Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Arrêtez la Terre, je veux descendre !

Publié par Dav sur 9 Juin 2011, 08:01am

Catégories : #Environnement

 
 

C’est entendu, Pacha-Mama, Gaia, ou, selon Hergé, notre « bonne vieille Terre », nombreux sont ceux qui veulent la protéger.

Cette pensée est louable, mais nous sommes-nous interrogés sur ce qu’en pense l’intéressée : la Terre ?

En effet, si l’on veut prendre un peu de recul, elle existait bien avant notre arrivée, et sera encore là, longtemps après notre disparition. lien

A ses débuts, elle était polluée, entre autres, par du plutonium 239, dont la période (ou demi-vie) est de 24 000 ans, et elle a mis plusieurs millions d’année pour réussir pratiquement à s’en débarrasser, même si on peut encore en trouver dans la lave. (lien)

Or en quelques années, nous en avons reconstitué le stock, (lien) suite à l’exploitation de l’énergie nucléaire, et s’il est vrai que nous n’avons aucune solution pour nous en débarrasser, la Terre a le temps : dans quelques millions d’années, ce sera chose faite.

Mais vraisemblablement nous ne serons plus la, même si aujourd’hui, des chercheurs s’ingénient à prolonger la durée de nos vies.

L’un d’entre eux s’appelle Miroslav Radman, et il s’est mis en tête de percer le secret de l’immortalité.

Il étudie une bactérie (Deinococcus radiodurans) capable de résister à des doses de radiation 10 000 fois supérieures à la dose mortelle chez l’homme, et qui ne meurt jamais, car elle est capable de réparer et de reconstituer toute seule son génome sans la moindre difficulté. lien

Mais, même s’il arrive un jour à nous proposer de vivre, en bonne santé, deux siècles, ou plus, ce n’est rien face à la palourde qui elle dépasse allègrement les 400 ans d’existence. lien

Notre propension à nous prendre pour le « centre du monde » devrait nous inciter à plus de modestie si nous regardions plus attentivement les espèces qui nous entourent.

Le cafard, de si mauvaise réputation, résiste à des doses de radioactivité massive.  lien

Nous sommes nombreux, nous les humains, c’est entendu, mais que sommes nous face aux vers de terre ?

Si l’on mettait tous les vers de terre sur le plateau d’une balance imaginaire, tous les autres animaux, hommes y compris, ne suffiraient pas à faire pencher le plateau de la balance, car on en compte jusqu’à 2,5 millions à l’hectare. lien

Notre libido, quant à elle, ne peut que se faire toute petite face à celle de l’abeille, puisque celle-ci, au cours de son vol nuptial, a jusqu’à 20 males comme partenaires. lien

De quoi rendre jaloux certains hommes politiques qui ont défrayé la chronique récemment.

Et puis, lorsque le dernier homme aura quitté cette planète, il restera tous les insectes.

Mais revenons à notre chère vieille Terre.

La croute terrestre s’est formée il y a 4 500 millions d’années, et les premiers organismes terrestres sont apparus il y a 420 millions d’années, les premières mammifères, il y a 190 millions d’années, et nous sommes arrivés sur cette terre, il y a tout juste 4 petits millions d’années.

Il y a 75 000 ans, le volcan Toba, en Indonésie, aujourd’hui provisoirement endormi sous un lac, projeta dans l’atmosphère tant de soufre et de cendres qu’aux dires de plusieurs scientifiques, sur les quelques millions d’être humains à l’époque, il n’en resta qu’environ 2000 . lien

Puis il y a environ 18 000 ans, s’achevait la fin de la glaciation, et l’homme commençait à croitre et se multiplier avec le résultat que nous connaissons. lien

Les efforts généreux et marginaux des défenseurs de l’environnement, et autres chantres éclairés de la décroissance ne changeront peut-être pas grand-chose, ce qui n’est pas une raison pour baisser les bras, mais en fin de compte, c’est toujours la Terre qui l'emportera.

Le chien envahi de puces, lorsqu’il en a trop, n’a qu’à se secouer, ou plonger dans l’eau pour s’en débarrasser.

Métaphore cruelle pour nous si nous comparons ce chien à notre chère Gaia.

Comme l’a écrit Claude Levi Strauss : « le monde a commencé sans l’homme et il s’achèvera sans lui  ».

Alors c’est entendu, nous avons couvert la planète de gratte ciels, de routes et d’autoroutes, de lignes TGV, de lignes THT, de centrales nucléaires...

Les nappes de pétrole se vident, les mers se vident de leurs poissons, les citoyens se font vider leurs poches, et l’avenir qu’on leur propose, c’est de : « travailler plus pour gagner plus  ».

Nous sommes en train de faire disparaitre les dernières forêts anciennes, (lien) et le nombre d’espèces dont nous sommes responsables de la disparition ne cesse de grandir. lien

Des scientifiques américains de l’Université de Californie à Berkeley ont confirmé au mois de mars dernier dans la revue « Nature  » que la 6ème crise d’extinction d’espèce à déjà commencé.

Depuis les premières traces de vie fossiles, il y a 540 millions d’années, les espèces n’ont connu que 5 crises d’extinction massives, au cours desquelles, plus de 75% des espèces ont été rayées de la surface de la terre.

Sauf qu’au contraire d’aujourd’hui, l’homme n’avait aucune part de responsabilité dans ces disparitions.

Comme il est dit dans l’étude qu’ils proposent : Au cours des 500 dernières années au moins 80 des 5570 espèces de mammifères recensées ont disparu, alors que précédemment on dénombrait seulement 2 extinctions par million d’année. lien

Nous avons envahi le ciel d’avions, satellites, fusées, en tout genre, et les 4/4 roulent même dans nos chemins forestiers.

Nous avons pollué durablement le sol, l’eau, et la terre avec des pesticides, des déchets nucléaires, des tensio-actifs, et des déchets en tout genre, au moment ou les banquiers font leur beurre des catastrophes en cours et à venir. lien.

Sommes-nous le cancer de cette planète, comme l’écrit Stephen Jay Gould dans son « Pouce du Panda  » ? lien

Comme l’a dit Pierre Kung : « une civilisation qui est capable de laisser des déchets radioactifs à ses descendants, est une civilisation morte ».

 C’est pourtant ce qui est envisagé à Onkalo, en Finlande, ou un stockage nucléaire est prévu pour durer 100 000 ans. lien

Comment pourrions-nous vivre en bonne santé sur une planète malade ?

Et pourtant si l’on veut en croire vidéo cette la Terre s’en remettra très bien.

Chris Morin, photographe et réalisateur de courts métrage en fait le sujet de ses films et de ses expos, constatant, après avoir visité le temple d’Angkor que « la nature reprend vite ses droits (…) sans guerre ni cataclysme, elle est là, avec sa force tranquille ».

Dans un album saisissant, il nous propose la Tour Eiffel entourée de jungle, l’Atomium et ses éléphants, un iceberg à Manhattan... lien

La solidarité nous propose malgré tout l’espoir d’en sortir par le haut, car même si un jour nous devrons quitter cette planète, nous devrions nous interroger sur la « théorie du centième singe » :

Sur une ile japonaise, Koshima, un macaque a transmis un beau jour à ses congénères la pratique de laver les patates à l’eau du ruisseau, afin de les débarrasser de la terre qui les recouvrait.

Et une fois dépassé le 100ème singe informé, tous les autres singes, étrangement, se sont mis à appliquer la même recette. lien

Ken Keyes Jr en a fait un livre (le centième singe), et l’on peut découvrir cette théorie sur cette vidéo.

On a vu qu’en Tunisie, il a suffit qu’un homme, Mohamed Bouazizi, petit épicier ambulant, donne l’exemple à toute une nation, faisant le sacrifice de sa vie un 4 janvier 2011 pour chasser la peur dans l’esprit des Tunisiens. lien

Thierry Kruger et Pablo Girault nous proposent de découvrir dans un documentaire passionnant : « sous les pavés, la terre ».

Pierre Rabhi en est l’un des acteurs, et il nous donne l’une des clefs pour vivre en équilibre sur cette planète, malgré les pressions de ceux qui ne sont intéressés que par le pouvoir, et la puissance.

A ceux qui lui demandent « y a-t-il une vie après la mort ? » il répond « mais y a-t-il une vie avant la mort ? ».

Il ajoute « la croissance, c’est le problème  » et prône « la sobriété heureuse » en proposant de « perdre sur l’avoir et de gagner sur l’être ». lien

Les auteurs du documentaire évoquent donc la décroissance, faisant l’éloge de la lenteur, dans ce qu’elle a d’opposable à la vitesse suicidaire.  lien

Ils proposent de se déplacer autrement, de construire autrement, de se nourrir autrement, de commencer le changement par nous même sans attendre la décision des autres.

Cela va-t-suffire à enrayer la triste fuite en avant d’un progrès aveugle qui ne vise qu’a faire le bonheur financier de quelques uns au dépens de la détresse des autres ?

Les indignés aux 4 coins du monde appellent à une insurrection démocratique. lien

De quoi changer la face du monde, car l’essentiel n’est-il pas de vivre avec les valeurs que nous sommes donnés, quelque soit l’échéance que Pacha Mama nous aura fixé ?

Car comme dit souvent mon vieil ami africain : « Tout a une fin, sauf la banane qui en a deux  ».

L’image illustrant l’article provient de « jardinature.net »

Merci aux internautes qui par les infos envoyées ont permis la réalisation de cet article.

Auteur Olivier Cabanel depuis Agoravox 
Dav   "2012 un nouveau paradigme"

Commenter cet article

pierre 10/06/2011 22:16



Bonsoir Dav,


Tout l'éco-systhéme est basé sur la destruction. Tout ce qui vit sur terre se nourrie d'autres organismes, végétal ou animal. En conclusion, la fin de toute vie sur terre ne sera qu'un tas de
matière fécale poussiéreux. Né de la poussière, tu retourneras à la poussière.



wikistrike.over-blog.com 09/06/2011 16:16



Un certain champignon est l'origine commune du Vivant. C'est une sorte de "déesse mère" qui vit dans l'iombre et qui a donné tout ce qui vit en surface. Voilà ce qu'on essaie de nous cacher. Nous
avons mpême les preuves, c'est à venir sur WikiStrike (dans quelques mois). Ehoui, c'est ouf.



Dav 10/06/2011 07:18



Merci de nous t"enir informé les amis. Amitiés



Castelain 09/06/2011 12:50


La terre est creuse et l'homme était la il y a des millions d'années.


Dav 09/06/2011 14:57



Oui Castelain la Terre et creuse mais aussi l'ensemble des planètes et c'est un nouveau concept pour "l'ensemble" difficile à entendre! Amitiés



Nous sommes sociaux !

Articles récents