Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Au delà du 27 septembre, la Terre n'est plus en capacité de renouveller ses ressources naturelles!

Publié par Dav sur 21 Septembre 2011, 18:08pm

Catégories : #Environnement

Les Terriens une fois de plus à découvert écologique

Info rédaction, publiée le 21 septembre 2011
Les Terriens une fois de plus à découvert écologique

Une organisation américaine a fixé au 27 septembre la date symbolique à laquelle les Terriens auront consommé l'équivalent des ressources naturelles que peut générer la Terre en un an sans compromettre leur renouvellement. Après cette date, l’humanité puisera dans les stocks et appauvrira la planète.

Le "think tank" Global Footprint Network est une organisation américaine qui s'est spécialisée dans le calcul de l'"empreinte écologique" de l'humanité. Il s’agit de la comparer avec ce que la Terre est en capacité de générer comme ressources renouvelables et d'absorber comme déchets sans puiser dans ses réserves.

En arrêtant chaque année une date symbolique à laquelle les Terriens commencent à puiser dans les stocks, le Global Footprint Network cherche à faire prendre conscience de cet écart grandissant. L’organisation précise toutefois qu’"il n'est pas possible, bien sûr, de déterminer avec une précision absolue le moment exact où nous dépassons notre budget", mais une chose et sûre, la tendance reste la même avec un épuisement croissant des ressources.

 

1,5 Terre pour assumer les besoins actuels

 

Résultat : si la Terre a été pendant très longtemps à même de répondre aux besoins des hommes sans s'épuiser, on a franchi un seuil "critique" au cours des années 70. Ainsi, depuis plus de 30 ans, l'humanité vit au-dessus de ses moyens et il faudrait l’équivalent de 1,2 à 1,5 Terre pour assumer aujourd'hui les besoins de l’humanité toute entière. Un rapport qui reste à mettre en perspective car, selon un rapport de WWF datant de 2010, les habitants de la Terre consomment 4,5 planètes et demie s'ils vivent aux Etats-Unis ou aux Emirats arabes unis mais moins d'une moitié s'ils vivent en Inde.

Cette année, la date est fixée au 27 septembre alors qu’elle était fixée à début novembre en 2000. Ainsi, à partir de mardi prochain, l’humanité finira l’année écologiquement à "découvert" et devra puiser dans des stocks chaque année plus maigres. Concrètement, la pêche fera diminuer le nombre de poissons dans les océans, la déforestation sera supérieure au reboisement et les rejets de CO2 supérieurs à ce que la Terre peut absorber.

 

Une réduction de notre dépendance aux ressources

 

"Alors que nous cherchons à reconstruire nos économies, c'est le moment de se présenter avec des solutions qui resteront opérationnelles et pertinentes dans le futur", souligne le président de Global Footprint Network, Mathis Wackernagel. "Une reconstruction à long terme ne peut réussir que si elle est conduite avec une réduction systématique à notre dépendance aux ressources".

Car comme il l’explique, à l’heure actuelle, nous fonctionnons comme si nous avions dépensé notre "salaire annuel trois mois avant la fin de l'année, et [que nous grignotions nos] économies année après année". Une vie "à découvert" que les bientôt sept milliards de Terriens (d’ici fin octobre selon l’ONU) débutent chaque année un peu plus tôt.

 

Source : Maxisciences

Dav  "2012 un nouveau paradigme"

Commenter cet article

lasorciererouge 22/08/2012 21:16


Mercredi 22 août, l’humanité a déjà épuisé son crédit annuel de ressources naturelles


1


by globalpresseÉcologie •



Mauvaise nouvelle pour la planète. Cette année, il n’aura fallu que 234 jours à l’humanité pour consommer toutes les ressources naturelles que la Terre peut produire
en un an. Nous avons atteint, mercredi 22 août, le “Global Overshoot Day”, le “jour du dépassement”. En d’autres termes, nous vivrons à crédit jusqu’à la fin de l’année.


“L’heure du bilan a sonné”, estime l’organisation non gouvernementale Global Footprint Network (GFN), qui calcule chaque année cette empreinte écologique. Le processus d’épuisement des
ressources naturelles s’accélère : le “jour du dépassement” intervient cette année trente-six jours plus tôt qu’en 2011. En 2005, la limite fut atteinte un 20 octobre ; en 2000, c’était un
1er novembre.


Depuis 2003, les experts de GFN évaluent la quantité de ressources à travers le monde et la manière dont elles sont gérées. Avec pour unité de mesure l’hectare global (hag), la méthode consiste
à comparer cette “biocapacité” à la consommation réelle de chaque pays.


UNE SEULE PLANÈTE NE SUFFIT PLUS


Cette année, leur système de calcul a été affiné et a permis de publier de nouveaux chiffres, plus précis, pour les cinquante dernières années. Le résultat ? “Un déficit écologique qui se
creuse de manière exponentielle depuis cinquante ans”, constate Mathis Wackernagel, fondateur de GFN.


Une seule planète ne suffit plus pour subvenir à nos besoins et absorber nos déchets. Désormais les besoins de l’humanité dépassent de 50 % les ressources disponibles, lesquelles ont quasiment
diminué de moitié depuis 1961.





Rappelant que les risques de pollution (chimique, radioactive, etc.) ne sont pas comptabilisés dans cette étude, le président de GFN prévient : “La dégradation des milieux naturels se traduit
inévitablement par une baisse des surfaces productives et notre dette, qui s’alourdit, condamne aux dépens les générations futures.”


En 2008 (les données pour les années suivantes ne sont pas encore traitées), l’empreinte écologique de l’humanité s’élevait à 2,7 hag par habitant pour une capacité limite de 1,8 hag/hab.
Principaux responsables du déficit, les rejets de dioxyde de carbone constituent 55 % de l’empreinte écologique mondiale. Le reste revient à l’exploitation des milieux naturels.


PRESSION DISPROPORTIONNÉE


La pression des pays riches est disproportionnée. En tête du classement, le Qatar a fini par dépasser le Koweït et les Emirats arabes unis, avec une consommation de 11,68 hag/hab. Il faudrait
cinq planètes uniquement pour absorber la production qatarie de C02.


Au total, sur les 149 pays observés, 60 sont responsables de la dette. En 23e position, figure la France, dont la biocapacité a reculé de 20 %
entre 2005 et 2008. Désormais, ses besoins dépassent de 70 % les ressources disponibles. C’est bien au-delà de la moyenne mondiale. Le déficit s’est creusé très vite : le score hexagonal
s’élevait à 44 % en 1995, à 54 % en 2005.


Excédentaire, la Chine se place au 73e rang du classement. Le géant asiatique est le premier émetteur mondial de gaz carbonique par tonne
métrique, mais son empreinte écologique est relativisée une fois rapportée au nombre d’habitants.


Le rapport de 2012 sur l’état de la planète, mené conjointement avec l’ONG WWF, complète ces résultats. Entre 1970 et 2008, la biodiversité a chuté de 30 % à l’échelle du globe, et les
chercheurs estiment qu’au moins 0,01 % des espèces vivantes disparaissent chaque année. Le chiffre correspond aux dernières estimations de l’Union internationale pour la conservation de la
nature (UICN). “Il existerait sur Terre entre 15 et 20 millions d’espèces animales et végétales. Parmi elles, 19 817 sont en train de disparaître”, témoigne Florian Kirchner, chargé de
programme sur l’extinction des espèces.


Pour M. Wackernagel, ni l’austérité ni la croissance n’éviteront la faillite du système, le défaut de régénération de la Terre sera le facteur limitant de notre économie. “Car la tendance
finira par se renverser, que ce soit à dessein ou par désastre.”


http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/08/22/mercredi-22-aout-jour-du-depassement-pour-les-ressources-mondiales_1748396_3244.html

lasorciererouge 22/08/2012 20:40


Mercredi 22 août, l’humanité a déjà épuisé son crédit annuel de ressources naturelles






Mauvaise nouvelle pour la planète. Cette année, il n’aura fallu que 234 jours à l’humanité pour consommer toutes les ressources naturelles que la Terre peut produire
en un an. Nous avons atteint, mercredi 22 août, le “Global Overshoot Day”, le “jour du dépassement”. En d’autres termes, nous vivrons à crédit jusqu’à la fin de l’année.


“L’heure du bilan a sonné”, estime l’organisation non gouvernementale Global Footprint Network (GFN), qui calcule chaque année cette empreinte écologique. Le processus d’épuisement des
ressources naturelles s’accélère : le “jour du dépassement” intervient cette année trente-six jours plus tôt qu’en 2011. En 2005, la limite fut atteinte un 20 octobre ; en 2000, c’était un
1er novembre.


Depuis 2003, les experts de GFN évaluent la quantité de ressources à travers le monde et la manière dont elles sont gérées. Avec pour unité de mesure l’hectare global (hag), la méthode consiste
à comparer cette “biocapacité” à la consommation réelle de chaque pays.


UNE SEULE PLANÈTE NE SUFFIT PLUS


Cette année, leur système de calcul a été affiné et a permis de publier de nouveaux chiffres, plus précis, pour les cinquante dernières années. Le résultat ? “Un déficit écologique qui se
creuse de manière exponentielle depuis cinquante ans”, constate Mathis Wackernagel, fondateur de GFN.


