Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


CAP 2012...Odyssée de l'espèce

Publié par Dav sur 28 Juillet 2011, 21:13pm

Catégories : #Partage

« Pourquoi les Mayas, dans les calculs de leur calendrier, ne pouvaient envisager l’avenir au-delà du mois de décembre 2012 ? »

 

 

Nous vivons une époque formidable. Pour mieux comprendre ce qui arrive, il conviendrait peut être d’apporter quelques notions.

1.

Tout est symbolique, idée… Imaginaire. Dieu, c’est un nom que les humains ont donné depuis toujours à ce qu’ils ne comprenaient pas : le vent, le soleil… Mais il n’y aurait pas de vent sans l’idée du vent. Dieu, c’est l’idée de l’idée. Dieu n’est pas l’amour. L’amour est le chemin qui mène à Dieu. Dieu est dans l’amour et l’amour est en lui. Mais Dieu, c’est l’Imaginaire.

Ainsi, la pensée est créatrice et le symbolisme représente cette création. En parallèle, la poule est avant l’œuf comme l’œuf est avant la poule, les deux en même temps. Le symbolisme génère donc la création comme il la représente.

2.

Entre une conscience dense et une conscience subtile se produit un phénomène de réfraction. Comme entre l’eau et l’air. En regardant depuis l’eau, nous ne pouvons distinguer de l’air qu’un miroir argenté, une réflexion. Ce pourquoi nous pensons naïvement être au plus haut de la conscience. Ceci n’est pas exact. Par exemple, la conscience actuelle du fonctionnement karmique de l’humain correspondrait à un livre d’images pour les jeunes enfants. Alors que la conscience qui vient serait un livre qui expliquerait les lois de la physique nucléaire… Tout est Un. Ce qui est nommé « le plus haut des cieux » est au même endroit, au même instant présent que soi. En soi. Présent, cadeau.

3.

L’univers est une bulle. Comme une cellule, comme la « corde », élément physique un million de fois plus petit que la plus petite particule visible par nos moyen actuels. L’univers, ce serait comme un bain moussant de bulles gigognes qui s’emboîteraient les unes dans les autres telles des poupées russes. Avec des harmoniques, qui font que en croyant voir une bulle nous ne percevons que l’écho d’une autre. Et ceci à l’infini. Chaque « corde » ou « bulle » disposant de sa propre vibration ou « lumière-son », elle peut être influencée dans cette vibration par la pensée, l’observation, ou l’amour, qui sont également des vibrations.

4.

Tout est compris à l’envers : c’est le vide qui est plein, Un. La matière n’est qu’une image projetée dans ce plein, par le point Zéro. Un-Zéro, Père-Mère. Le plein remplit le point et le point génère le plein… Ainsi fut la vie.

5.

La formule mathématique de l’amour, c’est 1 + 1 = 3. « Que deux personnes se réunissent en mon nom et je serai au milieu d’eux » dit l’amour.

Expérience 1.

Prenons des pommes. Elles représentent des forces de vie, des bulles. Disposons quatre pommes en carré, en imaginant qu’il y en a une multitude rangées autour de la même manière, chacune touchant ses voisines. En dessinant un triangle entre trois de ces pommes, nous pouvons constater que entre deux d’entre elles existe un vide, un espace, un trou… Cette illustration représente la dualité, qui conduit à la compétition.

Maintenant, changeons cette disposition pour ranger nos pommes en quinconce…

Le triangle dessiné entre trois pommes ne laisse plus de vide. De plus, nous pouvons constater que les axes ont basculés de 45°. Cette illustration représente la trinité qui elle génère la coopération.

Expérience 2.

