Jeudi 1 mars 2012 4 01 /03 /Mars /2012 22:14

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Certains scientifiques rapportent que quelques jours avant le tremblement de terre dévastateur au Japon,  les émissions d' infra-rouge au-dessus de l'épicentre ont augmenté de façon spectaculaire.

Les géologues ont rapporté des phénomènes météorologiques étranges dans les jours avant certains grands tremblements de terre.

Ces dernières années, cependant, plusieurs équipes ont établi des stations de surveillance sur la pollution atmosphérique dans les zones sismiques et un certain nombre de satellites sont en mesure de communiquer des données sur l'état de l'atmosphère supérieure et de l'ionosphère pendant un séisme.

L'année dernière, nous avons examiné quelques données de la sonde "Demeter" qui montrent une augmentation significative de signaux radio de faible fréquence pendant le tremblement de terre de magnitude 7 survenu en Haïti en Janvier 2010.

Aujourd'hui, Dimitar Ouzounov à la NASA Goddard Space Flight Center dans le Maryland, a présenté des données tirées du tremblement de terre qui a dévasté le Japon le 11 Mars.

Leurs résultats, bien que préliminaires, sont étonnants.

Il est dit que, avant le tremblement de terre, la concentration d'énergie dans l'ionosphère c'est fortement accentuée au dessus de la zone de l'épicentre du tremblement de terre, atteignant son apogée trois jours avant le tremblement de terre.
Dans le même temps, les observations par satellite ont montré une augmentation significative de l'émission de rayons infrarouges au-dessus de l'épicentre, qui a atteint un pic dans les heures précédant le tremblement de terre.
En d'autres termes, l'atmosphère se réchauffait.

Ces observations sont en accord avec l'idée du mécanisme de la lithosphère-atmosphère-ionosphère.

L'idée est que dans les jours précédant un séisme majeur, il ya une augmentation dans la quantité de radon.
La radioactivité du gaz, ionise l'air sur une grande échelle et cela a un certain nombre d'effets.
Étant donné que les molécules d'eau sont attirés par les ions dans l'air, l'ionisation déclenche la formation de condensation sur une grande échelle.

Mais le processus de condensation libère aussi de la chaleur et c'est ce qui provoque l'émission de rayons infrarouges.
"Nos premiers résultats montrent que le 8 Mars, une augmentation rapide du rayonnement infrarouge émis a été observée à partir des données satellitaires», a déclaré Ouzounov et co.

Ces émissions ont pour effet de modifier le contenu de l'ionosphère .

L'atmosphère, la lithosphère et  l'ionosphère sont reliés entre eux, cette anomalie peut être mesurée même si un seul d'entre eux est modifié. La question est dans quelle mesure la nouvelle preuve appuie ce concept.

Le tremblement de terre au Japon est le plus grand qui ait jamais frappé l'île dans les temps modernes et qui apparaît certainement être parmi les plus étudiés.
Si la preuve concrète de cette relation n'est pas évidente à partir de ces données,les autres possibilités sont peu nombreuses voire inexistantes.
 
 
Traduction David Jarry ©2012 tous droits réservés
publi 3-4"Vers un nouveau paradigme"
2012 et aprés

 

REAGIR A CET ARTICLE - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Toutt le monde sait que les américains arrêtent toujours leurs émetteurs HAARP au mois quinze jours avant tout tremblement de terre important (Sichouan, Haïti, Fukushima, etc..) et qu'ils n'ont pas récupéré la machine à tremblement de terre russe (cf http://www.youtube.com/watch?v=zeQYynmLWRs).

A jouer les apprentis sorcier, ils vont faire exploser notre terre !

 

Commentaire n°1 posté par TRAZOM le 02/03/2012 à 10h21

C'est à craindre!

Réponse de Dav le 02/03/2012 à 12h59

facebook-logo-webtreats mail-webtreats youtube twitter-webtreats

   

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés