Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


À la fin du siècle, 500 lacs en plus en Suisse

Publié par Dav sur 14 Septembre 2012, 06:12am

Catégories : #Changements terrestres

 

Image d'illustration: fonte des glaces au Canada.

 

D'ici la fin du siècle, entre 500 et 600 nouveaux lacs de montagne devraient se former en Suisse en raison de la fonte des glaciers, indique une étude du Programme national de recherche. Chaque année, les glaciers alpins fondent, perdant 2 à 3% de leur surface.

Des chercheurs ont évalué ces changements en prenant l'exemple du lac du Trift (BE). Ce lac est apparu il y a une dizaine d'années dans le Gadmental (BE), rendant difficile l'accès à la cabane du Trift. D'obstacle, il s'est transformé en attraction touristique grâce à un pont suspendu construit par les autorités locales, explique jeudi le Fonds national suisse (FNS) dans un communiqué.

En plus de l'attractivité touristique, des chercheurs des universités de Berne, de Zurich et de l'EPFL ont étudié cette transformation du paysage alpin sous l'angle de la production hydro-électrique et des dangers naturels.

La construction d'un barrage au niveau du verrou glaciaire permettrait ainsi la production d'énergie. Une digue permettrait également de protéger des crues les populations situées en aval du lac du Trift, remarquent les chercheurs dans leur étude "Gestion durable de l'eau".

Les pentes libérées par le recul du glacier "pourraient produire des éboulements susceptibles de produire un raz-de-marée", redoute le FNS.

Les chercheurs recommandent donc une étude intégrant les différents lacs, présents et futurs. Cela afin d'utiliser "intelligemment et durablement ce nouveau paysage des lacs alpins, notamment dans le processus de renouvellement des concessions des barrages".

édité par:
belga.be

 

publi 3-4Vers un nouveau paradigme

2012 et apres

 

Commenter cet article

lasorciererouge 16/09/2012 18:39


Wingardium leviosa ! Faire léviter l’eau (vidéo)



     


16/09/2012




Ces gouttes de liquide
flottent réellement dans les airs. Ce n’est pas un photo-montage et ce n’est pas non plus une expérience spatiale en microgravité. Mais la NASA a quelque chose à voir avec ce tour : une
lévitation
acoustique que l’agence a développée est à l’origine du maintien en place des gouttelettes.


 Le champ de lévitation est mis en fonction par de deux petits haut-parleurs, l’un au-dessus de l’autre, qui génèrent des ondes sonores à des fréquences
d’environ 22 kilohertz – légèrement plus élevés que ce que les humains peuvent entendre. Lorsque les ondes sonores provenant des haut-parleurs du haut et du bas sont alignées, il se crée alors
une onde stationnaire. Au niveau des nœuds de cette onde, il n’y a pas de transfert net de l’énergie et de la pression. Ainsi, l’effet de la gravité est annulé sur des objets légers comme ces
gouttes.


Cette technique a été développée au Laboratoire National d’Argonne dans l’Illinois, dans le cadre d’une recherche de méthodes pour travailler sur des médicaments sans avoir besoin de conteneur
pour leur développement. Lors de l’extraction des produits pharmaceutiques d’une solution stockée dans une gélule, les produits chimiques prennent souvent leur forme cristalline. Cependant, en
enlevant le récipient, de nombreux médicaments conservent une structure amorphe, ce qui permet au corps de les absorber plus efficacement. Cela signifie qu’avec des doses plus petites, le
traitement est tout aussi efficace.


« Un des plus grands défis, quand il s’agit de développement de médicaments, est de réduire la quantité de produit nécessaire pour atteindre le bénéfice thérapeutique, quel qu’il soit », a
déclaré Chris
Benmore, qui a dirigé l’étude. Les liquides en lévitation peuvent aussi être explorés in situ avec des radiographies de haute énergie. Alors, l’équipe peut observer plus aisément les
processus chimiques en cours.


(Source : Civilisation 2.0)







Nous sommes sociaux !

Articles récents