Vendredi 1 mars 2013 5 01 /03 /Mars /2013 11:52

Alerte Rouge sur Mars

 

 

Et si la planète Mars devait effectivement être percutée par la comète C/2013 A1 Siding Spring le 19 octobre 2014 ?

 

Hier, nous vous avons expliqué les raisons pour lesquelles un risque de collision entre Mars et la comète C/2013 A1 Siding Spring ne pouvait être à ce jour totalement écarté.

 

Si cette collision devait effectivement se produire, ce serait un véritable scénario catastrophe pour Mars. En effet, la comète C/2013 A1 Siding Spring se trouvera alors au plus près du Soleil, et les lois de Kepler montrent qu'elle sera alors à pleine vitesse. Pire, étant donné son orbite rétrograde, elle entrerait en collision frontale avec Mars

 

Ce n'est pas tout, car le noyau de la comète est tout de même assez gros. Encore mal connu, ce chiffre oscille entre 10 et 50 km de diamètre, ce qui n'est franchement pas rien ! Bref, les calculs montrent que si la comète devait percuter Mars, la rencontre serait des plus brutales : collision frontale à la vitesse vertigineuse de 56 km/s ! De quoi creuser un cratère de 500 km de diamètre (!) et profond de 2 km. La surface de la planète serait alors durablement marquée par l'impact, et les sondes qui s'y trouvent seraient certainement endommagées.

 

Et même si cette comète devait se contenter de frôler Mars, ce qui reste pour l'heure l'hypothèse la plus probable, la menace plane encore sur les sondes martiennes. En effet, les dernières estimations indiquent que la comète passera à 37 000 km de la surface de Mars. Le noyau passerait donc juste à côté de la planète rouge, mais celle-ci traversera assurément la coma (l'équivalent de l'atmosphère) de C/2013 A1 Siding Spring. En effet, au moment de cette rencontre cosmique, la comète sera au point de son orbite le plus proche du Soleil, et l'activité de son noyau, caractérisée par des émissions de gaz et de poussières, devrait être à son maximum.

 

Typiquement, les coma mesurent environ 100 000 km de diamètre, le tout dépendant évidemment de l'activité de la comète concernée. Avec de tels chiffres, on comprend que Mars sentira littéralement le vent du boulet. Or, les sondes automatiques qui ont déjà frôlé de très près des noyaux cométaires montrent que la traversée de la coma n'est pas de tout repos : à tout instant, des grains cométaires de quelques millimètres ou centimètres, émis à des vitesses de plusieurs km/s, peuvent s'abattre sur les sondes en orbite autour de Mars. Celles-ci pourraient donc voir leur intégrité menacée par ces véritables balles de fusil cosmiques. Les rovers également ne sont pas à l'abri, car l'atmosphère de Mars est raréfiée par rapport à celle de la Terre. La surface de Mars pourrait donc être soumise à un bombardement de microparticules pouvant endommager Opportunity (s'il roule encore d'ici là) et Curiosity.

 

Mars menacée ? Pas une première

 

Même si la rencontre très rapprochée entre Mars et une comète est une première dans l'histoire de l'astronomie moderne, ce n'est pas la première fois que la planète rouge est directement menacée par un corps spatial. En janvier 2008, elle avait ainsi failli être percutée par un astéroïde de 50 mètres de diamètre, dénommée 2007 WD5. Découvert le 20 novembre 2007 par Andrea Boattini, astronome italien du Catalina Sky Survey, aux Etats-Unis, cet astéroïde a montré bien vite qu'il avait une chance non négligeable de percuter Mars le 30 janvier 2008. Le 21 décembre 2007, le risque était estimé à 1 sur 25, avant que de nouvelles observations montrent qu'il devait finalement sans encombre, très près de la planète rouge : 22 000 km seulement.

 

Cette histoire n'est pas sans rappeler celle de la future rencontre entre Mars et la comète Siding Spring. Comme il a déjà été écrit dans cet article, les mesures seront affinées dans les mois à venir, pour le pire ou pour le meilleur.

Quoiqu'il en soit, le site Ciel des Hommes vous tiendra au courant des dernières évolutions orbitales de cette comète. N'hésitez surtout pas à en discuter dans les commentaires ou via notre groupe Facebook.

 

Serions nous plus intelligents que les dinosaures ?

 

Même si C/2013 A1 Siding Spring ne représente absolument aucun danger pour notre planète, on ne peut s'empêcher de frissonner en songeant au délai entre la découverte de cette comète et de sa possible collision avec Mars. Vingt-deux mois seulement ! C'est bien peu pour organiser une éventuelle parade. Imaginez un seul instant que la planète cible ne soit pas Mars, mais la Terre : que pourrions nous faire dans ce cas, avec un délai aussi court ? L'auteur de science-fiction Arthur C. Clarke disait en plaisantant que les dinosaures avaient disparu faute d'un programme spatial adapté. Le nôtre serait-il plus pertinent aujourd'hui ? Consacrons-nous suffisamment de moyens à la recherche spatiale ?

Il y a quelques jours, un petit astéroïde de 17 mètres de diamètre et de 10 000 tonnes venait s'écraser dans les montagnes de l'Oural, provoquant de gros dégâts dans la région de Tcheliabinsk. Et ce, sans qu'il ait pu être détecté à temps.

L'actualité récente montre qu'il nous reste encore de gros efforts à faire dans notre surveillance du ciel. Si le problème des petits géocroiseurs sera en partie comblé par l'envoi récent du télescope spatial NEOSSat, qui nous dit que dans quelques années, nous ne serons pas, à notre tour, menacés par une comète ? Venez en discuter sur notre groupe Facebook !

 

Thibaut Alexandre

Ciel des Hommes

NP le nouveau paradigme


REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

facebook-logo-webtreats mail-webtreats youtube twitter-webtreats

   

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés