Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


APPEL A LA TERRE, UN SOS D’HUBERT REEVES ET DE DAVID SUZUKI

Publié par Dav sur 28 Mai 2012, 21:39pm

Catégories : #Société

Appel à la Terre, un SOS d’Hubert Reeves et de David Suzuki



Au Canada comme ailleurs, leurs noms évoquent la connaissance, la sagesse et le respect. Alors quand Hubert Reeves et David Suzuki foulent ensemble les planches d’une même scène pour parler de l’avenir de la planète, selon leurs expertises de scientifiques, philosophes et terriens, la salle est pleine, la foule se lève les bras tendus pour applaudir l’entrée de ces deux voix de sagesse.

 

En 2012, les organisateurs de Projet Écosphère ont tenu pour la première fois à Montréal la Foire de l’environnement et de l’éco-habitation. Un événement qui avait élu domicile dans la petite ville de Brome au Québec depuis 2006. Le coup d’envoi a été donné vendredi avec la « Soirée des sages », événement à guichets fermés, qui réunissait Hubert Reeves et David Suzuki ainsi que le chanteur Gilles Vigneault pour un concert de fin de soirée.

 

 

Hubert Reeves, la voix d’un astronome écologiste

 

Astrophysicien de renom et vulgarisateur hors-pair, Hubert Reeves joue depuis plusieurs années un grand rôle dans la définition des stratégies des luttes écologiques.

 

C’est un personnage unique en son genre. Moitié astronome, moitié écologiste, scientifique et humaniste, Hubert Reeves offre un portrait sans complaisance de l’état de la planète en nous amenant sur les pas de sa création : le big-bang, la naissance et la mort des étoiles. Il raconte, avec son talent de conteur, que les hommes sont des poussières d’étoiles et qu’ils sont donc redevables à ces dernières.

 

Pourquoi l’astronomie et l’écologie sont-ils directement liés ? Il répond :

 

«Parce que l’astronomie nous explique comment l’Homme en est venu à exister. L’apport de la science montre notre rapport intime avec l’univers. L’histoire du cosmos, c’est notre histoire. L’écologie, c’est l’autre message : comment y rester dans des conditions raisonnables ?»

 

Pour cela, il invite le public à se questionner. L’être humain apparait en Afrique il y a environ 2 millions d’années et reçoit en cadeau l’intelligence pour faire face au monde hostile qui l’entoure. Le développement de l’intelligence a permis à l’Homme de survivre.

 

Pourtant, dit-il, ce développement de l’intelligence aboutit progressivement à une réalité moins belle : la bombe atomique, le développement de technologies capables de détruire d’immenses forêts en un rien de temps ou encore de pêcher deux fois plus vite que le cycle de reproduction des poissons… Le cadeau qui lui a permis de survivre est aujourd’hui celui qui le menace.

«L’humanité est périssable et nous sommes la seule espèce à commettre un auto-suicide. Le mouvement de réveil vert implique de plus en plus de personnes. C’est la naissance d’une tension entre deux forces, deux combats. Mais personnes ne sait qui gagnera. Personne ne sait quel sera l’état de la planète dans 30 ans».

 

 

Comment la planète est-elle détruite ? Les pesticides sont les principaux responsables de la disparition des insectes, des abeilles, des papillons, des vers de terre. Il explique que ce qui permet aux espèces de durer « c’est d’être capable de vivre en harmonie avec la nature. De prendre et de donner ».

 

L’humanité pourrait disparaitre et cela pourrait être une anecdote, explique-t-il. Une espèce a apparu et a disparu. Il défend cependant la cause de l’humanité en louant l’art (Mozart, Van Gogh, etc.), la science (les lois de la physique atomique, la connaissance des espèces, etc.) et la compassion.

 

Pour expliquer cette dernière, il prend l’exemple d’un nid d’oiseaux ou deux oisillons sont malades et deux en bonnes santé. Selon la loi des gènes, les parents nourriront les oisillons les plus robustes, non les malades. C’est la loi de la nature. Alors que dans un foyer humain, s’il y a un enfant malade et un autre en bonne santé, ses parents mettront plus d’attention sur l’enfant malade que sur celui en bonne santé. L’espèce humaine est la seule espèce à ne pas tenir compte de la loi des gènes.

David Suzuki, la voix d’un biologiste militant

 

Généticien, biologiste et activiste de notoriété internationale, David Suzuki a reçu le Prix Nobel alternatif en 2009. Il a pris la parole devant une foule déjà conquise et impatiente d’écouter l’autre vulgarisateur anglophone par excellence.

 

Simplement avec quelques notes en main, D. Suzuki s’est avancé jusqu’au pupitre. Quelque part au tournant des années 1990, le monde tel qu’il existait a basculé. La menace d’une destruction instantanée de la planète a fait place à une préoccupation quant à la destruction graduelle des systèmes naturels. Pour Suzuki, il ne s’agit pas de redéfinir la relation entre deux superpuissances, mais de recaractériser la relation de l’Homme avec l’écosystème et de revoir le mode de développement économique et social.

 

«Bien avant les économistes et les hommes d’affaires, nous avions des besoins essentiels à combler, et que nous devons toujours combler.»

 

Il s’est ensuite attaqué aux choix des politiques gouvernementales de Mr Harper (premier ministre canadien) en critiquant ses décisions de faire passer l’économie avant la réduction des gaz à effet de serre, de peur de détruire le marché économique. Le Canada s’est retiré des accords de Kyoto en fin d’année 2011. Il demande:

 

«N’est-ce pas un suicide collectif ? L’économie, les marchés sont des concepts inventés par l’être humain. Tout comme les dragons, les démons, etc.»

 

D. Suzuki invite le public à repenser les fondements qu’il exprime de la façon suivante : «nous sommes des animaux, nous sommes l’air, nous sommes l’eau, nous sommes la terre, nous sommes le feu et nous avons besoin d’amour.» Il rappelle que la crise écologique est avant tout une crise humaine, comme l’a également soulignée H. Reeves.

 

La question qui reste en suspens : l’idéologie « sauver l’humanité » est-elle alors une lutte à soutenir ? A en croire la voix des Sages, oui, elle en vaut encore la peine.

 

 

Un article de Christine Lacaze, publié par greenetvert.fr
"publi 3-4Vers un nouveau paradigme"
2012 et aprés

Commenter cet article

lasorciererouge 30/06/2012 16:04



Cruiser : le ministre de l'Agriculture confirme l'interdiction en France


 


Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, a
confirmé vendredi 29 juin l'interdiction définitive du pesticide Cruiser OSR, utilisé dans le traitement du colza et accusé d'être à l'origine de la mort des abeilles.


La polémique qui tournait depuis des mois autour du Cruiser OSR s'achève. Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le
Foll a annoncé vendredi 29 juin, l'interdiction définitive d'utiliser lepesticide sur le territoire français. La décision, en projet depuis le début du mois, a été prise suite à un avis de l'Anses (Agence sanitaire pour
l'alimentation et l'environnement), sollicité par Bruno le Maire, prédécesseur de Stéphane Le Foll.


Selon les experts, le Cruiser OSR, utilisé dans la culture du colza, aurait un effet extrêmement néfaste sur les
abeilles notamment à cause d'une des molécules, le thiaméthoxam. Deux récentes études ont en effet démontré l'influence de l'insecticide sur le comportement des insectes
qui se retrouvent souvent déboussolées et incapables de retrouver leur chemin vers la ruche. Plus sérieux encore, le pesticide influerait également sur leur capacité à trouver de la nourriture.
Sans surprise, l'entreprise Syngenta, qui commercialise le Cruiser, a démenti ces affirmations considérant que le protocole utilisé n'a pas été validé et très éloigné de la pratique.


Selon le groupe, la dose d'insecticide administrée lors des tests était en effet "au moins trente fois plus élevée que celle du nectar
de colza protégé avec du Cruiser".Toutefois, les arguments apportés par le géant de l'agrochimie au cours des 15 jours laissés à sa disposition ne contredisent pas l'avis de l'Anses. De
leur côté, les apiculteurs qui ont organisé de nombreuses manifestations ces derniers mois pour appeler le gouvernement à interdire le produit, se réjouissent bien évidemment de la décision
prise par le gouvernement.


Mais les agriculteurs français d'oléagineux et de protéagineux ont quant à eux peur d'être pénalisés par rapport à
leurs concurrents européens s'ils ne peuvent protéger leur culture. Cependant, le ministre de l'agriculture a d'ores et déjà fait appel à l'instauration de solutions alternatives destinées à la
protection du colza sur lequel était auparavant pulvérisé le fameux pesticide.


 


Source: Maxisciences




nadine 30/05/2012 21:37


Chouette article Bastide , je n'ai qu'une traduction google, mais je suis d'accord avec le principe de détruire toute les autoroutes pour faire des cultures!! plus de voitures, plus de
circulation, que des vélos, c'est mon rêve ! et bien sur voyager par la pensée .

Bastide 30/05/2012 19:08


Churchill’s rock  versus  Podesta’s weathercock


by Jean Bastide


 Mr John Podesta has urged in 2010 to cease a public discussion on UFO, saying such a disclosure “could
destabilize society”, while he said in 2002 that “we ought to do it because the American people, quite frankly, can handle the truth, and we ought to do it, because it is  the law”.
Podesta’s radical reversal is therefore rather strange, given his former plea for the subject.


Evidently, the disclosure would completely destroy our geocentric religions, our Ptolemaic view of the universe,
specially the Biblical ones, namely Christianity, Islam and Judaïsm, and  just reveal we are only some Garden of Eden or rather some Earthly    Paradise,  with us as the
Bonobos in some zoo.


But never forget that like in  Andersen’s tale, the emperor is naked!  Nobody can face this awful truth, it
will be the end of our so-called “refined” societies. No doubt, Podesta seems to think so.


And, more, let us say the discovery of UFO propulsion implies for us the disappearance, the ruin  of our
industries, as cars, ships, and planes need no longer to be assembled. Therefore, we will have to destroy all our motorways and freeways  in order to be able to use these surfaces and areas
for agricultural purposes. We will have to stop using money, and learn  many others elementary  things.


Nevertheless, we cannot escape indefinitely  to take this UFO reality into account, before we ruin definitely and
for ever all the planet with our childish and criminal  attitudes. And Podesta’s reversal, this ostrich policy, cannot be the ultimate solution. Humanity must be wise enough in order to
contemplate its possible death in the eyes. But, as written by the French philosopher La Rochefoucauld,  both death and sun are impossible for human to face (“Le soleil ni la mort ne se
peuvent regarder fixement”.)


Stephen Hawking said that we should be wary of aliens. I answer we must remain wary… of men. As if we continue to
follow such “wise” men as Podesta and Hawking, nothing will ever change on this planet, but all will be quickly now destroyed by man itself, exactly like on the Easter Island or in the already
90% deforested Madagascar island, strangely formerly called "Island of the Moon".


What will be worse between earth’s devastation, havoc,  by man and the eventual human religions disappearances
due to some sudden awareness of the extraterrestrial life? Let me say it could be better for us to confront the potential danger and contact them, whatever the consequences. We are no longer
children, Santa Claus is dead but his korrigans are back with us.


 I prefer to see the end of Vatican and Mecca instead of destroying all our forests and animals. Let us face our
future with courage, stopping to hide as cowards constantly fleeing the reality, let us act courageously like the smallest of our  insects, as a scorpion always facing danger or ants saving
their eggs from flooding, or bees chasing some huge hornet.


Man is nothing else than an animal, as said in 1954 by Einstein. And some philosophies like taoïsm, buddhism will save
us from our desperation. Remember Winston Churchill on May 13,1940: "I have nothing to offer but blood, toil, tears and sweat", adding  “Come then, let us go forward together with our united
strength."


We have the choice, but what do you prefer, the weathercock or the rock, the politician or the wise, the liar or the
humble courageous man.


 What shall we do, that’s entirely up to you now, the actual snail pace of  so-called “evolution” or some
seven-league ufological boots. But you remain of course totally free to destroy your planet, you included, at a smart pace. You have almost succeeded, a bit more effort is just
needed.


