce cycle électoral, avec près de 2 millions de dollars qui lui ont été donnés dans sa tentative d’évincer Trump. En outre, l’épouse de l’ancien PDG de Microsoft, Steve Ballmer, a fait don du montant maximum pour un individu à la campagne de Biden, tandis que l’actuel Président de Microsoft, Brad Smith, a organisé des collectes de fonds pour Biden. Le directeur de la technologie de Microsoft, Kevin Scott, a également fait un don de plus de 50 000 dollars pour soutenir les efforts électoraux de Biden, et Reid Hoffman, le fondateur de LinkedIn qui siège au conseil d’administration de Microsoft, a été l’un des plus grands donateurs de Biden au cours de ce cycle de campagne, canalisant plus d’un demi-million de dollars vers Biden, le CND, et les PAC connexes. Les filiales de Microsoft ont fait des dons à la RNC pendant ce cycle électoral, mais ces dons sont éclipsés par les contributions au CND et à Biden.

Actuellement, l’infrastructure électorale américaine est supervisée par la Cybersecurity and Infrastructure Security Agency (CISA) du Département de la Sécurité Intérieure, dirigée par Chris Krebs, qui était un cadre supérieur de Microsoft avant de prendre ses fonctions actuelles. Sous la direction de Krebs, le centre des opérations électorales de la CISA pour 2020 comprend des représentants des principales entreprises de la Silicon Valley, dont Google, Facebook et Twitter, ainsi que des entreprises de « technologie électorale » non spécifiées. Le centre travaille également avec le Centre pour la Sécurité sur Internet, qui est financé par le Fonds pour la Démocratie du milliardaire de eBay Pierre Omidyar et compte plusieurs membres de l’équipe de cybersécurité de l’administration Obama et/ou du Conseil National de Sécurité au sein de son conseil d’administration. Microsoft s’est directement associé aux efforts du Centre pour la Sécurité sur Internet dans le cadre des élections de 2020 en juin dernier et IBM est également partenaire du centre.

Krebs, en sa qualité de Directeur du CISA, a plaidé en faveur de la mise en œuvre du logiciel controversé ElectionGuard de Microsoft à l’échelle nationale. ElectionGuard a été développé conjointement par Microsoft et Galois, un entrepreneur en cybersécurité pour l’État de sécurité nationale dont les seuls investisseurs sont l’Agence des Projets de Recherche Avancée de la Défense du Pentagone (DARPA) et le Bureau de la Recherche Navale. Au cours des deux dernières années, Microsoft a finalisé des accords ou est en train de rédiger des accords avec les principaux fabricants de machines à voter aux États-Unis. Microsoft a déclaré publiquement à plusieurs reprises la semaine dernière qu’il s’attendait à ce que ElectionGuard soit largement adopté dans tout le pays pour l’élection présidentielle de 2024 et, apparemment, pour toutes les élections présidentielles suivantes. ElectionGuard a récemment fait l’objet d’une évaluation élogieuse de la part de l’American Enterprise Institute, un organisme néoconservateur.

Stepan Pachikov et le double standard démocrate de « l’ingérence russe »

Compte tenu de ses partenaires, il n’est pas surprenant que le fondateur de Parascript et de nombreux employés aient des liens étroits avec d’éminents milliardaires de la Silicon Valley et soient connus pour leur soutien au Parti Démocrate et leur aversion pour le Président Trump.

Il convient de noter que Parascript International a été fondée par une équipe d’immigrants d’Union Soviétique dirigée par Stepan Pachikov et financée par des investisseurs américains en capital-risque. Sous le nom de Paragraph International, elle a conclu plusieurs gros contrats avec Apple et Microsoft dans les années 1990 avant de devenir Parascript en 1996. La plupart des cadres supérieurs de Parascript sont des citoyens russes qui travaillent pour la société depuis des décennies, à partir de l’époque où elle était Paragraph International.

Pachikov, comme mentionné, est plus connu comme co-fondateur d’Evernote. Le PDG fondateur d’Evernote et actuel Président, Phil Libin, a développé des liens étroits avec Jeff Bezos d’Amazon et Reid Hoffman de LinkedIn. Pachikov, comme beaucoup d’autres dans la Silicon Valley, est un fervent transhumaniste qui continue à promouvoir l’utilisation et le développement d’implants cérébraux pour « améliorer la mémoire » et « rêve d’immortalité en transférant tous les souvenirs vers l’intelligence artificielle ». En fait, la vision originalede Pachikov pour Evernote était celle d’une interface cerveau-machine qui permettrait à un utilisateur de « se souvenir de tout ». Dans un article écrit par Pamela Rosen pour le blog d’Evernote, Pachikov dénote sa conviction que « la technologie future [existera] comme une extension physique littérale du cerveau humain, peut-être sous la forme d’une puce intégrée », Pachikov ajoutant que « nous n’avons pas le choix » lorsqu’il s’agit de fusionner le corps humain avec les machines. « C’est juste un autre type d’intégration », affirme-t-il.

Outre son adhésion au transhumanisme, Pachikov est un donateur de longue date des candidats du Parti Démocrate, ayant contribué à la campagne présidentielle d’Obama, à la campagne présidentielle infructueuse d’Hillary Clinton en 2016 et aux campagnes sénatoriales précédentes, et au Parti Démocrate dans ce cycle électoral. Le dégoût de Pachikov pour Donald Trump a fait l’objet d’un article dans Bloomberg en 2016 intitulé « Les Russes-Américains ne soutiennent pas tous Trump« .

Dans ce contexte, une chose particulièrement étrange concernant le rôle de Parascript dans les élections de 2020 est qu’il n’y a eu aucune plainte du Comité National Démocrate ou de tout « Russiagater » éminent concernant une société fondée par des citoyens russes et dont le personnel est en grande partie composé de citoyens russes. On pourrait penser que le fait que des Russes aient été si étroitement impliqués dans la vérification des bulletins de vote par correspondance lors d’une élection présidentielle très disputée, en particulier lorsque cette technologie a été accusée d’être biaisée contre les minorités ethniques et les immigrants pour qui l’anglais est une seconde langue, suscite la détresse de ceux qui s’inquiètent de l’ingérence étrangère dans le processus électoral.

Le CND et de nombreux Démocrates de premier plan ont avancé des allégations (discréditées) d’ingérence russe dans les élections de 2016 en faveur de Donald Trump (et contre Hillary Clinton), avec de nombreux avertissements ces derniers mois que les « Russes » chercheraient à s’immiscer dans la compétition de 2020 entre Donald Trump et Joe Biden. En effet, des régions très contestées du pays, dont le comté de Clark, dans le Nevada, ont utilisé le logiciel Parascript et ont ensuite été accusées de fraude électorale, ce qui aurait sans doute déclenché la colère des Russiagaters un peu partout. Cependant, comme les partisans du Russiagate sont en grande partie des partisans de Biden et des critiques de Trump, il semble que les principales occasions de donner un nouveau souffle au récit discrédité du Russiagate soient facilement mises de côté lorsqu’elles profitent à leur candidat préféré.

source : https://unlimitedhangout.com

traduit par Réseau International

 

Source(s) : Reseauinternational.net via Gâchette

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents