Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


40 spécialistes représentant 28 organisations scientifiques lancent un cri d'alarme!

Publié par David Jarry - Administrateur sur 11 Décembre 2013, 18:32pm

Catégories : #Environnement

le Sahara, le plus grand désert tropical du monde, a subi un effondrement catastrophique de ses populations d'animaux sauvages. 

Publiée en ligne dans la revue Diversity and Distributions, une étude internationale fait le point sur l’état de la grande faune du Sahara, et dénonce l’absence généralisée de gestion appropriée qui a conduit à l’extinction ou à l’extrême raréfaction de nombreuses espèces. 



C'est un véritable cri d'alarme que viennent de lancer plus de 40 spécialistes représentant 28 organisations scientifiques, menés par des membres de la Wildlife Conservation Society (WCS) et de la Société zoologique de Londres (ZSL). 

Au terme d’une étude portant sur 14 espèces animales, ces scientifiques ont en effet réalisé un constat préoccupant : le Sahara, le plus grand désert tropical du monde, a subi un effondrement catastrophique de ses populations d'animaux sauvages. 

Ainsi, chez les antilopes, le bubale ainsi que l’oryx (à l'état sauvage) s’y sont éteints. La gazelle dama et l’addax n’occupent eux plus que 1% de leur ancienne aire de distribution. 

Le léopard ne subsiste que dans 3% de son ancien habitat et le guépard dans 10%. 

Quant au chien sauvage d'Afrique et au lion, ceux-ci ont tout simplement complètement disparu du Sahara. 

Seul le bouquetin de Nubie se maintient encore, bien que menacé.

Pourtant, certains pays font des efforts : le Niger vient de créer une réserve naturelle de 97.000 kilomètres carrés qui abrite la plupart des quelque 200 derniers addax sauvages du monde, ainsi que l'une des rares populations de gazelles dama et quelques guépards sahariens. 

Le gouvernement tchadien, lui, espère réintroduire l’oryx dans la nature. Mais le Sahara souffre du manque chronique d'études de terrain dû à l’insécurité qui y règne. 

"Le Sahara est un exemple d'une négligence historique plus large concernant les déserts et les communautés humaines qui en dépendent. La communauté scientifique peut apporter une contribution importante à la préservation des déserts en fournissant des renseignements de base sur la biodiversité et en développant de nouvelles approches de la gestion durable des espèces et des écosystèmes désertiques", conclut Sarah Durant, de la WCS et de la ZSL.

Source © Maxi-sciencNP-le-nouveau-paradigme-copie-1e

Commenter cet article

Chloé 12/12/2013 22:26


C'est foutu !! Il y a trop d'humains partout, c'est du délire cette démographie.


 

ummite 12/12/2013 06:34


bonne blague ! quand les gens arrêterons de les chasser pour le plaisir , quand ces mêmes humains arrêterons leurs
dégâts guerrier , ben ils reviendrons y vivre " avec un coup de pouce de notre part avant tout "

gwendal 12/12/2013 02:39


C'est parfaitement normal, car si on sur-protège une espèce, elle devient "fainéante" dans son cycle de reproduction!


Il faut trouver le juste millieu entre protection et chasse autorisée (par les populations qui en vivent uniquement).

lasorciererouge 11/12/2013 23:30


La seule espèce que j'aimerai voir disparaitre de cette pauvre planète, c'est l'humain..et avant quarante ans.


L'humain qui c'est auto proclamé l'espèce la plus intelligente...VRAIMENT ?


Tellement intelligente qu'elle détruit son propre vaisseau et qui cherche une intelligence exogène !!

É.G.D. ☼ 11/12/2013 21:42


Et dans quarante ans, ce sera au tour de l'homme de disparaître, et pas seulement du sahara !

Nous sommes sociaux !

Articles récents