Jean Bastide, July 28, 2010

philou 29/05/2012 23:57


la civilisation du  toujours plus,il   est  deja  trop  tard,l'  espéce  humaine  va  bientot disparaitre....

lasorciererouge 29/05/2012 00:55



Des citoyens cambodgiens s’organisent pour protéger les forêts


 


 


Pour lutter contre le trafic du bois des forêts
cambodgiennes, des citoyens se sont constitués en véritables patrouilleurs et risquent leur vie. Leur colère a encore augmenté après le meurtre du plus célèbre d'entre eux, abattu par un agent
de la police militaire le mois dernier.


Frustrés par l'inaction des autorités cambodgiennes, des patrouilleurs-citoyens risquent leur vie pour lutter
contre le trafic de bois qui décime les forêts du pays. Une réaction qui se fait encore plus virulente après que le plus célèbre d’entre eux, Chhut Vuthy, a été abattu par un agent de la police
militaire le mois dernier. Il était à ce moment-là en train de collecter des preuves sur l'exploitation forestière illégale.


Il y a fort à parier que le gouvernement de Phnom Penh a tenu à étouffer l’affaire qui en dit long sur la
politique environnementale du pays. En effet, les autorités ont été très critiquées pour avoir autorisé des entreprises proches du pouvoir à détruire des centaines de milliers d'hectares de
forêts. Même les zones protégées ont été détruites pour planter des hévéas, des cannes à sucre ou pour construire des barrages. Les ONG qui se battent pour l’environnement ont lié ces
concessions au trafic de bois, et accusé l'armée de protéger les entreprises.


"Etant donné l'inaction du gouvernement ou son incapacité à mettre fin à
l'exploitation forestière illégale et à arrêter à la déforestation, je pense que c'est maintenant à la population cambodgienne de faire quelque chose", relève Ou Virak, président du Centre
cambodgien pour les droits de l'Homme. Les villageois qui dépendent des forêts pour survivre ont donc décidé que les patrouilles forestières créées l'an dernier par le militant ne mourraient
pas avec lui. "Nous sommes tous des Chhut Vuthy", ont lancé ses partisans lors d'un récent rassemblement en son hommage. "Nous devons protéger la forêt avant qu'elle ne disparaisse. La forêt est notre bol de riz" a lancé Chan Yeng, 58 ans, militante et patrouilleuse citée par
l'AFP.


Une baisse des crimes forestiers grâce aux militants


Avec l'exploitation forestière illégale les forêts cambodgiennes ne couvraient plus que 57% du territoire en 2010
(contre 73% en 1990), selon l'ONU. Et les militants ne protestent pas en vain semble-t-il. Après avoir parlé aux trafiquants, collecté des preuves de leurs activités et les avoir empêchés de
profiter des bénéfices du bois, Chan Yeng affirme avoir constaté une baisse des crimes liés à l'exploitation de la forêt.


Les patrouilleurs mènent aussi des actions coup de poing comme brûler des caches de bois rares valant des dizaines
de milliers de dollars. En juin, ils ont prévu une action coordonnée d’envergure. Ils arpenteront alors les forêts de dix provinces. Une opération risquée, mais que les militants sont prêts à
mener pour sauver leurs forêts.


 


Source: Maxisciences


 


Moi je dis RESPECT ! 

Paloma 28/05/2012 23:09


Bonsoir Dav et toujours gratitude pour ton travail et tout ce que diffuses.......!


 


Très bel article et en plus par deux de *mes* Amours...!


 


Oui, nous sommes la terre, les minéraux, les végétaux, l'air, l'eau le feu...etc...nous sommes dans le tout et le tout est en nous !


 


Lorsque je passe de belles journées comme celle-ci près de la nature a observer toute cette gente ailée en pleine activité...a humer le parfum des foins a peine coupés... a .écouter le silence
.....je me dis que la paradis est la devant moi..Je suis LUI, il est moi et nous sommes UN !


 


Fasse que nos consciences s'éclairent afin que nous retrouvions rapidement notre UNITé.


 


Amourtié étoilée.


 


 

Dav 29/05/2012 07:28



Quel bonheur de pouvoir vivre à la campagne! je dois rouler assez loin maintenant pour trouver un lieu un peu sauvage...Le béton à tout envahi, les lieux de mon enfance n'existent plus, je me
souviens de grands champs de narcisses où je me plaisais à courir follement énivré par le parfum suave des fleurs...Merci amourtiés



Nous sommes sociaux !

Articles récents