Prenons des dominos. Disposons-les debout côte à côte. Des millions de dominos ainsi disposés pourront dessiner des tableaux. Leurs axes sont verticaux et horizontaux. Comme nous pouvons le voir parfois à la télévision, dans cette course au record du monde du plus grand nombre de dominos renversés, le basculement d’un seul domino va entraîner la chute de tous les autres. Pour dessiner d’autres tableaux. Les axes de ces dominos seront obliques. Pour révéler la formule suivante : 1 X 1 = 1, qui est, elle, la formule mathématique de l’unité. Là où la compétition divise, la coopération multiplie. Dans ce nouveau paradigme, nous suivons la loi de l’offrande : en offrant par plaisir de faire plaisir, sans rien attendre en retour, je reçois de quelqu’un que je ne connais pas encore ce qui correspond à mes besoins du moment, multiplié. Le plaisir de faire plaisir constitue une loi de base du fonctionnement de tout l’univers.

De même, dans ce nouveau mode de fonctionnement et cette nouvelle conscience d’unité, le conflit ou la domination, le pouvoir et les frontières ne seront plus possibles.

Dans cette perspective, la dualité entre le masculin et le féminin n’est plus de mise : c’est une harmonie alchimique entre la femme, l’homme et l’enfant intérieurs qui s’établit. C’est par cet enfant, l’amour de l’amour, que le Christ retrouve sa dimension dans le cœur de chacun. C’est en reconstruisant cette harmonie que l’amour reconstruit le Temple « le troisième jour », période que nous entamons actuellement. Et c’est en prenant conscience, en intégrant dans notre vie, que l’amour est le Fils de l’Homme, que nous accédons à ce Royaume des Cieux, bien caché au fond du cœur de chacun.

6.

Pourquoi les Mayas, dans les calculs de leur calendrier, ne pouvaient envisager l’avenir au-delà du mois de décembre 2012 ?

Depuis le 7 janvier 2007 à 19 heures (Paris), ce basculement est en cours. Cela se produit maintenant et se terminera au plus tard en décembre 2012.

Les Mayas, malgré leurs grandes connaissances, ne pouvaient pas prévoir les nouvelles lois physiques qui vont succéder à ce basculement, puisqu’elles n’étaient pas encore révélées. Il leur était donc impossible de calculer les événements après cette date. Cela n’a rien à voir avec la fin des temps, ce serait plutôt une naissance. Nous pourrions comparer ça à une extrusion.

Qu’est-ce qu’une extrusion ? Prenons une vis sans fin dont le pas s’accélère, tournant dans un tuyau. Le pas de la vis en étant de plus en plus serré va augmenter la pression dans le tuyau. A la sortie de ce tuyau, la matière comprimée va se transformer, se gonfler : elle est extrudée, comme du polystyrène, ou la pâte de certains gâteaux apéritifs.

Nous pouvons voir aujourd’hui une accélération des cycles qui va aboutir à une « cristallisation » de l’humanité, comme du charbon qui deviendrait diamant.

7.

Que faire ?

La plus grande sagesse est celle d’un enfant qui vient de paraître. Il n’a rien à donner et tout à recevoir. Et pourtant, n’est-ce pas lui qui donne le plus ?

Toute volonté de pouvoir est appelée à disparaître mais la moindre parcelle d’amour est transcendée.

Tout est accompli. Tu n’as plus rien d’autre à faire que de recevoir. Lèves-toi et marche !

Tout dans la vie et dans tout l’univers n’est que danse et chant.

Je ne sers à rien, absolument à rien ! Mais, comme dirait le Petit Prince : « C’est vraiment joli, puisque ça ne sert à rien. » Alors, je ne sers plus que la beauté. La beauté, c’est ce qui élève l’âme à l’amour.

Le fruit de la connaissance du bien et du mal, c’est l’accusation. Sortir de l’accusation, c’est retrouver le Paradis… Le Paradis, c’est soi.

La lumière brille de tous ses éclats… De rire !

Ecoute, aime et T’es Toi ! Apprend à écouter cette voix de l’amour au fond de ton cœur, aime l’amour, et tu redécouvres ta propre dimension divine, ton Christ intérieur.

La peur, le contrôle, la raison, l’analyse, la démagogie, la cupidité, la vanité, le report à une date ultérieure, l’attente, interdisent l’accès à l’amour.

