Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


14000 morts américains selon une revue scientifique suite aux retombées de Fukushima!

Publié par Dav sur 22 Décembre 2011, 10:33am

Catégories : #Environnement

PR-Logo-Newswire.gifWASHINGTON, 19 décembre 2011 / PRNewswire / - L'Incidence des décés est à peu près comparable à ceux liés au rayonnement après Tchernobyl. les nourrissons sont les plus touchés, et avec la poursuite des recherches il est possible que le nombre affiché augmente.

On estime que 14000 décés aux Etats-Unis sont liés à des retombées radioactives de la catastrophe des réacteurs nucléaires au Japon Fukushima, selon un article majeur dans la nouvelle édition de Décembre 2011 de l'International Journal of Health Services.

C'est la première fois qu'une étude est publiée par des pairs dans une revue médicale documentant les dangers pour la santé au sujet de Fukushima.

Les auteurs Joseph Mangano et Janette Sherman ont noté dans leur estimation qu'un excés de 14.000 morts américains dans les 14 semaines suivant la catastrophe de Fukushima est comparable aux 16 500 décès en excès dans les 17 semaines suivant la catastrophe de Tchernobyl en 1986.

L'augmentation du nombre de décès rapportée après Fukushima a été plus importante chez les nourrissons américains de moins d'un an.

L'augmentation de 2010-2011 pour les décès de nourrissons au printemps était de 1,8 pour cent, comparativement à une diminution de 8,37 pour cent dans le précédent article 14 IJHS semaines.

Le compte rendu sera publié mardi et sera disponible en ligne à compter de 11 h HNE à l'adresse :

http:// www.radiation.org.

 

Seulement six jours après le désastre qui a frappé quatre réacteurs de Fukushima en Mars 11, les scientifiques ont détecté le panache des retombées toxiques arrivées sur les rivages américains.

Les évaluations subséquentes par l'Agence américaine EPA (Environmental Protection)ont trouvé des niveaux de rayonnement dans l'air, l'eau, et le lait des centaines de fois au dessus de la normale à travers tous les Etats-Unis.

Les plus hauts niveaux détectés d'iode-131 dans les précipitations aux Etats-Unis ont été :

(normal est d'environ 2 I-131 picocuries par litre d'eau): Boise, ID (390); Kansas City (200), Salt Lake City (190); Jacksonville (150); Olympia, WA (125), et Boston, MA ( 92).

L'épidémiologiste, Joseph Mangano, MPH MBA, a déclaré: «Cette étude de Fukushima sur les dangers pour la santé est la première à être publiée dans une revue scientifique,elle soulève des inquiétudes, et suggère fortement que les études de santé continuent, pour comprendre l'impact réel de Fukushima au Japon et aux alentours dans le monde.

Les résultats sont importants pour le débat actuel de savoir s'il faut construire de nouveaux réacteurs, et combien de temps conserver les réacteurs vieillissants en opération.

Mangano est le directeur exécutif de la radioprotection et des projets de santé publique, et l'auteur de 27 revues médicales, articles et lettres.

 

Le Dr. Interniste et toxicologue Janette Sherman, MD, a déclaré: "Basé sur notre recherche continue, le nombre de décès réels ici ont été jusqu'à cinq fois plus élevé avec la grippe et la pneumonie,dans la période en question en tant que cause de décès .

Les décès sont vus à travers tous les âges, mais nous continuons à trouver que les nourrissons sont les plus durement touchés parce que leurs tissus se multiplient rapidement, ils ont un système immunitaire peu développé, et les doses de radio-isotopes sont proportionnellement plus importantes que pour les adultes.

Sherman est un professeur adjoint, à l'Université Western Michigan, et collaborateur à la rédaction de «Tchernobyl -Conséquences de la catastrophe pour les populations et l'environnement" publié par l'Académie NY des Sciences en 2009, et auteur "d'exposition aux produits chimiques "et "la maladie causes et prévention du cancer du sein.

Les rapports hebdomadaires du CDC sur le nombre de décès pour 122 villes américaines, avec une population de plus de 100.000 hab, soit environ 25-30 pour cent des Etats-Unis, au cours des 14 semaines après les retombées de Fukushima, arrivées aux Etats-Unis (20 Mars au 25 Juin ), estiment que les décès signalés ont augmenté de 4,46 pour cent à la même période en 2010, contre seulement 2,34 pour cent dans les 14 semaines précédentes.

L'estimation de la surmortalité durant cette période pour l'ensemble des Etats-Unis est d' environ 14.000.

SOURCE Joseph Mangano and Janette Sherman, International Journal of Health Services SOURCE Joseph Mangano et Janette Sherman, International Journal of Health Services

Copyright (C) 2011 PR Newswire. Copyright (C) 2011 PR Newswire. All rights reserved Tous droits réservés

 

http://www.marketwatch.com/story/medical-journal-article-14000-us-deaths-tied-to-fukushima-reactor-disaster-fallout-2011-12-19

Traduction David Jarry ©2011 pour  "2012 un nouveau paradigme"

Commenter cet article

lasorciererouge 18/07/2012 21:32


36% DES ENFANTS DE FUKUSHIMA PRÉSENTENT DES GROSSEURS ANORMALES





 


Ces chiffres choquants proviennent du “Sixième rapport de la préfecture de Fukushima – Enquête sur la gestion de la santé“, une enquête menée par la section d’examen de la thyroïde et publiée par le Centre de
Recherche sur la contamination à la radioactivité de Fukushima (FRCSR).


Sur plus de 38000 enfants testés auprès de la préfecture de Fukushima, au Japon, 36% ont des excroissances anormales – des
kystes ou des nodules – sur leurs thyroïde, un an après la catastrophe nucléaire de Fukushima. Soit 13646 enfants.


Les résultats à Fukushima montrent une «progression beaucoup plus rapide que par rapport à Tchernobyl», puisque les recherches
effectuées autour de Tchernobyl a montré que le taux de nodules de la thyroïde chez les enfants de 5 à 10 ans après l’accident était d’environ 1,74%.





Source trouver:


Lejournaldusiecle





Source:


Businessinsider /
Enenews

lasorciererouge 02/06/2012 23:14


se soigner du cancer cure naturelle.


 


La meilleure époque pour pratiquer la cure anti-cancer est le
début du printemps ou la fin de l'hiver, période qui correspond à un rythme biologique que l'homme partage avec d'autres mammifères. 3° Elle est surtout indispensable aux personnes des deux sexes
âgées de 35-40 à 70 ans, ce qui ressort de l'observation de la courbe de mortalité cancéreuse. Compte tenu du laps de temps moyen de 7 à 8 ans qui s'écoule entre l'éclosion de la première cellule
et l'émergence clinique du cancer, il serait imprudent d'attendre l'âge que caractérise une mortalité cancéreuse élevée. Avant cet âge, le risque de cancérisation est statistiquement peu élevé
(sauf dans des groupes prédestinés par leur métier, sauf hérédité, etc.). Après 70 ans, la mortalité par cancer tend à diminuer au profit des autres causes... que la cure combat d'ailleurs
également, quoique non spécifiquement. ) Réduction sensible de la ration alimentaire quotidienne susceptible de provoquer une perte de poids. Cette sous-alimentation tend à installer dans
l'organisme un état d'acidose extrêmement défavorable aux cellules cancéreuses, phénomène qui n'est déclenché, en dehors des états pathologiques, que par le jeûne ou la fièvre prolongée (Notez
que l'exercice musculaire soutenu est générateur d'acidification par l'acide lactique qu'il provoque et le muscle constitue d'ailleurs un milieu défavorable au cancer, qui y est pratiquement
inconnu). Elle tend en outre à alléger la charge fonctionnelle imposée à l'organisme et cette réduction du métabolisme peut être complétée par une médication appropriée qui est du ressort d'une
formulation médicale. La cure de sous-alimentation peut utilement débuter par un ou deux jours de jeûne hydrique avec purgation.


Chez les sédentaires, la réduction à un repas par jour est préférable à une réduction quantitative des divers repas, l'acidose étant provoquée plus rapidement. Les restrictions porteront surtout
sur le sucre sous toutes ses formes, c'est l'aliment spécifique de la cellule cancéreuse, (éviter les édulcorants de synthèse, le miel pouvant être utilisé avec modération). Les restrictions
porteront également sur les viandes peu cuites ou grillées au barbecue et tous les aliments riches en cholestérol (œufs, beurre, fromages gras, laitages, coquillages, graisses animales,
tritures.), sur les produits alimentaires faits de farines fortement blutée (pain blanc, pâtisseries, pâtes alimentaires usuelles, etc.), sur les huiles raffinées dites « de table » et les
margarines ou autres graisses végétales hydrogénées. Ces produits seront remplacés par des quantités moindres d'aliments naturels correspondants. Pain complet, riz complet, fruits acides et
fruits secs, fromages maigres, huiles vierges, sel marin non raffiné. b) Oxygénation : On recherchera tout ce qui favorise la respiration et l'oxygénation de l'organisme, en particulier les
promenades en forêt, en montagne et près de la mer, et toute activité physique en plein air (non pollué) : la gymnastique respiratoire, la consommation d'aliments riches en vitamine C (agrumes et
fruits frais), l'ozonisation de l'air dans les appartements. Corrélativement, on évitera tout ce qui compromet l'oxygénation de l'organisme, par exemple le séjour en atmosphère viciée ou
confinée, le tabac, la sédentarité.

