Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Des astéroïdes sont passés... dans l'ignorance totale

Publié par Dav sur 21 Février 2012, 10:04am

Catégories : #Espace

IRIB- Lorsqu'une émission grand public s'intéresse à la question d'un impact éventuel d'un objet venu de l'espace s'écrasant sur Terre, voici, souvent, le message qui ressort: «Oui, le risque qu'un astéroïde entre en collision avec la planète bleue est réel, mais c'est un événement qui ne se produira, probablement, pas avant des centaines, voire, des milliers d'années». De savants calculs illustrent, en général, cette information rassurante... mais qui néglige de dire l'essentiel: en effet, certaines météorites, en provenance du Soleil, sont indétectables, et ne sont identifiées... qu'une fois après avoir frôlé notre planète! Depuis le début du siècle, un tel phénomène, appelé «Near Miss» (que l'on peut traduire par «raté de peu»!) s'est produit, plusieurs fois, dans l'indifférence générale.

L'astéroïde 2002 MN: le 14 juin 2002, cet astéroïde de 120 mètres de long (l'équivalent d'un stade de football) est passé à, seulement, 120 000 kilomètres de la Terre (1/3 de la distance Terre-Lune) et n'a été repéré que... le 17 juin, soit trois jours après une collision potentielle avec notre planète! Se voulant rassurant, le Centre Spatial britannique, avait, alors, tenu à préciser que 2002 MN était considéré comme «un objet de petite dimension, incapable de causer des dégâts, à l'échelle planétaire, comme celui qui serait à l'origine de l'extinction des dinosaures». Le communiqué ajoute cependant que «s'il était entré en collision avec la Terre, 2002 MN aurait pu causer des dégâts comparables à celui qui avait frappé Tungunska (Sibérie), en 1908, où 2.000 kilomètres carrés de forêts ont été anéantis». Quant au magazine américain «Sky and Telescope», spécialisé dans l'observation du cosmos, il s'inquiète, avec sincérité, sur les risques majeurs de ce type d'impact: «Le plus frappant, c'est à quel point il est passé près de la Terre ; les conséquences d'une éventuelle collision dépendent, largement des roches qui composent cet astéroïde, mais elles auraient été, certainement, comparables à ce qui s'est passé à Tungunska, avec une puissance comparable aux plus grosses bombes H».

IRIB
via Sott.ner
publi 3-4"Vers un nouveau paradigme"
2012 et après

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents