Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


A propos de changements climatique....PETIT BILAN

Publié par Dav sur 21 Septembre 2011, 17:54pm

Catégories : #Environnement

Le Mont Blanc confronté au réchauffement climatique

© afp

Un spectaculaire éboulement de rochers s'est à nouveau produit ce week-end dans le massif du Mont Blanc. Un phénomène lié aux effets du réchauffement climatique, qui devrait être de plus en plus fréquent, prévient un géomorphologue du CNRS et de l'Université de Savoie.

"Les éboulements vont être de plus en plus nombreux et les volumes mis en jeu plus importants avec le temps", assure Ludovic Ravanel, le spécialiste français des effets du réchauffement climatique sur la roche.

Ce week-end, environ 12.000 m3 de granit se sont détachés de la face ouest des Drus, à 3.400 mètres d'altitude, lors de trois écroulements dont le plus important dimanche a provoqué un nuage de poussière visible jusque dans la vallée de Chamonix.

Les habitants des Tines, hameau situé en contrebas des Drus, ont attendu 50 minutes avant que le panache de poussière ne s'estompe et laisse réapparaître la "mythique" face des Drus, déjà touchée en 2005 par un éboulement de 265.000 m3 qui avait provoqué la disparition du célèbre pilier Bonatti

 

_______________________________________________________________________________________________________

 

La fonte des glaces arctiques bat un nouveau record

© reuters

L'étendue des glaces de l'Arctique, l'un des éléments clés du thermostat de la planète, a atteint cette semaine son niveau le plus bas depuis le début des observations par satellite en 1972, ont annoncé samedi des scientifiques allemands.

Le 8 septembre, les glaces du pôle Nord ne couvraient plus que 4,24 millions de kilomètres carrés, selon l'Institut de physique environnementale de l'Université de Brême. Il s'agit d'"un minimum historique", inférieur d'environ 0,5% au précédent record de septembre 2007, souligne Georg Heygster, responsable du département de télédétection de l'Institut.

La fonte de la glace de mer pendant l'été est selon les scientifiques à la fois un indicateur et une clé du réchauffement climatique, avec des effets négatifs à l'échelle de l'Arctique et de la planète. Elle prouve l'importance de l'impact des activités humaines sur le climat au cours des dernières décennies, selon les chercheurs. "Le recul de la glace de mer ne peut plus être expliqué par la variabilité naturelle d'une année sur l'autre", indique Georg Heygster.

Les températures dans la région arctique ont augmenté deux fois plus vite que les températures moyennes au cours des cinquante dernières années. (belga)

_______________________________________________________________________________________________________

Le réchauffement des océans pourrait propager des bactéries

Le réchauffement climatique pourrait bien vous rendre malade. Vu que les océans se réchauffent, ils deviennent également un environnement plus hospitalier pour les bactéries, en particulier le Vibrio parahaemolyticus.

Hier, les scientifiques ont averti que, si rien n'était fait, le phénomène pourrait devenir une véritable catastrophe sanitaire et un gouffre financier. En effet, les frais médicaux engendrés par une infection à l'échelle mondiale coûterait des millions d'euros.

La bactérie Vibrio parahaemolyticus provoque intoxication alimentaire, gastro-entérite, septicémie et choléra. "Les conditions climatiques jouent un rôle de plus en plus important dans la transmission de ces maladies".

Le rapport présenté hier, à Bruxelles, est une synthèse réalisée sur base d'une centaine d'études financées par l'Union européenne depuis 1998.

D'autres effets du changement climatique sont également répertoriés dans ce rapport, comme l'érosion côtière, l'intensité accrue des tempêtes... "Nous avons des preuves concrètes que ces choses sont déjà en train de se passer, pas dans dix ans, mais aujourd'hui!", a déclaré un chercheur. (7sur7Sydney/ca)
_______________________________________________________________________________________________________

Avec le réchauffement, les crabes prennent d'assaut l'Antarctique

© photo news

Les fragiles fonds marins autour de la péninsule Antarctique pourraient être envahis par une espèce vorace de crabes dont la propagation semble être favorisée par le réchauffement climatique, avertissent des biologistes marins dans une étude publiée mercredi.

L'intrus examiné dans cette étude de la revue britannique Proceedings of the Royal Society B est le crabe royal, un crabe rouge vif des profondeurs ayant un impact non négligeable sur les fonds marins où il s'installe. Il creuse le sol en quête de vers et autres petits animaux marins qui constituent son alimentation et peut, à grande échelle, modifier la chaîne alimentaire.

Une équipe conduite par Laura Grange, de l'Université de Hawaï à Manoa, a mené des observations à Palmer Deep, un bassin situé à 120 km au sud-est de la bordure du plateau continental de la péninsule Antarctique, où la profondeur atteint jusqu'à environ 1.440 mètres.

Un robot a permis d'observer 42 crabes sur un trajet de 2 km, vivant sur les sols à une profondeur au-delà de 850 m, à des températures de l'ordre de 1,4°C. A partir de cette observation, les auteurs de l'étude estiment la population possible de ces crabes à quelque 1,5 million d'individus.

Les images recueillies par les scientifiques ont donné un aperçu du type de dommages que peuvent causer les crabes sur les fonds marins de l'Antarctique: les animaux, dont la coquille mesure environ 10 centimètres, creusent des entailles qui peuvent atteindre 20 cm dans le plancher océanique.

Le réchauffement climatique provoquant une hausse progressive des températures des eaux côtières, les conditions semblent réunies pour permettre à ce crabe royal de poursuivre sa progression vers l'Antarctique, estime l'étude.
_______________________________________________________________________________________________________
Un léger aperçu des grands changements en cours dont personne ne parle et dont la plupart se foute!
Les changements sont là et non pas dans 30 ans! Dav  "2012 un nouveau paradigme"

Commenter cet article

lasorciererouge 21/07/2012 13:24


Des millions de crabes minuscules issus des profondeurs envahissent les plages d’Hawaï, laissant les experts incrédules et interrogatifs






Des millions de minuscules créatures violettes
recroquevillées en boule, sont apparues sur une plage d'Hawaii.

L'identité de cette espèce de crabe de la taille d'un petit pois laisse encore les experts perplexes et dans l'expectative. Ce qui est sûr, c'est que les biologistes
marins de l'ile n'ont jamais vu ça.

Les petits crabes se sont échoués avec les vagues de ces derniers jours, la plupart d'entre eux étaient morts ou mourants.
Au premier abords les scientifiques de Waikiki pensent que ces créatures de moins de 5 mm de long, sont des larves de crabe à taches rouges (Carpilius
maculatus), le "7-11 crab" en anglais, ce nom leur a été donné en raison du nombre de tache que l'on dénombre sur leur carapace. C'est un crustacé que l'on trouve fréquemment
dans la région, en revanche les experts n'ont jamais assisté à un tel événement jurent ils.
Il est ici connu comme le crabe des récifs tacheté, il peut atteindre à l'age adulte 18 cm de longs. Ils vivent dans les récifs de Tidepool, et selon la
légende, leur taches sur le dos sont les résultats d'une bagarre avec un dieu de la mer.

Les tout petits crabes qui se sont échoués étaient pourpres, le 7-11 adulte, a lui, une coquille orange rouille et ses taches sont marron. Il se nourrit généralement de nuit, de cadavres d'autres
crustacés et d'invertébrés.

Le littoral qui a été touché par le phénomène s'étend de Kahala à Ala Moana sur la pointe sud de Honolulu.

Ce sont des surfeurs qui ont donné l'alerte en en découvrant partout sur leur planches.

Le Dr Andrew Rossiter de l'aquarium de Waikiki pense qu'une agitation de la mer imprévu a fait pénétrer des bulles d'air dans les larves qui se sont finalement échouées, incapables de
replonger dans leur lieu de ponte.
L'échouage massif de ces petites créatures sur les plages de Hawaii inquiète les riverains qui y voient eux, un signe précurseur d'un événement pollueur
ou sismique à venir.

Source:
Naturealerte

lasorciererouge 24/06/2012 23:23



La Terre que nous ne reverrons sans doute plus ainsi









Cette magnifique vue de l’arctique (clic pour agrandir) pourrait être la dernière. La Terre change. Les choses changent si vite
que des images comme celle-ci, qui montrent la calotte de glaces polaires dans l’Arctique avec une précision inégalée, pourraient être impossibles à saisir, dans une vingtaine d’années à
partir de maintenant.


C’est une image composite, assemblée à partir de quinze photographies capturées par le satellite, récemment lancée par la NASA,
le Suomi NPP, qui nous avait déjà gratifiés d’autres portraits spectaculaires de la Terre (ici : cette vibrante bille bleue et l’autre face).


Publiée cette semaine sur le NASA Goddard photo (lien plus bas), l’image est la dernière d’une série de vues incroyablement
détaillées de la surface de notre planète. Ce point de vue particulier capture les latitudes les plus septentrionales (à l’extrême nord) de la planète de manière extrêmement détaillée.


Mais, ce n’est guère la chose la plus importante sur cette photo : la glace de mer dans l’Arctique disparait incroyablement
rapidement et en juin, la saison de fonte estivale est généralement dramatiquement bien en cours.


Ces deux images présentées ici et que je détaillais dans mon article : Le dramatique Avant/Après de la fonte de
la couche de glace la plus épaisse de l’océan Arctique. (Vidéos), illustrent la façon dont la glace de mer pérenne (la partie de la calotte glaciaire arctique, qui survit à l’été) a
diminué de 1980 à 2012. C’est une image spectaculaire, mais elles ne font guère que dépeindre la détérioration constante de la calotte au cours des dernières décennies.








Le taux de disparition de la glace est plus rapide que les prévisions des modèles scientifiques : les derniers modèles de groupe
intergouvernemental, sur le changement climatique, prédisaient que l’océan Arctique sera libre de glace flottante l’été en 2070-2100, mais en réalité cela semble susceptible de se produire
entre 2030 et 2050.


L’image sur la chaine Flickr du NASA Goddard et plus de détails sur les dernières données concernant l’accélération de la fonte des glaces
de l’arctique dans mon article :Le dramatique Avant/Après de la fonte de la couche de
glace la plus épaisse de l’océan Arctique.


Source: Gurumed


Nous sommes sociaux !

Articles récents