Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


10 fois plus de pluie en octobre 2012 qu'en octobre 2011 !

Publié par Dav sur 6 Novembre 2012, 00:13am

Catégories : #Climat

La météo d’octobre aura fait parler d’elle ! Le monde se souviendra de la naissance et des dégâts de l’ouragan Sandy. Mais pas uniquement. La France a également connu un mois difficile. Après une fin d’été très sèche, la météo a radicalement changé, laissant des régions sous des trombes d’eau. Bilan : octobre 2012 a été 10 fois plus pluvieux qu’octobre 2011.

Ces deux dernières semaines, la France a subi de violentes intempéries. Le Var, le Nord – Pas-de-Calais furent inondés et les Isérois avaient déjà les pieds dans la neige. La pluviométrie fut un record par endroits. D’après La chaîne météo, à Nantes, Dieppe, au Havre, Ajaccio et Luc-en-Provence, le taux de précipitations a excédé de deux fois et demie voire trois fois la moyenne. Les zones sinistrées par des pluies accrues se situaient dans le sud-ouest, le nord et l’extrême sud de l’est du pays. D’importantes inondations se sont produites en Poitou, Normandie, Paca, Corse et dans les Pays de la Loire.

 


Le Pas-de-Calais a subi d'intenses intempéries et inondations à deux reprises la semaine dernière. La vigilance météo vient d'être levée. Au total, 30 communes ont été sous les eaux. © idé

Une persistante dépression sur l'océan Atlantique est en cause, qui n’a cessé de déclencher de forts événements pluvieux sur la côte ouest. Le vent du sud, alors directement influencé par les conditions météorologiques de l’océan, a fait remonter l’humidité de la mer méditerranée, provoquant d’intenses intempéries sur toute la région Paca et la Corse. Le mois d’octobre 2011 dans l’ouest avait été exceptionnellement sec, les conditions anticycloniques dominaient. Nantes, Dieppe et Bordeaux étaient en déficit de précipitations. Ainsi, en octobre 2012, dix fois plus de pluies sont tombées à Nantes (218 mm en octobre 2012 contre 19 mm en octobre 2011).

Les fortes précipitations de la semaine dernière n’ont pas eu que de mauvais côtés : elles se sont produites lorsque la température de l’air était froide et l’évapotranspiration moindre, les nappes phréatiques ont donc pu se recharger. En d’autres termes, le sol et les végétaux étaient dans des conditions telles que l’eau a pu s’infiltrer et atteindre les nappes sous-terraines, dans lesquelles est puisée l’eau potable. Après une fin d’été bien sèche, ces couches en avaient fortement besoin. La fluctuation précipitations-climat doux dans le sud-ouest a de plus favorisé la pousse des champignons, les cèpes notamment qui régaleront les gourmets.

La France a connu un automne 2011 exceptionnellement chaud, extrêmement sec sur une grande partie du pays. Les pluies de l’automne ont été très contrastées. Elles ont été nettement excédentaires sur les zones méditerranéennes, mais très largement déficitaires partout ailleurs. Dans l’Ouest, le Sud-Ouest et le Nord-Est, les déficits de précipitations ont été souvent supérieurs à 50 %, parfois même à 60 %. © Météofrance, cc by-nc-sa-2.0
 
Futurasciences
NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents