Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


CO2 atmosphérique : la montée des mers n’est pas près de s’arrêter

Publié par Dav sur 8 Janvier 2013, 07:24am

Catégories : #Climat

 

Même si nous parvenons à limiter le réchauffement climatique à 2 °C d’ici 2100, les mers du globe continueront de monter durant des siècles ! Cette affirmation se base sur le lien unissant le CO2 et le niveau des océans depuis 40 millions d’années. Elle mérite d’être décryptée…

Les activités anthropiques libèrent chaque année des milliards de tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Or, il s’agit d’un puissant gaz à effet de serre qui participe activement au réchauffement climatique que subit actuellement notre planète. L’augmentation des températures n’est pas sans conséquence, puisqu’elle provoque la fonte des glaces stockées en divers lieux du globe, ce qui entraîne une montée du niveau des océans. Bref, il existe un lien entre la concentration atmosphérique en gaz carbonique et l’élévation du niveau des mers. Mais en a-t-il toujours été de même ? Et surtout, quel impact a eu la concentration atmosphérique en CO2 sur les océans durant l’histoire de la Terre, disons depuis 40 derniers millions d’années ?

Pour répondre à ces questions, Gavin Foster et Eelco Rohling du Centre océanographique national de Southampton (Royaume-Uni) ont récolté plus de 2.000 paires de données caractérisant la hauteur des océans à un temps géologique et sous une concentration atmosphérique de CO2 connue. Elles couvrent cinq périodes de l’histoire de la Terre ayant été marquée par des climats plus chauds, plus froids ou égaux au nôtre. Leurs résultats viennent d’être dévoilés dans la revue Pnas.

Une relation sigmoïdale a été trouvée entre les deux paramètres à l’échelle des temps géologiques. Elle permet de souligner l’important rôle de forçage climatique joué par le CO2 depuis des millions d’années (il explique à lui seul 68 % de la relation). Par conséquent, les changements de concentration en gaz carbonique atmosphérique ont toujours été suivis par des fluctuations du niveau des mers jusqu’à ce que ce dernier se stabilise à un nouvel état d’équilibre naturel. Avant de poursuivre, nous pouvons d’ores et déjà préciser que les océans du globe ne sont pas près de s’arrêter de monter, même si nous parvenons à limiter le réchauffement climatique à 2 °C d’ici 2100.


L’élévation récente, entre 1880 et 2000, du niveau de la mer (en cm) selon les marégraphes était en moyenne de 2 mm/an. © Robert A. Rohde, Wikimedia Commons, cc by nc sa 2.5

Les océans vont encore monter durant des siècles

Par le passé, une élévation de la concentration en CO2 de 180 ppm à 400 ppm a toujours été suivie par une importante montée des mers. Cette relation reflèterait la grande sensibilité climatique des calottes glaciaires lors des ères glaciaires, ainsi que celle des glaces du Groenland et de l’ouest de l’Antarctique dans les périodes interglaciaires. Le niveau des océans serait ensuite resté plus ou moins stable pour des concentrations en gaz carbonique allant jusqu’à 650 ppm, avant de recommencer à augmenter fortement jusqu’à ce que toutes les glaces disparaissent (plus de 1.100 ppm). Cette tendance reflèterait le comportement des étendues gelées de l’Antarctique oriental. Durant l’Éocène, les mers culminaient ainsi entre 60 et 70 m au-dessus de leur niveau actuel.

Quel a été l’état des océans lorsque la Terre possédait un climat similaire au nôtre, avec une concentration atmosphérique en CO2 proche de 400 ppm (une valeur de 390,9 ppm a été mesurée en 2011) ? La réponse surprend : la surface des mers se situait 9 à 31 m au-dessus de leur niveau actuel ! Même si nous parvenons à limiter le réchauffement climatique à 2 °C d’ici 2100 (concentration en CO2 comprise entre 400 et 450 ppm), les mers devraient poursuivre leur ascension durant encore plusieurs siècles avant d’atteindre l’équilibre. En effet, elles s’élèvent actuellement d’environ 1 m par siècle. La seule solution pour arrêter la montée des eaux consisterait à revenir à la concentration atmosphérique en CO2 de l’ère préindustrielle, soit 278 ppm.

 

Par Quentin Mauguit, Futura-Sciences
NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

Krolik 08/01/2013 13:18


Sans être spécialiste, je constate juste que l'article précise que le CO2 influe à hauteur de 68 % sur le réchauffement constaté, on peut donc considérer que c'est juste un facteur d'agravation
par rapport à ce que l'on constate sur d'autres planètes......

Yann 08/01/2013 10:34


Une carte interactive de la montée des eaux :


http://flood.firetree.net/?ll=44.5905,-40.0781&z=14&m=14

yvo 08/01/2013 10:00


Pour info, Mars, Jupiter, Saturne, Pluton se réchauffent aussi.


Tout notre système solaire est monté en température. Info scientifique facile a vérifier.


Les gaz à effet de serre ne sont pas bon pour notre planète, c'est sûr !


Notre Terre est-elle si particulière ? Qu'elle seule, puisse se réchauffer grâce au CO2 ?


 


 


 

yvo 08/01/2013 09:43


Pour ne pas dire n'importe quoi et ne pas croire n'importe qui.


Surtout la propagande du GIEC qui n'est qu'une prévision basé sur des modèles informatiques.


Voici le site français, pour les scientifiques, le plus informé sur le réchauffement climatique. Le reste n'est que baliverne médiatique.


Tous les outils techniques sont disponible sur ce lien. Faites-vous une idée par vous-même.


http://www.pensee-unique.fr/

Nous sommes sociaux !

Articles récents