Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


737 maîtres du monde contrôlent 80 % de la valeur des entreprises mondiales

Publié par Dav sur 6 Décembre 2011, 20:46pm

Catégories : #Nouvel ordre mondial

Une étude d’économistes et de statisticiens, publiée en Suisse cet été, met en lumière les interconnexions entre les multinationales mondiales. Et révèle qu’un petit groupe d’acteurs économiques – sociétés financières ou groupes industriels – domine la grande majorité du capital de dizaines de milliers d’entreprises à travers le monde.

 

Crédit : Michael Aston

Leur étude, à la frontière de l’économie, de la finance, des mathématiques et de la statistique, fait froid dans le dos. Trois jeunes chercheurs de l’Institut fédéral de technologie de Zurich [1] ont scruté les interactions financières entre multinationales du monde entier. Leur travail – « The network of global corporate control » (le réseau de domination globale des multinationales) – porte sur un panel de 43.000 groupes (« transnational corporations ») sélectionnés dans la liste de l’OCDE. Ils ont mis en lumière les interconnexions financières complexes entre ces « entités » économiques : part du capital détenu, y compris dans les filiales ou les holdings, prise de participation croisée, participation indirecte au capital…

Résultat : 80 % de la valeur de l’ensemble des 43.000 multinationales étudiées est contrôlé par 737 « entités » : des banques, des compagnies d’assurances ou des grands groupes industriels. Le monopole de la possession du capital ne s’arrête pas là. « Par un réseau complexe de prises de participation », 147 multinationales, tout en se contrôlant elles-mêmes entre elles, possèdent 40 % de la valeur économique et financière de toutes les multinationales du monde entier.

 

Une super entité de 50 grands détenteurs de capitaux

 

Enfin, au sein de ce groupe de 147 multinationales, 50 grands détenteurs de capital forment ce que les auteurs appellent une « super entité ». On y retrouve principalement des banques : la britannique Barclays en tête, ainsi que les « stars » de Wall Street (JP Morgan, Merrill Lynch, Goldman Sachs, Morgan Stanley…). Mais aussi des assureurs et des groupes bancaires français : Axa, Natixis, Société générale, le groupe Banque populaire-Caisse d’épargne ou BNP-Paribas. Les principaux clients des hedge fund et autres portefeuilles de placements gérés par ces institutions sont donc, mécaniquement, les maîtres du monde.

Cette concentration pose de sérieuses questions. Pour les auteurs, « un réseau financier densément connecté devient très sensible au risque systémique ». Quelques-uns flanchent parmi cette « super entité », et c’est le monde qui tremble, comme la crise des subprimes l’a prouvé. D’autre part, les auteurs soulèvent le problème des graves conséquences sociales que pose une telle concentration. Qu’une poignée de fonds d’investissement et de détenteurs de capital, situés au cœur de ces interconnexions, décident, via les assemblées générales d’actionnaires ou leur présence au sein des conseils d’administration, d’imposer des restructurations dans les entreprises qu’ils contrôlent… et les effets pourraient être dévastateurs. Enfin, quelle influence pourraient-ils exercer sur les États et les politiques publiques s’ils adoptent une stratégie commune ? La réponse se trouve probablement dans la brûlante actualité des plans d’austérité.

Auteur:

Ivan du Roy

B-calendrier-maya-completDav  "2012 un nouveau paradigme"

Commenter cet article

lasorciererouge 11/09/2012 21:28


Comment Goldman Sachs a provoqué la crise alimentaire




Reblogged from :













Goldman Sachs a créé un indice boursier sur les matières premières qui a déstabilisé le système. Et après la crise de 2008, les investisseurs se sont tournés vers ce
secteur, contribuant ainsi à la formation d’une «bulle alimentaire». L’offre et la demande y sont évidemment pour quelque chose, mais la hausse des prix des denrées alimentaires constatée
à travers le monde a une raison plus profonde: la gourmandise de Wall Street.



Lire la suite…





ça fait des années que Pierre Jovanovic en parle



11 Septembre 2012

lasorciererouge 31/07/2012 23:23


http://revelation-sacraal.over-blog.com/article-olivier-delamarche-31-juillet-2012-108694939.html

lasorciererouge 28/07/2012 18:52


De l’austérité sociale nécessaire pour introduire le “Nouvel Ordre”


1


by globalpresseÉconomie •




Après avoir liquidé la Grèce, les suppôts du plan de Mammon s’apprêtent maintenant à la mise à mort de
l’Espagne. On vient de voir les taux d’intérêt s’envoler à plus de 7% et même atteindre un record à 7,5%. Quant à l’intervention de Mario Draghi, elle ne se limite qu’à des mots, rien de plus
pour le moment.



Le Marché est en train de descendre les pays européens les uns après les autres, s’attaquant aux plus faibles… AVEC LA COMPLICITÉ DES POLITICIENS. Pour masquer son attaque, le Marché utilise
les explications économiques via ses réseaux d’information classiques.





Les nouvelles macro-économiques de l’Espagne ne sont pas bonnes. La quatrième économie de la zone euro plonge encore. Le produit intérieur brut (PIB) espagnol s’est contracté de 0,4% sur la
période avril-juin par rapport aux trois premiers mois de l’année après une baisse de 0,3% sur janvier-mars, selon le rapport mensuel de la banque centrale. On attend une première estimation
officielle de l’évolution du PIB au deuxième trimestre pour le 30 juillet.


Il y a quelques semaines, J. Sapir nous disait que les régions espagnoles n’étaient plus alimentées par Madrid et que l’été serait difficile en Espagne. Ce qui arrive n’a donc rien de
surprenant : ces régions commencent à se trouver sans le sou. Plusieurs médias ont laissé entendre qu’une demi-douzaine de régions espagnoles était prête à emboîter le pas à la Communauté de
Valence et à demander une aide financière. Les 17 régions d’Espagne ont quasiment perdu tout accès aux marchés de la dette en raison de coûts de refinancement devenus prohibitifs, forçant les
plus touchées à solliciter des prêts de l’Etat central pour honorer leurs échéances.


Les autorités espagnoles assurent qu’il n’y aura pas d’aide
internationale supplémentaire. Ces politiciens ont trouvé une solution : le gouverneur adjoint de la banque centrale espagnole plaide pour de nouvelles mesures d’austérité. “Nous devons
continuer sur la même ligne. Nous avons besoin de nouvelles coupes, de nouvelles réformes qui restaureront la confiance des marchés et de mécanismes qui renforceront l’union monétaire”, a-t-il
ajouté.


Pourtant, le chômage frappe près d’un quart de la population et près d’un jeune sur deux en Espagne. Pourtant, les manifestations sont nombreuses et violentes. Qu’à cela ce tienne, pour payer
des dettes VIRTUELLES les politiciens espagnols vont réduire les prestations sociales.


Si les autorités espagnoles veulent donner l’impression qu’elles contrôlent parfaitement la situation, pourquoi Luis de Guindos doit-il se rendre à Berlin pour rencontrer son homologue allemand
Wolfgang Schäuble ?


Les commentateurs suivent la logique du Marché. Pour Dick Green, du site d’analyse financière Briefing.com : “Le marché s’est concentré ces dernières semaines sur les résultats et sur la
possibilité d’une mesure d’assouplissement monétaire mais il est probable que l’Europe écrase les marchés dans les semaines à venir”. En effet, “la crise européenne de la dette est loin d’être
terminée et les inquiétudes vont s’intensifier”, a-t-il résumé. On est d’accord avec lui si on voit ainsi l’économie virtuelle de la dette.


Et quid de la Chine ?


Tandis que des rumeurs évoquent des masses de lingots d’or quitter la Tamise pour aller vers la Chine dans l’hypothèse d’un accident aux JO, les autorités de Pékin ne rient pas jaune.


La deuxième puissance économique mondiale “continue à inquiéter au sujet de son
ralentissement économique”, a fait valoir Wells Fargo. D’autant plus, ont ajouté les experts de cette banque, qu’”un membre du comité de politique monétaire du pays a dit pendant le week-end
que la croissance pourrait ralentir à 7,4%”, contre un taux de 7,6% sur un an enregistré au deuxième trimestre”.


Bref, tout cela annonce un cocktail peu réjouissant.


Plusieurs sources nous ont signalé que les courriers d’annonce de licenciements dans le milieu de la banque allaient pleuvoir à la rentrée…


ici

lasorciererouge 09/04/2012 21:07


http://mega-streaming.info/video/M815AGMHO5NW/Goldman-Sachs-Les-nouveaux-maîtres-du-monde-

lasorciererouge 26/03/2012 13:04


http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-les-maitres-de-la-monnaie-the-money-masters-fran-ais-rothschild-rockefeller-102296627.html


Un peu long...mais on retrouve toujours les mêmes !! 


 


 


 

Nous sommes sociaux !

Articles récents