Une seule planète ne suffit plus pour subvenir à nos besoins et absorber nos déchets. Désormais les besoins de l’humanité dépassent de 50 % les ressources disponibles, lesquelles ont quasiment
diminué de moitié depuis 1961.





Rappelant que les risques de pollution (chimique, radioactive, etc.) ne sont pas comptabilisés dans cette étude, le président de GFN prévient : “La dégradation des milieux naturels se traduit
inévitablement par une baisse des surfaces productives et notre dette, qui s’alourdit, condamne aux dépens les générations futures.”


En 2008 (les données pour les années suivantes ne sont pas encore traitées), l’empreinte écologique de l’humanité s’élevait à 2,7 hag par habitant pour une capacité limite de 1,8 hag/hab.
Principaux responsables du déficit, les rejets de dioxyde de carbone constituent 55 % de l’empreinte écologique mondiale. Le reste revient à l’exploitation des milieux naturels.


PRESSION DISPROPORTIONNÉE


La pression des pays riches est disproportionnée. En tête du classement, le Qatar a fini par dépasser le Koweït et les Emirats arabes unis, avec une consommation de 11,68 hag/hab. Il faudrait
cinq planètes uniquement pour absorber la production qatarie de C02.


Au total, sur les 149 pays observés, 60 sont responsables de la dette. En 23e position, figure la France, dont la biocapacité a reculé de 20 %
entre 2005 et 2008. Désormais, ses besoins dépassent de 70 % les ressources disponibles. C’est bien au-delà de la moyenne mondiale. Le déficit s’est creusé très vite : le score hexagonal
s’élevait à 44 % en 1995, à 54 % en 2005.


Excédentaire, la Chine se place au 73e rang du classement. Le géant asiatique est le premier émetteur mondial de gaz carbonique par tonne
métrique, mais son empreinte écologique est relativisée une fois rapportée au nombre d’habitants.


Le rapport de 2012 sur l’état de la planète, mené conjointement avec l’ONG WWF, complète ces résultats. Entre 1970 et 2008, la biodiversité a chuté de 30 % à l’échelle du globe, et les
chercheurs estiment qu’au moins 0,01 % des espèces vivantes disparaissent chaque année. Le chiffre correspond aux dernières estimations de l’Union internationale pour la conservation de la
nature (UICN). “Il existerait sur Terre entre 15 et 20 millions d’espèces animales et végétales. Parmi elles, 19 817 sont en train de disparaître”, témoigne Florian Kirchner, chargé de
programme sur l’extinction des espèces.


Pour M. Wackernagel, ni l’austérité ni la croissance n’éviteront la faillite du système, le défaut de régénération de la Terre sera le facteur limitant de notre économie. “Car la tendance
finira par se renverser, que ce soit à dessein ou par désastre.”


http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/08/22/mercredi-22-aout-jour-du-depassement-pour-les-ressources-mondiales_1748396_3244.html

lasorciererouge 24/06/2012 21:33


«Il existe des directives des Nations Unies pour le contact avec les extraterrestres » (Padalka – cosmonaute
russe)


 


Tel que rapporté par le journal russe en ligne Ria Novosti , le cosmonaute russe Gennady Padalka, l'un des cosmonautes russes les plus célèbres, et qui a
accumulé les heures dans l’espace, particulièrement dans la Station spatiale internationale ISS, a dit: "Il y aura tôt ou tard une rencontre avec les extraterrestres. En effet, il y a déjà des
directives officielles de l'ONU en cas de contact étroit. "


" L'Organisation des Nations Unies a élaboré un protocole avec des instructions détaillées en cas de premier contact
avec les extraterrestres "- a déclaré le cosmonaute, en réponse à une question spécifique d'un journaliste chinois.. Il a ensuite exposé sa pensée sur les extraterrestres: « Nous ne sommes pas
seuls dans l'univers, tôt ou tard, il nous faudra répondre à nos frères cosmiques. »


 


S'il y a une directive, c'est bien que l'ONU pense vraisemblablement qu'une recontre avec les E.T est possible, donc
que l'univers peut être plus habité que l'on nous le dit.


 

Florian 25/09/2011 22:03



http://www.lepouvoirmondial.com/archive/2011/09/21/le-27-septembre-les-terriens-auront-consomme-toutes-les-ress.html



Dav 25/09/2011 22:52



Merci pour le lien, j'ai lu l'article cependant je ne partage cet avis! amitiés



moana'ura 22/09/2011 19:46



la "décroissance" nous est due de fait !


bravo pour ce blog !



Dav 22/09/2011 20:59



Merci! amitiés



Nous sommes sociaux !

Articles récents