Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Ces substances que nous cache… le jambon Herta

Publié par Rédaction sur 1 Décembre 2013, 19:59pm

Catégories : #Santé

 

carottesDécomposition du jambon Herta

 

« Ne passons pas à côté des choses simples« , nous annoncent leurs publicités. Les emballages précisent eux que « Herta s’engage à améliorer la qualité nutritionnelle de ses produits« . Bien entendu, ce n’est pas le pire jambon qu’on puisse acheter, mais ce n’est pas le meilleur non plus. Puisque nous avons celui-là sous la main, autant examiner sa composition exacte.

 

Un jambon « 100% naturel » ?

 

100% naturel, cela signifie seulement que le jambon n’est pas… 100% artificiel.

carottesVous vous doutez bien que non. Le plus léger en ingrédients et additifs est le jambon « le bon Paris bio« , qui contient « Jambon frais de porc, Sel, Sucre, Conservateur : nitrite de sodium ; Antioxydant : isoascorbate de sodium. SANS GLUTEN.«

Il est précisé que le jambon et le sucre sont issus de l’agriculture biologique et que les additifs sont « autorisés par la réglementation biologique.«

Pour « le bon Paris à l’étouffée« , l’emballage précise : « Jambon frais de porc, Bouillon : eau, couennes de porc, oignons, os de porc, carottes, sel, persil, ail, clou de girofle, poivre, laurier ; Sel, Dextrose de maïs, Arômes naturels, Conservateur : nitrite de sodium ; Antioxydant : isoascorbate de sodium. SANS GLUTEN.«

Certaines variétés contiennent aussi des arômes artificiels, et du chlorure de potassiumcomme conservateur.

 

Jambon : OGM ou pas OGM ?

 

etoile143Contactée, la société répond que les ingrédients de synthèse (surtout les édulcorants et épaississants) sont moins présents que dans les autres jambons de ce type, que les arômes sont souvent naturels. Elle ne garantit pas que l’alimentation de ses porcs soitsans OGM, à part pour le jambon bio.

 

De la couenne de jambon

 

…dans le jambon sans couenne. La couenne de jambon et les os de porc sont mixés pour être inclus dans le bouillon. De cette manière on n’écrit pas « gélatine » sur l’emballage mais onépaissit tout de même le produit. Le jambon industriel consiste de toute façon la plupart du temps à mixer les parties immangeables d’un animal et ajouter beaucoup d’eau. Rien d’étrange dans un bouillon, finalement, mais cela rend le jambon plus gras, et plusieurs emballages mentionnent « sans couenne ».

 

Des conservateurs

Qui dit produit industriel dit conservateurs.

 

•Le nitrite de sodium (E250) est admis mais considéré comme cancérigène potentiel. On l’utilise beaucoup pour fixer les couleurs par exemple. On considère que dans les charcuterie, viande en conserve, bacon, foie gras, il peut être admis mais qu’il ne faut pas en ingérer trop souvent.

•l’isoascorbate de sodium (E316) est un antioxygène. S’il n’est pas cancérigène, il réduit l’absorption des vitamines.

 

Astuces pour repérer un jambon de qualité

 

Le jambon supérieur doit se composer de grosses noix (les plus beaux muscles) : on les reconnait à leur couleur très claire.

Si vous trouvez :

> Des petits trous : il peut s’agir d’ un excès de sucre, d’un malaxage trop puissant ou de la formation de bulles d’air, au cours du malaxage, lors de l’injection du sel.

> Des petites taches rouges : elles sont peut-être provoquées par l’éclatement des vaisseaux à cause de l’augmentation de la pression sanguine causée par le stress de l’animal l’abattoir.

> Des traces jaunes : elles découler d’un malaxage ou de l’ajout de gélatine.

Dans un jambon de qualité, qui n’a pas été trop malaxé ni ne renferme trop d’eau, les fibres des muscles sont bien visibles.

 

http://www.consoglobe.com/jambon-herta-cg/2

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Commenter cet article

gwendal 02/12/2013 01:30


Salut paul. 7 ou 8 médecins généralistes sur 10, et 9 oncologues sur 10 refuseraient la chimio si un cancer leur était diagnostiqué Mais ça ne les empêche pas de la conseiller (et avec insistance en plus / vécu dans ma famille) aux "non-sachants"...
Alors je pense exactement comme toi sur leurs choix entre la nourriture chimique et la nourriture bio...


Par contre, même en mangeant probablement plus bio, les médecins généralistes sont de plus en plus rares a ne pas mourir avant l'age de la retraite ...vu qu'ils consomment quand même quantité de médocs
...Donc, ils savent des choses mais sont incapables d'en tirer les bonnes conclusions à tous les coups!


Un jour, ils sauront (s'il en survit assez...) que lorsqu'on veut soigner les gens, on ne devient pas médecin ...mais herboriste!

paul 01/12/2013 20:34


quand est-ce qu'on saura dire non ! a ts ces criminels de l'alimentation et comment ont-ils bonne conscience vis a vis de leurs propres familles ?? a moins que comme certains toubibs pour les
medicaments qui ont conscience de la mort qu'ils vendent


ou nous font prendre, prennent pour eux que du bio,et au diable le bon peuple qui est endormi...............merci.


 

Nous sommes sociaux !

Articles récents