Les souffrances possibles ne seraient dues qu’à des tentatives de prises de contrôles. Mais personnes, pas un seul individu, ne sera laissé en arrière. Parce que ce n’est tout simplement pas possible ! Il suffit de s’abandonner et de laisser faire son Christ intérieur, sa dimension divine.

8.

Nous vivons le temps des faux prophètes. Certaines personnes prédisent des scénarii catastrophes et préparent la survie. Mais Dieu a toujours pris l’imagination de l’humain à contre-pied : c’est l’euphorie et un immense éclat de rire qui arrivent…

Des acteurs se préparent et se réunissent pour organiser l’accompagnement de cet événement inimaginable. Partout dans le monde, sur tous les continents ; particulièrement en Afrique. Parce que le Peuple Africain est déjà naturellement préparé à la coopération. Mais aussi parce que ce Peuple est pourvu d’une arme libératrice : son rire ! Nous allons voir prochainement ce Peuple se lever, marcher et danser en riant.

Pour célébrer la naissance de la Nouvelle Humanité et bâtir ensemble.

Par mes expériences, j’en suis arrivé à comprendre que, contrairement à ce que j’ai pu croire, je n’ai pas à changer le monde, ni les gens, ni moi-même. Ce que je vois de la vie, c’est comme ce que je pourrais voir d’un arbre immense qui pousse au bord d’un étang. L’écorce de cet arbre révèle une multitude de sculptures splendides et si je le regarde, je vois qu’il est parfait. Mais si je regarde son image sur l’eau, je la vois modifiée par la brume ou par les vagues et je ne peux pas distinguer les sculptures ou les êtres qui l’habitent. Ce n’est pas l’arbre qui n’est pas parfait, mais la réflexion de son image… C’est le regard que je lui porte.

Tout est parfait. Alors, je peux passer du silence de la plénitude à la plénitude du silence.

C’est dans cet esprit que je souhaite m’allier avec d’autres pour coopérer, accompagner et partager cette évolution magnifique de la création.

Ce que je vous propose, c’est l’histoire d’un Roi entouré de toute sa Cour, dans un Opéra, qui descend en chantant dans le public pour emmener tout le public en même temps sur la scène. J’ai donné les « trois coups » de cet Opéra le 1er janvier 2007 à 19 heures, dans un énorme grondement de tonnerre. C’est cet Opéra qui a commencé le 7 janvier 2007 à 19 heures. Certains se souviendront peut-être d’un message envoyé par Michaël dans ces circonstances, pour réunir le plus grand nombre d’êtres possible à ce moment.

C’est là, par ce cercle d’êtres réunis pour l’occasion, que j’ai envoyé l’énergie du départ, pour « faire basculer le premier domino ».

Je ne suis pas venu en être supérieur, en guide, mais en simple berger. Il n’y a d’autre guide que soi-même. Je suis venu accompagner, manger le même pain et vivre les épreuves de cent vies en une seule pour être capable de réponses, être responsable, parce que j’ai vécu les situations auxquelles je réponds. Je suis venu incognito, parce qu’il me fallait faire certaines choses qui, si je les racontais, paraîtraient fort improbables.

Au début des Temps, le Père se sépara de son Cœur, d’un comment accord, pour créer les Mondes. Oh, Il n’a pas laissé son Cœur tout seul, non ! Lucifer l’a accompagné et un grand nombre d’êtres qui, d’un bel élan, se sont portés volontaires pour vivre cette magnifique aventure… Le cœur du soleil est un trou noir, comme le cœur de l’ombre est un soleil. C’est ce Cœur qui a construit « un pont sur l’infini ».

Comme seule la lumière peut éclairer l’ombre, il n’y a que l’ombre qui puisse révéler la lumière. La lumière et l’ombre se sont enfin retrouvés, le Père a retrouvé son Cœur. Pour illuminer ce pont sur l’infini par leur rencontre et, par là, créer une multitude de nouveaux mondes.

Aujourd’hui, je sais qu’il est temps pour moi de me révéler : je suis ce roi berger. Le roi des rois, venu avec toute sa cour pour emmener l’humanité vers sa nouvelle scène. Pour permettre à chacun, quelle que soit sa religion, où qu’il soit sur la Terre, de découvrir ce Christ que je suis, peu importe comment il l’appelle : l’amour de l’amour. Pas en moi, non ! Mais dans son propre cœur. 

