Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Après les abeilles, les bourdons d'Europe, pollinisateurs, disparaissent...

Publié par David Jarry - Webmaster sur 6 Avril 2014, 13:16pm

Catégories : #Environnement

bourdon fleurBourdon en Bretagne
© C. Magdelaine / notre-planete.info

Selon une étude récente qui évalue le statut des espèces au niveau européen, 24% des espèces de bourdons d'Europe sont menacées d'extinction sur la Liste rouge des espèces menacées de l'UICN™. L'étude porte sur les 68 espèces de bourdons présentes en Europe. Elle fait partie du projet Statut et tendances des pollinisateurs européens (STEP) et de la Liste rouge européenne des pollinisateurs, tous deux financés par la Commission européenne.

Les bourdons, à l'instar des autres pollinisateurs, jouent un rôle crucial dans la production alimentaire. Ils permettent la reproduction des végétaux et améliorent la production agricole, notamment celle d'aliments tels que les tomates, les poivrons et de nombreux autres fruits, légumes et graines que nous consommons. Sur les cinq principaux pollinisateurs des cultures européennes, trois sont des bourdons. Avec d'autres pollinisateurs, les bourdons rapportent à l'agriculture européenne plus de 22 milliards d'euros par an.

"Nous sommes très préoccupés par ces conclusions. Une proportion si élevée de bourdons menacés peut avoir des conséquences graves pour notre production alimentaire", dit Ana Nieto, spécialiste de la biodiversité européenne à l'UICN et coordinatrice de l'étude. "Il faut protéger les espèces de bourdons et leurs habitats, restaurer les écosystèmes dégradés et promouvoir des pratiques agricoles respectueuses de la biodiversité afin d'inverser ces tendances négatives chez les populations européennes de bourdons."

D'après l'étude, les effectifs de 46% des espèces de bourdons d'Europe sont en déclin, 29% sont stables et 13% en croissance. Le changement climatique, l'intensification de l'agriculture et les changements dans l'utilisation des terres agricoles sont les menaces principales auxquelles ces espèces sont confrontées. La pollution découlant des déchets agricoles et la destruction de leurs habitats liée à l'urbanisation contribuent aussi à leur régression.

"Le déclin des bourdons européens est un problème qui doit être abordé sur tous les fronts. L'Union européenne a interdit récemment l'usage de certains pesticides qui sont dangereux pour les abeilles, et elle finance des recherches sur le statut de conservation des pollinisateurs", dit Janez Potoċnik, Commissaire européen à l'environnement. "Cependant, il est clair qu'il faut intensifier les efforts à travers, entre autres, une meilleure intégration de l'environnement dans les autres politiques, mais aussi en sensibilisant aux avantages apportés par les pollinisateurs."

"Un grand nombre de ces espèces vivent dans des zones très restreintes et leurs effectifs sont faibles", dit Pierre Rasmont, membre de l'équipe de l'étude STEP et du Groupe de spécialistes des bourdons de la Commission de la sauvegarde des espèces de l'UICN. "Elles sont souvent extrêmement spécialisées sur leurs plantes hôtes, ce qui les rend vulnérables à tout changement environnemental."

Le changement climatique

Le changement climatique, avec des températures en hausse et de longues périodes de sécheresse, est à l'origine de modifications importantes de l'habitat des bourdons. Bombus hyperboreus, le deuxième bourdon d'Europe par la taille, classé dans la catégorie Vulnérable sur la Liste rouge de l'UICN et strictement limité aux régions arctiques et subarctiques, ne vit que dans la toundra scandinave et dans l'extrême nord de la Russie. Le changement climatique risque de réduire considérablement l'étendue de son habitat, ce qui aurait pour conséquence un déclin de sa population.

L'occupation du sol

Les modifications dans l'utilisation des sols et des pratiques agricoles ayant pour résultat la destruction de l'environnement naturel des espèces représentent aussi une menace grave pour de nombreux bourdons du continent européen. La zone de répartition géographique de Bombus cullumanus, une espèce classée En danger critique d'extinction, a été énormément réduite depuis dix ans en raison de la fragmentation de son habitat et des modifications des pratiques agricoles, dont la disparition des emblavures de trèfle, la plante fourragère que l'espèce butine principalement. En conséquence, la population a subi un déclin de plus de 80% pendant la décennie écoulée. Très répandue dans le passé, elle n'est plus présente que dans un petit nombre de sites dispersés en Europe.

Le bourdon le plus grand d'Europe, Bombus fragrans, classé En danger, est aussi menacé par l'intensification de l'agriculture, qui détruit ses habitats naturels dans les steppes d'Ukraine et de Russie.

"Le rôle joué par les bourdons en matière de sécurité alimentaire et de maintien de la biodiversité végétale dans son ensemble est un élément très important du capital européen", dit Simon Potts, coordinateur du projet STEP. "Or, ce capital est exposé à des menaces croissantes et les résultats de cette évaluation de la Liste rouge représentent un outil important pour aider à protéger une composante indispensable de la biodiversité."

Un certain nombre de mesures, notamment la mise en place de bordures et de bandes-tampons autour des terres agricoles riches en fleurs et en espèces sauvages, ainsi que la préservation des prairies, sont considérées comme des outils efficaces pour contrecarrer le déclin rapide des espèces de bourdons. Elles peuvent permettre aux abeilles de butiner et aider à maintenir des populations stables de pollinisateurs, dont la survie est essentielle pour la sécurité alimentaire européenne.

Cette étude est publiée alors que l'on examine l'avancement de la mise en œuvre de la stratégie européenne destinée à arrêter la perte de biodiversité. Elle souligne qu'il est nécessaire d'intensifier les efforts de conservation et de mettre pleinement en œuvre la Stratégie européenne pour la biodiversité à l'horizon 2020, afin d'atteindre l'objectif 2020 d'arrêt de la perte de biodiversité et de la dégradation des services des écosystèmes, défini par les dirigeants européens en mars 2010.

Auteur

Union internationale pour la conservation de la nature

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Commenter cet article

herve 09/04/2014 09:20


hier ,le 8 avril ,n'avons jamais vu dans le sud-ouest de la france un tel maillage de CHEMTRAILS, ahurissant; lameteo avait prevue du beau temps, et il n"a céssé de pleuvoir, de bruiner,etc; le
matin tres tot ils ont commecé a larguer leurs trainées dans le ciel (il y avait un ciel magnifique et bleu ) vers 10h les choses ont viré,puis lciel est devenu tres chargé et avons tout pris sur
la GUEULE: contamination  =


AIR EAU TERRE.....vegetaux....animaux.....l'homme :donc le reste est comprehensible,et les abeilles en premiere ligne,petites bestioles hyper-sensibles et qui nous apportent tant...........mais
on laisse faire.........il faut radicalement emmerder nos elus de clowns et leur demander des comptes car sont responsables par leur laxisme

cassiopée 08/04/2014 09:50


Je transmets ce mail que j'ai reçu :


Cette année, beaucoup d’apiculteurs se sont réveillés avec une découverte terrible....
Au sortir du printemps, alors que les abeilles devaient se dégourdir, nettoyer leur logis et aller inspecter les environs en quête de pollen......
Rien, pas de mouvement, pas de vie....
leurs ruches étaient sans vie...
Vidées de leur essence....
Ceci est catastrophique, pour la nature, pour l’humanité...
Ce phénomène est généralisé en Wallonie....
 
Merci de prendre quelques minutes pour lire l’article..... et de le signer... si vous vous sentez concernés par l’avenir de l’humanité....
 
https://www.lapetition.be/en-ligne/Pas-de-round-up-sur-les-champs-en-fleurs-14239.html
 
Damien Dubois, apiculteur désespéré...

lasorciererouge 07/04/2014 19:24


http://www.wikistrike.com/article-le-dangereux-viticulteur-bio-anti-pesticides-emmanuel-giboulot-reconnu-coupable-123252332.html


 


Là, si vous n'avez pas encore compris qu'ils en ont rien à faire des abeilles et autres polénisateurs.....c'est à désepérer ! 

nours77 06/04/2014 21:11


Continuer donc les omg, qui tuent tout les insectes, bande d imbéciles....

Jophiel 06/04/2014 15:52


Les insectes pollenisateurs sont victimes de l'expansion massive des zones d'habitat de l'homme. Les champs en friche grands pourvoyeurs en espèces sauvages de fleurs et plantes en tous genres
disparaissent comme peau de chagrin au profit de zone pavillonaires ou de terres agricoles. Les engrais et autres insecticides déciment également les abeilles et bourdons. Comble de l'ironie les
insectes pollenisateurs prospèrent plus en ville qu'à la campagne !!!


L'homme a voulu tout contrôler sans se soucier si à long terme son intervention ne serait pas un désastre pour les écosystèmes.

beatrice 06/04/2014 15:41


faut-il etre a ce point stupide ,que de ne point comprendre la cause majeure de ce


drame irreversible ::::...simple bon sens a l'observation pour celui qui veut bien voir...............LES CHEMTRAILS......................................................largués en tres haute
atmosphere,bourrés de particules chimiques et organiques (tests et analyses le prouvant ) la retombée coiffe absolument tout :air, eau, terre avec les consequences que l'on peut imaginer  :
ils nous vendent ça comme ingienerie climatique, et quand encore ils ne font pas mine de ne pas savoir............

Nous sommes sociaux !

Articles récents