Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Aprés les pesticides, un virus tue des millions d'abeilles!

Publié par Dav sur 9 Juin 2012, 11:18am

Catégories : #Environnement

Un virus transmis par une mite tue des millions d'abeilles

 

 

© afp.

Un virus très contagieux transmis par la mite parasite "Varroa" contribuerait à la propagation et probablement à la mort de millions d'abeilles dans le monde, selon des chercheurs américains et britanniques dont les travaux ont été publiés jeudi aux Etats-Unis.

© belga.© belga.© afp.© afp.

 

Cette mite qui se nourrit du sang des abeilles au stade larvaire ou adulte, perce leur peau et déforme leurs ailes. Les abeilles jouent un rôle essentiel pour la pollinisation de plusieurs récoltes de fruits et légumes aux Etats-Unis estimés de 15 à 20 milliards de dollars annuellement.

Cette dernière recherche, qui paraît dans la revue américaine "Science" datée du 8 juin, a été menée à Hawaii par des chercheurs de l'Université de Sheffield (GB), de la "Marine Biological Association" et de l'Université de Hawaii. L'étude montre que ce pathogène viral a accru sa fréquence parmi les abeilles dans les ruches de 10% à 100%.

Disparition de millions d'abeilles adultes
Ce changement s'est accompagné par une augmentation d'un million de fois du nombre de particules du virus infectant les abeilles entre elles accompagné d'une énorme diminution de la diversité virale qui a conduit à l'émergence d'une seule souche très virulente de ce pathogène. Un fois que cette nouvelle souche virale s'établira à Hawaii longtemps épargnée, une nouvelle situation virale émergera qui reflétera ce qui se passe dans le reste du monde où la mite Varroa est déjà établie.

Et la capacité de cette mite à bouleverser de façon permanente l'environnement viral des abeilles domestiques pourrait être un facteur dans le phénomène, aux origines toujours mystérieuses, dt de "colony collapse disorder" ou CCD observé depuis 2005, marqué par la disparition soudaine dans les ruches de millions d'abeilles adultes. Ce phènomne s'est produit aux Etats-Unis, en Europe et ailleurs dans le monde.

Le CCD et les pertes excessives d'abeilles durant l'hiver pourraient ainsi s'expliquer par cette nouvelle souche de ce virus qui subsiste dans le corps des abeilles même après avoir retiré les mites. La mite Varroa (1,5mm x1mm) vit sur la peau des abeilles, s'y reproduit et de nourrit de leur sang.

Transmission du virus
L'arrivée et la propagation de cette mite sur l'ensemble des îles hawaiiennes a offert une occasion unique en 2009 et 2010 de traquer les changements dans l'évolution de l'environnemet viral de ces abeilles. La mite facilite la dissémination des virus en agissant comme un réservoir viral et un incubateur. Les auteurs de l'étude notent toutefois que quatre des virus souvent liés à la disparition soudaine des abeilles dans les ruches n'ont pas été véhiculés par la mite Varroa à Hawaii.

Cette nouvelle souche virale se transmet naturellement entre abeilles via leur nourriture ou au moment de se reproduire. Mais les mites font pénétrer ce pathogène directement dans le sang des abeilles quand elles se nourrissent créant une nouvelle voie de transmission en évitant nombre de protections naturelles de l'abeille, précisent ces chercheurs.

Ce virus qui compte seulement neuf gène est similaire dans sa structure au virus responsable de la polio chez l'humain. Le virus infecte de nombreuses abeilles qui montrent des déformités classiques de leurs ailes. Mais la vaste majorité des abeilles infectées n'ont aucuns signes morphologiques d'une infection.

La souche virale dominante trouvée dans les grandes îles d'Hawaii est identique à celle trouvée dans d'autres régions du monde indiquant que la situation à Hawaii est un miroir de ce qui s'est passé partout dans sur le globe. Par ailleurs fin mars des études françaises et britannique avaient révélé qu'un pesticide très utilisé dans le monde depuis les années 1990, le thiamethoxam (famille des néonicotinoïde), est nuisible aux bourdons et abeilles en perturbant leur système nerveux.

 

8/06/12 - 10h57 Source: afp.com

 

publi 3-4Vers un nouveau paradigme

2012 et aprés

Commenter cet article

lasorciererouge 31/07/2012 22:22


Un nouveau virus tue des bébés phoques





 


MALADIE






Une nouvelle souche de la grippe aviaire, baptisée H3N8, aurait causé la mort de 162 phoques le long des côtes américaines l'an
dernier, selon une étude.




Un nouveau virus de la grippe aviaire cause des pneumonies mortelles pour les bébés phoques des côtes nord-est des Etats-Unis. Il
pourrait présenter un danger pour les humains, selon une étude américaine parue mardi.


Cette nouvelle souche de virus a été baptisée H3N8 et elle aurait causé la mort de 162 phoques le long des côtes américaines l'an
dernier, selon l'étude diffusée par mBio, un journal de la Société américaine de microbiologie. La plupart des jeunes phoques morts de cette maladie
avaient moins de six mois.


Il n'y a pour l'heure aucun cas humain rapporté mais les scientifiques de l'Université de Columbia à New York sont inquiets après
les précédents de virus de ce type qui ont muté pour infecter des humains, comme le H5N1.


Pouvoir anticiper et prévenir


«Nos découvertes renforcent l'importance de surveiller la vie sauvage pour pouvoir anticiper et prévenir des pandémies», a déclaré
Ian Lipkin, professeur d'épidémiologie à l'Université de Columbia.


«Le virus du sida, le Sras ou la grippe sont tous des exemples de maladies infectieuses venues des animaux», a-t-il ajouté. «Toute
épidémie chez des animaux domestiques ou touchant des animaux sauvages représente un danger pour les espèces touchées, mais pourrait également être potentiellement dangereuse pour
l'homme».


Les scientifiques sont parvenus à séquencer entièrement le génome de cette nouvelle souche, qui trouve son origine dans un virus de
grippe aviaire en circulation chez les oiseaux sauvages en Amérique du Nord depuis 2002.


Au fil du temps le virus a muté pour arriver à infecter des mammifères par le biais de leurs voies respiratoires. Au total 162
phoques morts ou mourants ont été découverts durant le dernier trimestre 2011.


La grippe aviaire telle que nous la connaissons, le virus H5N1, reste relativement rare et a tué à peu près la moitié des personnes
qu'il a infectées depuis la première épidémie, partie de Hong Kong en 1997.


L'Organisation mondiale de la Santé a comptabilisé 606 cas humains de grippe aviaire depuis 2003, dont 357 cas mortels selon un
rapport qui date du mois de juin.


La grippe porcine, ou H1N1, est quant à elle partie du Mexique en 2009. Ce virus s'est largement répandu à travers le monde et a
causé la mort de 17.000 personnes.(ats/Newsnet)


 


Source: Le
Matin.ch

Nous sommes sociaux !

Articles récents