Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Cigarette électronique : ce que préconise le rapport

Publié par Dav sur 28 Mai 2013, 11:20am

Catégories : #Santé

 

Interdiction dans les lieux publics, vente dans des établissements agréés, accès interdit aux mineurs... Les experts recommandent un strict encadrement.

 

 Elle ressemble beaucoup à  

Elle ressemble beaucoup à "la vraie" cigarette, et pourrait bientôt voir son usage restreint. Sonny Meddle / Rex Feat/REX/SIPA

Si son utilisation en France "ne doit pas être interdite", la cigarette électronique doit faire l'objet d'un encadrement assez strict, selon des recommandations d'experts rendues publiques mardi 28 mai. Le professeur Bertrand Dautzenberg, pneumologue et président de l'Office français de prévention du tabagisme, présente 28 recommandations sur l'utilisation de cette cigarette, qui connaît un engouement croissant mais divise les tabacologues.

500.000 à 1 million d'utilisateurs en France 

Chargé en mars par le ministère de la Santé de faire une évaluation de ce produit, le rapport propose un premier bilan de l'utilisation de la cigarette électronique. Inventé en Chine en 2005, l'appareil présente à son extrémité une diode simulant visuellement la combustion et contient une cartouche dont la solution s'échauffe au contact d'une résistance. Des flacons de "e-liquides", composés de propylène glycol ou de glycérol, de divers arômes et éventuellement de nicotine, permettent de recharger la cartouche usagée.

Selon les fabricants, le produit serait utilisé par 500.000 personnes en France mais, pour Bertrand Dautzenberg, le nombre d'utilisateurs pourrait d'ores et déjà atteindre le million, avec un chiffre d'affaires avoisinant les 100 millions d'euros, équivalent au marché des produits permettant d'arrêter le tabac. Quant à son efficacité pour arrêter de fumer et sa nocivité, elles continuent à faire l'objet d'un vaste débat.

 

 

Vers un encadrement strict

  • Interdite dans les lieux publics
  •  

Les experts recommandent que l'utilisation de la cigarette électronique soit soumise aux mêmes restrictions que celle du tabac : elle devrait donc être "interdite dans les endroits où il est interdit de fumer", selon le rapport.

  • Vendue dans des établissements agréés

Le comité d'experts demande qu'elle ne puisse être vendue que dans des établissements agrées et non plus "dans les supermarchés et autres boutiques généralistes" comme c'est le cas actuellement. D'abord distribuée sur internet, elle dispose désormais d'enseignes dédiées de plus en plus nombreuses. Selon le professeur Bertrand Dautzenberg, cité par Le Point, on compte aujourd'hui quelque 150 points de vente en France, contre une centaine en décembre 2012 et un seul en janvier 2010. 

 

  • Interdite aux mineurs
  •  

Le rapport préconise également son interdiction aux mineurs de crainte qu'elle ne favorise l'initiation au tabac. Le professeur Dautzenberg se déclare extrêmement réticent en ce qui concerne les mineurs pour lesquels la e-cigarette constitue "un boulevard d'entrée potentiel dans le tabagisme". Selon une étude récente faite à Paris, 64% des jeunes de 12 à 14 ans qui avaient essayé la e-cigarette n'avaient encore jamais fumé auparavant, souligne Bertrand Dautzenberg. 

 

  • Publicité interdite
  •  

Les règles s'appliquant à la publicité pour le tabac doivent également être transposées à la cigarette électronique, selon le rapport. Autrement dit, la e-cigarette doit tomber sous le coup de la Evin de 1991, selon laquelle "toute propagande ou publicité, directe ou indirecte, en faveur du tabac ou des produits du tabac ainsi que toute distribution gratuite sont interdites", y compris dans les points de vente.

 

  • Une innocuité à prouver par les fabricants
  •  

Les recommandations incluent l'obligation pour les fabricants d'apporter la preuve de l'innocuité des arômes utilisés et de limiter, hors statut de médicament, la quantité de nicotine utilisée à 18mg/ml contre une concentration maximale actuelle de 20 mg/ml sur les ventes dans les magasins spécialisés en France.

 

  • Une utilisation impropre pour arrêter de fumer

Un projet de directive européenne propose même d'abaisser ce taux à 4mg/ml, ce qui dissuaderait totalement les fumeurs, selon Bertrand Dautzenberg. Le pneumologue souligne également que l'utilisation de la forme liquide est "un moyen propre de prendre de la nicotine" surtout pour les gros fumeurs. En 2008, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait estimé que ces cigarettes ne pouvaient pas être considérées comme une thérapie légitime permettant d'aider les fumeurs à cesser de fumer. Elles sont interdites dans plusieurs pays, dont la Turquie, le Brésil, l'Argentine et Singapour.

Rapport sur la cigarette électronique by nouvelobs

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

jo 29/05/2013 00:21


je suis d'accord avec la sorciere rouge. De plus le lobby du tabac qui doit etre aussi puissant que celui du petrole ne se laisserait pas faire aussi facilement si le nombre de fumeurs chutaient
grace à ces reformes. hélas la réalité est que l'état s'enrichit grace aux taxes, en perpetuelles augmentations, et les producteurs aussi en vendant toujour plus de tabac donc tout le monde est
gagnant sauf le consommateur.


voir ce site pour la consommation de tabac en temps réel , impressionant http://globometer.com/addiction-tabac.php


 


 


 

lasorciererouge 28/05/2013 20:56


...il est interdit d'interdire !!


Nous font chier tous, ce qu'ils veulent c'est le contrôle absolu, ni plus, ni moins,..et bientôt on aura droit à des amendes, des taxes, l'OMS..laissez moi rire, ils mentent comme ils respirent
!!


Mais les anti tabac vont applaudir des deux mains, commme d'ab' !


Par contre ils ne se démènent pas autant pour la pollution due aux véhicules à moteurs, pourtant nous en respiront à plein poumons, nuit et jour et là, ben..rien!


Sans parler des usines, qui elles nous enfument gratos..il arrive un môment ou il faut arrêter de ce foutre de notre tronche!

Cyrus 28/05/2013 17:27


Bonjour ou bonsoir à toutes et à tous,


 


J'ai essayé et je dois avouer que je n'avais absolument plus envie de fumer.


 


L'e-cig permet donc bien de se passer de cigarette mais, tel quel, on reste dépendant de la nicotine, car sans diminuer la dose on peut très aisément repasser de l'une à l'autre sans problème.


 


Il y a donc bien moyen d'arrêter de fumer complètement. Pas mal de personnes que je connais y sont arrivées, mais en planifiant une diminution du taux de nicotine dans les e-liquides.


En partant d'un taux à 18 mg/ml, il faut ajouter 10% de e-liquide de même saveur à 0 mg/ml le deuxième mois, puis 20 % le troisième, etc. jusqu'à arriver à ne plus consommer son e-liquide qu'à 0
mg/ml. À partir de là, on peut arrêter l'e-cig et ne plus avoir envie d'une cigarette.


 


Quant à l'innocuité, il faut comparer celles du propylène glicol (ne pas confondre avec l'éthylène glicol) et de la glycérine végétale (qui génère le volume de "fumée") avec tous les additifs du
tabac. Si les e-liquides sont un tant soit moins nocifs que le tabac et que l'on suive un programme de diminution du taux de nicotine, c'est jouable.


Le Champix (provoquant des troubles de la personnalité et de l'agressivité) et autres produits de sevrages sont, quant à eux, assez dangereux (ne jamais utiliser un patch et griller une cigarette
en même temps ou avant l'avoir retiré depuis plusieurs heures) et ne compensent pas le besoin (manie) de tirer une bouffée, ce que permet l'e-cig.


Beaucoup de vapoteurs (utilisateur d'e-cigs, vu qu'il s'agit de vapeur et non pas de fumée) continuent de fumer la cigarette chez eux et l'e-cig, dans les lieux publics. Donc, ça ne pose pas ce
genre de problèmes.


 


D'autre part, il faut savoir que les e-cigs qui ressemblent aux cigarettes (voir la photo de l'article) sont les moins efficaces. Il vaut mieux opter pour un module réservoir/batterie.


Déjà, il ne faut pas remplir plusieurs fois par jour le ridicule réservoir des e-cigs qui ressemblent à une cigarette et la batterie dure au moins une journée. Et, de plus, il est bien plus
facile de doser son e-liquide dans un réservoir, alors que les cartouches des e-cig ressemblant aux cigarettes sont pré-remplies et sont généralement à usage unique. La diminution ne peut donc
pas se faire en douceur.

Nous sommes sociaux !

Articles récents