Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Alerte sanitaire: nouvelle mise en garde sur le somnifère Stilnox®

Publié par Dav sur 17 Janvier 2013, 13:18pm

Catégories : #Santé

 

stilnox danger
Disponible depuis 1987, le Stilnox® est un des somnifères les plus prescrits en France.
Placé sous la haute surveillance des autorités sanitaires françaises, il est aujourd'hui dans la ligne mire de la FDA (Agence américaine du médicament). Pourquoi ? Parce que sa molécule active, le zolpidem, est capable de rester longtemps dans le sang, parfois jusqu'au jour suivant la prise, et nuire alors à la vigilance de la personne. Une action retardée dangereuse si celle-ci doit prendre le volant, par exemple. La FDA demande ainsi aux laboratoires commercialisant le médicament aux États-Unis de diviser par deux les posologies recommandées pour les femmes, de 10 mg à 5 mg, et recommande aux hommes de se limiter dans un premier temps à 5 mg pour soigner leurs insomnies.
La dose recommandé pour eux reste fixer à 10mg puisqu'ils éliminent plus vite le zolpidem que les femmes.

En France, le Stilnox® et ses génériques sont vendus en comprimés sécables de 10mg. Plusieurs effets indésirables de ce médicament attaché à la famille des benzodiazépones ont déjà été pointé du doigt (risques de dépendance, de troubles de la mémoire, de chutes, voire de démence). La France prendra peut-être prochainement des mesures similaires aux Etats-Unis. En attendant, soyez prudent !
 

 

 Medscape France,

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

Feyd 12/02/2013 22:06

étant étudiant infirmier... jpeux vous dire que tous ses médicaments sont simplement des drogues...

Ben.C 17/01/2013 23:08


Il y a quelques années, suite à des insomnies chroniques, mon médecin de cette époque m'a prescrit ces machins en m'avouant qu'il ne trouvait pas les somnifères au point, en général. (Il faut
savoir que c'est le genre de médecin qui préfère conseiller un thé avec du miel et du citron plutot que de prescrire un produit pour la toux.)


Après trois jours, un peu comme lasorcièrerouge, j'ai constaté que j'étais passablement défoncé... Le pire c'est que ce produit ne procure même pas un sommeil récupérateur (genre lendemain de
cuite), résultat; j'étais plus fatigué qu'avec mes insomnies.


Quand j'ai annoncé à mon médecin qu'au lieu de prendre un somnifère, je préfèrais fumer un pétard pour dormir parcequ'au moin ça me faisait rire et dormir pour de "vrai", celui-ci m'a simplement
répondu que  j'avais meilleur temps de faire une infusion pour ne pas m'engoudronner mais que ça ne changeait pas le problème de fond...


 


Le problème réel, ce n'est pas les inconvénients de tel ou tel produit qui nous fait dormir artificiellement, c'est ce qui nous empêche de dormir naturellement...


Personnellement quand j'ai des insomnies, c'est qu'il faut que je règle les problèmes dans ma vie. Une fois que c'est fait, je dors comme un bébé 

lasorciererouge 17/01/2013 20:11


Un médicament parmis tant d'autres, que l'on m'a prescrit !!


Je l'ai utiliseé 3 jours, je vous dis pas dans quel état je me suis retrouvée....de la drogue AUTORISEE, ni plus, ni moins !!


Tout simplement une camisole chimique !


Au réveil, incapable de mettre un mot devant l'autre, idem quand j'ai voulu me lever et marcher.


Faut être complètement barge pour autoriser ce poison de l'esprit.


Résultat des courses...direct poubelle.

lasorciererouge 17/01/2013 20:04


Jacqueline Bousquet nous a quittés


Jacqueline Bousquet, docteur ès Sciences, biologiste, chercheur honoraire au CNRS, a quitté
notre Terre dans la plus grande sérénité le vendredi 11 janvier 2013. Au moment du grand passage, elle s’est sentie enfin « libre, légère, débarrassée de son corps physique, joyeuse » et – selon
ses propres termes – « impatiente même de partir au plus vite », ce qui fut fait !


Elle était l’une des rares scientifiques à oser penser par elle-même et dire haut et fort
ce que bien d’autres murmurent tout bas et, à notre époque de « médiocratie », comme le dénonçait si bien Arthur Kœstler, il faut être un héros pour oser penser « autrement » et remettre en
question les dogmes qui nous gouvernent.


En sa qualité de biologiste, elle avait acquis un savoir qu’elle savait appliquer à ses
recherches, mais elle avait un immense avantage sur la plupart de ses collègues : elle possédait également la « connaissance », don rare, ramené d’« ailleurs » lorsqu’elle s’est incarné sur notre
Terre. Elle raisonnait beaucoup plus comme une physicienne et avait tiré les conséquences de l'avancée spectaculaire de la physique dans la connaissance du monde. « Les choses sont ce que l’on
pense d’elles, aimait-elle à répéter, nous avons toujours le choix. Ou bien nous nous laissons informer par les événements extérieurs, perpétuant ainsi la projection du passé dans l’avenir avec
les conséquences évidentes de schémas répétitifs que nous connaissons ; ou alors nous prenons nos distances en reconnaissant que l’autre — quel qu’il soit — n’est jamais qu’un miroir et qu’il
nous renvoie à quelque particularité que nous devons corriger en nous. »


Elle a partagé son expérience avec de nombreux chercheurs scientifiques et suscité maintes
vocations de jeunes scientifiques, intéressés par les champs informationnels et la notion d'hologramme qui débouche sur une vision holistique du monde. Pour elle, ce qui doit changer, ce n'est
pas seulement l'état actuel de la Planète, mais aussi, et surtout, les conditions qui l'ont amenée dans cet état !


Depuis un certain nombre d'années, à partir des travaux du mathématicien Émile Pinel, directeur d’études à l’Université de
Paris, elle travaillait sur la relativité en biologie et les champs qui seraient emboités comme des poupées russes et nous déterminent au delà de notre moi, conditionné par notre environnement,
notre famille, nos associations, notre pays, l’humanité, c’est-à-dire l’inconscient collectif. Selon elle, ces champs de mémoire sont néguentropiques, c’est-à-dire qu’ils accroissent sans arrêt
leur information et, dans le noyau, le temps n'existant pas en tant que tel, il détermine les niveaux d'énergie le long de l'axe de l'ADN. Un être ne peut comprendre, donc concevoir, que ce qui
est à son niveau vibratoire ou au-dessous, donc égal à la mesure des capacités de son cerveau.


L'organisme peut être récepteur ou émetteur d'un champ vibratoire informationnel, issu d'un champ unitaire ultime, qui serait
constitué de particules tournant en sens inverse. « Ce champ est à notre disposition pour réaliser nos rêves, ou pire, ce que nous redoutons ! »


Jacqueline Bousquet laisse une œuvre importante, des écrits, des conférences, des livres qui vont tous inspirer une nouvelle
génération de scientifiques qui pensent comme elle que « la science dite officielle est un outil et, comme tout outil, elle est susceptible de perfectionnement au cours du temps ; en fait, elle
évolue en même temps qu'évoluent les récepteurs cérébraux des individus scientifiques ».


Bien qu’elle ait quitté notre univers visible, son nom survivra dans la mémoire des hommes
grâce à son œuvre, et parmi tous ceux qui l’ont fréquentée personne ne pourra l’oublier, mais il est probable qu’elle était appelée ailleurs afin de continuer son travail d’éveil de la
conscience.


Sylvie Simon

jeanne 17/01/2013 14:24


un poison! peut provoquer des deconnections et les gens se retrouvent à l'hopital psy;


mon pere en a pris et s'il se reveillait la nuit , pouvait faire des choses totalement incoherentes et dangereuses et n'en n'avoir aucun souvenir le lendemain; prescrit par le medecin affirmant
qu'il n'y avait aucun risque!! c'est une infirmiere qui travaillait en hopital de nuit et a vu des cas similaires qui a conseillé d'arreter de suite

Nous sommes sociaux !

Articles récents