La cure magnésienne : une alimentation comportant les substances vitales (vitamines, oligo-éléments, diastases, etc.) indispensables à la cellule normale est nécessaire à l'autodéfense de
l'organisme contre les cellules anormales. Ces substances sont abondamment fournies par une alimentation enrichie de fruits frais, de crudités variées, de pain complet, d'huiles végétales vierges
pressées à froid... Seul le magnésium peut être insuffisant et il est indispensable pour assurer la division normale de toutes les cellules de l'organisme; de ce fait, son importance prévaut sur
celle des autres éléments dont la carence ne concerne qu'un seul groupement cellulaire.


Or, la carence magnésienne est un fait qui s'est généralisé et beaucoup de médecins en prescrivent. Compte tenu du rôle important de ce catalyseur pour assurer aux cellules saines une prévalence
sur les cellules cancéreuses, il convient d'en assurer une fixation suffisante dans l'organisme. L'apport alimentaire, largement suffisant si l'on faisait un usage permanent des produits qui en
sont riches peut ne pas suffire à combler une carence en quelques semaines, d'autant que la fixation et la recharge cellulaires en ce catalyseur est très lente. C'est pourquoi il importe tout
d'abord d'exclure l'usage des alcools pendant la cure (l'alcool s'oppose à la fixation magnésienne). d) On devra aussi éviter au cours de cette cure les facteurs susceptibles de favoriser les
cellules cancéreuses, en particulier : - le don du sang, qui stimule la division cellulaire Les derniers jours de la cure constituent la période de la destruction directe, par des produits
anticancéreux, des cellules anormales qui auraient pu résister à l'extinction naturelle quand le biotope cellulaire est rétabli dans un statut qui ne se prête pas à leur survie. Cette purge des
embryons résiduels de cancer encore réduits à quelques cellules (16 en moyenne à la fin de la première année d'évolution), qui pollueraient encore les organes, complète le nettoyage de
l'organisme. Nous avons vu qu'elle implique l'usage de médicaments anticancéreux, à très faible dose (la dose nécessaire à la destruction d'un cancer est proportionnelle au nombre des cellules
qu'il contient et cette dose, au stade d'une douzaine de cellules, est négligeable). L'utilisation de ces produits anticancéreux (qu'on utilise aussi pour d'autres maladies comme le rhumatisme
chronique ou le psoriasis) peut toutefois représenter, par leur abus ou un mauvais dosage, un risque de toxicité et ressort donc d'une formulation et d'un contrôle par le médecin. N.B. La
réglisse aurait des vertus anti-cancer. L'absorption des émissions d'ondes venant des téléphones cellulaires a peu d'impact sur la santé, bien qu'on ait relié cela à des tumeurs cérébrales (voir
COMOBIO-GSM) Enfin, il est indiqué de renouveler cette cure annuellement, pour être sûr d'attaquer, dans sa toute première phase, un cancer éventuel en voie de formation, alors qu'il est très
vulnérable parce qu'il ne compte encore qu'une douzaine de cellules. D'autre part, si, pour un raison quelconque, survivaient à la cure quelques cellules, elles seraient de nouveau attaquées
l'année suivante alors qu'elles seraient encore très vulnérables. Le seuil d'irréversibilité du cancer n'étant atteint en moyenne que 5 à 6 ans après son début, un cancer en formation ainsi 5 ou
6 fois le risque d'être détruit en renouvelant la cure annuellement. EN CONCLUSION : faites testez votre ph si inférieur a 7.4 faite le remonter les cellules cancéreuses stopperont leurs
multiplications delà prenez 6 g/jour vit c + selenium zinc + bicarbonate de sodium :


(


Une solution logique au problème du cancer, basée sur les arguments mis en avant jusqu’ici, semble surgir du monde des champignons contre lesquels, pour le moment, il n’y a pas d’autre remède
utile, à mon opinion, que le bicarbonate de sodium.


Les anti-fongiques qui sont couramment sur le marché, en fait, n’ont pas la capacité de pénétrer les masses néoplasiques (sauf peut-être tout au début l’administration d’antifongiques azolés ou
d’amphotericine B délivrée parentéralement), car ils sont conçus pour agir uniquement sur le niveau stratifié de type épithélial. Ils sont de ce fait incapables d’affecter les agrégations
mycéliales qui sont volumétriques et aussi atténués dans leurs effets par la réaction du tissu connectif qui tente de les circonscrire.


Nous avons vu que les champignons sont aussi capables de faire muter rapidement leur structure géné

Nous sommes sociaux !

Articles récents