Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Article sans titre

Publié par Dav sur 9 Septembre 2013, 08:51am

Catégories : #Société

 

Initiative de Vincent Peillon, le texte stipule qu'aucun élève ne peut contester un cours en invoquant sa religion. Et fait l'impasse sur d'autres sujets de contentieux.

 

(Photo d'illustration). (POL EMILE/SIPA)

(Photo d'illustration). (POL EMILE/SIPA)
 

 

Une charte de la laïcité, voulue par Vincent Peillon, va rappeler à partir de lundi 9 septembre, dans chaque école, collège ou lycée public, qu'aucun élève ne peut contester un cours en invoquant sa religion. Cette "charte de la laïcité à l'école" reste toutefois silencieuse sur d'autres sujets de contentieux : menus de la cantine, jours de fêtes religieuses ou assiduité.

Le ministre de l'Education nationale dévoile officiellement le texte lundi matin dans un lycée de La Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne) en présence du président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone ou encore de l'ancien garde des Sceaux Robert Badinter.

La "vocation" de la charte est "non seulement de rappeler les règles qui nous permettent de vivre ensemble dans l'espace scolaire mais surtout d'aider chacun à comprendre le sens de ces règles, à se les approprier et à les respecter", explique le ministre dans un courrier aux chefs d'établissement.

 

 

"Un strict devoir de neutralité"

 

Ces directeurs devront afficher la charte dans les jours qui viennent dans un lieu "visible de tous", de préférence dans "les lieux d'accueil et de passage", et la présenter lors des réunions de rentrée avec les parents. Il est souhaitable que son affichage "revête un caractère solennel et constitue un moment fort dans la vie des écoles", ajoute le ministère dans une circulaire à paraître prochainement.

Les élèves découvriront alors un texte de quinze paragraphes qui, vocation pédagogique oblige, porte d'abord sur les grands principes. Et qui définit la mission de la laïcité à l'école : elle "offre aux élèves les conditions pour forger leur personnalité" en les protégeant "de tout prosélytisme et de toute pression".

Plus concrètement, la charte rappelle quelques règles déjà écrites : "les personnels ont un strict devoir de neutralité", le port de signes religieux ostentatoires est interdit, nul ne peut invoquer ses croyances pour refuser de se plier au règlement intérieur. Elle en ajoute une : "aucun élève ne peut invoquer une conviction religieuse ou politique pour contester à un enseignant le droit de traiter une question au programme". Cette disposition est susceptible de mettre un point final aux polémiques qui peuvent jaillir dans certains collèges et lycées autour des cours de biologie abordant la reproduction ou la théorie de l'évolution, ou en histoire sur la naissance des religions ou la Shoah.

 

"Symbolique"

 

Mais Valérie Marty de la fédération de parents d'élèves Peep déplore que la charte fasse l'impasse sur d'autres sujets épineux, notamment autour "du sapin de Noël ou de la cantine". Parfois, "il y a un scandale parce qu'il y a du poisson à la cantine le vendredi", dit-elle. Même regret pour Jean-Pierre Obin, inspecteur général honoraire de l'Education nationale. Pourtant, "le droit existe sur ces questions" et il aurait pu être rappelé dans la charte, note-t-il.

 

"La charte est davantage de l'ordre du symbolique qu'un outil pratique", relativise Philippe Portier, directeur du groupe société, religion et laïcité au CNRS. Elle vise à "redonner du sens à des établissements qui ont été longtemps considérés comme des lieux de consommation scolaire", estime-t-il "Le propre de Vincent Peillon est de dire que l'école est le lieu où va se former l'adulte de demain." "Cette charte s'inscrit dans un projet global du ministre. D'une certaine manière, c'est sa valeur ajoutée cette histoire de laïcité", ajoute-t-il.

D'ailleurs, dès 2015, des cours de "morale laïque" seront introduits du primaire au lycée.

 

Commenter cet article

gevaudan 09/09/2013 13:23


le poisson le vendredi est devenu plus une tradition qu'un rituel religieux quand a la féte de noel pour la majorité c'est plus une tradition qu'une féte religieuse et le sapin est une tradition
paganiste,de plus allez aux arbres de noel des comités d'entreprises des mairies ou de tout autres organisme et vous verrez si les autres religions renonces a leurs cadeaux aux spectacles et aux
friandises et autres buffets


hypocrisie

Nous sommes sociaux !

Articles récents