Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Bayer et Monsanto signent des accords de licence dans des technologies OGM

Publié par Dav sur 19 Avril 2013, 20:16pm

Catégories : #Santé

 

 

FRANCFORT (awp/afp) - Le groupe allemand de chimie-pharmacie Bayer a annoncé mardi avoir signé différents accords de licence avec le géant américain de l'agrochimie Monsanto portant sur des semences génétiquement modifiées résistantes aux désherbants et aux insectes.

 

 

Les détails financiers de la transaction n'ont pas été dévoilés.

 

 

Aux termes des accords conclus, Bayer CropScience, division agrochimique du groupe de Leverkusen (ouest), obtient une licence payante pour deux technologies de semences génétiquement modifiées de soja produites par Monsanto, pour les Etats-Unis et le Canada. Ces graines de soja OGM sont résistantes aux herbicides.

 

Bayer reçoit également une licence payante pour des graines de soja résistant aux insectes, valable pour le Brésil.

 

Monsanto met pour sa part la main sur des licences pour des technologies de Bayer. Elles lui permettront d'étudier les solutions pour lutter contre la chrysomèle des racines du maïs, un parasite qui développe une résistance au maïs transgénique de Monsanto.

 

rp

AWP

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

lasorciererouge 23/04/2013 20:56


L’Europe s’apprête à ouvrir la porte aux animaux et insectes génétiquement modifiés !



23 avr



 





 


Communiqué de presse des Amis de la Terre


Montreuil, le 22 avril 2013 – Les Amis de la Terre ont été informés des dernières décisions de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (l’AESA ou EFSA en anglais) par un communiqué de Gene Watch Royaume-Uni. Lors de sa dernière réunion à Parme (Italie), l’AESA a adopté les orientations pour l’évaluation des risques
environnementaux liés aux animaux GM. Sont concernés – pour l’instant – les poissons, les insectes, les oiseaux et les mammifères de fermes ou domestiques.


Pour Madame Wallace, directrice de Gene Watch Royaume-Uni : « En adoptant ces règles, l’AESA ouvre la voie à la production commerciale de poissons et d’insectes GM, d’animaux de fermes GM
comme les cochons et les vaches, que nous retrouverons dans nos champs, nos rivières, nos mers et dans les airs ».


Alors que la bataille fait rage aux Etats-Unis autour du saumon GM de la compagnie AquaBounty, l’AESA déblaie déjà le terrain pour son introduction en
Europe ! Une fois de plus, la Commission européenne se sert de l’AESA pour éviter d’avoir à légiférer et mettre en place un cadre légal strict. Elle préfère demander à l’AESA de soumettre des…
recommandations.


Pourtant, et ce n’est pas nouveau, de graves doutes sur les conflits d’intérêts au sein de l’AESA sont soulevés.
Gene Watch a déposé une plainte contre l’AESA – actuellement examinée par l’Ombudsman européen – qui porte sur les conflits d’intérêts du Groupe de travail sur les insectes GM.


Ce Groupe comprend un chercheur de l’Université d’Oxford, qui est financé par le Conseil de recherches scientifiques sur la biologie et les biotechnologies du Royaume-Uni dans le but de
travailler avec la compagnie Oxitec sur la mise au pont d’insectes GM. L’Université d’Oxford est un des investisseurs d’Oxitec et pourrait donc profiter de la dissémination commerciale des
insectes GM, si celle-ci était autorisée. Quatre autres membres du Groupe de travail ont ou ont eu des liens avec Oxitec et ont travaillé sur des projets communs ou co-signé des articles. Deux
autres membres de ce groupe travaillent pour le programme de l’Agence internationale de l’énergie atomique sur l’utilisation d’insectes GM.


La firme britannique Oxitec a déjà fait parler d’elle avec ses essais de moustiques transgéniques dans les Iles
Caïman et en Malaisie et dernièrement avec des lâchers à grande échelle au Brésil, avec le soutien des autorités de ce pays. Cette même firme travaille sur des papillons et mouches génétiquement modifiés. Avec ce nouveau règlement européen, ce sont des milliards de chenilles et
d’œufs de papillons et insectes génétiquement modifiés qui pourraient se retrouver dans les fruits et légumes. Oxitec cherche actuellement des partenaires pour commercialiser des mouches de l’olive, des mouches des fruits (aussi appelées mouche du vinaigre), des thrips de la tomate, des mouches
blanches du chou, tous ces insectes ayant été modifiés génétiquement.


D’autre part, cette semaine le Roslin Institute d’Edimbourg annonçait la mise au point de cochons GM
censés être résistants à des maladies. L’institut Roslin travaille aussi sur des poulets GM.


Pour Christian Berdot des Amis de la Terre : « L’agriculture intensive est dans une impasse que les compagnies de biotechnologies essayent de prolonger, mais à quel prix ? Combien de milliers
d’insectes GM vont se retrouver dans la nature et se multiplier ? Quelles seront les conséquences pour l’ensemble des écosystèmes touchés et pour la santé ? Personne ne le sait. Mais les enjeux
financiers et industriels sont importants. Au lieu d’agir dans l’intérêt général, la Commission européenne favorise les intérêts à très court terme de quelques firmes. »


http://www.combat-monsanto.org/spip.php?article1010

Isa 20/04/2013 19:42


Tous des assassins!

Ben.c 20/04/2013 12:12


DU POISON!

Nous sommes sociaux !

Articles récents