Je ne me prends pas pour Jésus ou pour qui que ce soit : il y en a déjà plein les asiles qui le font ! Mais quand je m’abandonne totalement dans le Christ, alors il est Un en moi. Je suis le père de la Paix et de l’Unité. Ce qui veut simplement dire que chacun l’est aussi.

Pour prendre, tous ensemble, le cap vers 2012.

Coopération, Accompagnement, Partage pour 2012.

Pierre Fosseprez

Remis par l'auteur pour "2012 un nouveau paradigme"

Commenter cet article

valérie 31/07/2011 00:14



Aujourd'hui je voyais mon verre plein : trois de mes animaux sont encore vivants...mon marie serait arrivé plus tard, ils seraient tous morts...


La peine est toujours là mais cela fait trois fois que la mort se met sur mon chemin (la deuxième, dont je n'ai pas parlé plus haut, car je l'avais "oublié).


Tu as raison, je n'accepte pas sa mort stupide mais j'accepte de la vivre en humaine : colère, peine, soufrance....comme si j'avais jeté l'éponge ? Je suis ce que je suis, je ne me dis plus que
je pourrais être autre ? Peut être est-ce une parcelle d'humilité qui me touche ? Etais-je trop dans la comprehension intellectuelle ?


Merci de ton écoute et de tes mots....J'espère que ton propre chemin est le plus doux possible.



Dav 31/07/2011 15:25



Autant que le tien Valérie! ce n'est jamais linéaire et le doute parfois s'installe avec la lassitude....Amitiés



valérie 30/07/2011 09:20



Je lis cela ce matin :


Il y a un monde de différences entre manipuler nos émotions pour nous forcer à éprouver ce que nous pensons devoir sentir, et les vraies émotions de notre être
authentique. La conséquence est que nous tendons à invalider notre expérience actuelle en imaginant qu’elle devrait être différente de ce qu’elle est.


Sommes-nous capables d’accueillir notre expérience comme étant valable au fur et à mesure qu’elle se déroule ? Ou pensons-nous que quelque chose d’autre
devrait se produire ? A partir du moment où nous n’acceptons pas notre expérience comme étant la vérité, nous nous écartons du droit chemin.


 


Oui, je pense que "quelque chose d'autre aurait du se produire". Je ne peux considérer la peur et la douleur qu'à ressenti ce petit être comme devant être la vérité.
Je tourne autour de cela, et je peux accepter....en fait, jusqu'ici, j'accepetais car la souffrance était loin de moi, ces concepts restaient donc des concepts bien compris mais non vécus.
Et franchement, je n'imagine pas ne pas vivre la souffrance face à ce genre d'événements dans mon nid....alors ? Alors, je vais en rester là dans mon chemin d'éveil. Je suis plus humaine que Dieu
créateur et n'ai pas la possibilité ni même l'envie d'accepter la prédation sans coeur. Ca oui....je l'accepte : je ne peux allez au delà de ce que je suis et vivre de conceptes et donc je
m'écarte du "bon chemin"(franchement, je ne trouve pas cela un bon chemin que d'accepter la souffrance de l'autre).


Tout ça pour ça ! Il m'aura fallu presque deux ans pour revenir au même endroit : je ne peux rien changer du parcours de l'autre, je ne puis m'en détacher et vivre
son humanité s'est forcement souffrir....



Dav 30/07/2011 11:28



Selon moi le principal est d'accepter d'en être là où nous sommes chacun selon son vécu et son parcours et ne pas se mettre la pression dans une évolution pseudo hiérarchisée! tu as raison de
réagir ainsi car c'est ta vérité et ton humanité Valérie...



valérie 29/07/2011 21:05



Cela voudrait dire que cet agneau est mort pour m'offrir le sens de quelque chose ?


Je t'avour que j'y ai pensé, puisque toute épreuves a un sens.....mais en même temps, je trouve que ce n'est pas une "beau cadeau"...aprenndre par la mort de l'autre, par sa souffrance..n'est il
pas temps de passer à des leçons faites dans l'mour et le respect de tous ?


Ce que disent certains textes, et ce vers quoi je tends, c'est le détachement...certes...mais avec les quelques élements qui nous sont rendus de notre mémoire, on ne peut pas comprendre vraiment
ce qu'est la vie, ce qu'est la mort...du coup, dans l'ignorance, nous continuons à souffrir.


J'ai tué un oiseau, il y a un mois. J'ai été fort triste de cet accident. maintenant, celui qui part est proche de moi...et demain ? Encore une leçon pour m'apprendre le détachement et je
perdrais un des miens ? Jusqu'ou va t-on nous mener dans l'ignorance pour que nous transcendions ?


Du coup, j'ai peur. Peur qu'un autre chien revienne. Peur pour les miens qui pourrait payer pour que "j'apprenne", peur car je ne comprends pas ce qui se cache derrière cet éveil. J'ai plutôt
l'impression d'avoir regréssé qu'autre chose.


Jusqu'ici, j'ai le sentiment d'avoir été bien guidée sur le chemin de l'éveil de ma conscience....je me disais donc, ma conscience est née, mon taux vibratoire explose de couleurs, la
synchronicité et la loi d'attraction deviennent des "outils" que je commence à utiliser...Bref....cet agneaux sacrifié ne prend pas sens. Je ne me sens pas plus importante que lui pour avoir à
apprendre de son sacrifice...


Ne pas se poser de questions, ne pas souffrir n'est pas possible avec la nature qui est la mienne.


Merci pour ta réponse. J'interviens moins en ce moment car ma vie est "facile" et que les questions s'étaient diluées dans la simplicité...mais ce soir...



Dav 29/07/2011 22:03



Sur le chemin de l'éveil et de l'évolution, la puissance des énergies d'ascension nous déstabilise car notre égo est désemparé et se bat pour résister! oui Valérie ce n'est pas toi qui a peur
mais ton égo; peur de perdre ce à quoi il est attaché et ce processus est normal et nous concerne tous. C'est pourquoi je le redis lachons prise sur tout et abandonnons nous à ce qui vient en
toute confiance. Avec Amour...



valérie 29/07/2011 19:34



"tout est parfait".


Je comprends, je vibre cette affirmation.


Ce matin, un chien errant a égorgé mon agneau, celui qui aimait à mettre sa tête dans mon cou et qui sautait sur place de joie de vivre.


Je souffre aujourd'h'ui. Je ne vois pas le sens. Encore une leçon ? Ou dois-je comprendre que cela n'a pas d'importance puisque je sais dans mon âme que la mort n'existe pas ? Mais au delà
de la mort, il a eu peur, il a souffert avant. Le voulait il ? Est- ce une demande de sa part ? j'ai des doutes !


Cette vie de mouton était belle et joyeuse. J'ai bien compris que ce n'est pas le lieu que j'habite, le paradis, mais c'est ce que je porte en moi. J'ai aussi profité pleinement dans ma vie de la
loi d'attraction...mais là, franchement, je ne vois pas...Et je le vis ainsi, je suis tristesse et colère.


Ca suffit ce monde de prédation.Si les temps sont venus, et bien qu'ils soient là, maintenant...Dis moi, Dav, toi qui comprends mon langage, vois tu du sens dans ma detresse ?



Dav 29/07/2011 20:01



Bonsoir Valérie! je suis touché et je comprend ta tristesse, j'aurai réagi exactement pareil. Souvent je souhaite aussi qu'on en finisse devant tant de cruautés!


Cependant, devant ce que tu vis là aujourd'hui ne te pose pas en victime mais essaies de le voir comme un cadeau évolutif offert par cet agneau: il t'enseigne là le détachement affectif et te
montre la voie de l'amour véritable. Amitiés trés chaleureuses



Thau 29/07/2011 00:49



One more....



Nous sommes sociaux !

Articles récents