Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Des coupures Internet massives d'ici au 8 mars à cause du FBI ?

Publié par Dav sur 19 Février 2012, 15:40pm

Catégories : #Nouvel ordre mondial

RTEmagicP_FBI_DNSChanger_txdam27948_4d40ce.jpg

 

La Journée de la femme sera-t-elle marquée par une panne d'Internet ? Si l'on en croit la rumeur, il est en effet possible que le FBI, qui a pris le contrôle de serveurs DNS piratés, prenne la décision de les fermer. Et il peut le faire au plus tard le 8 mars.

 

Le 8 mars prochain, plusieurs milliers de foyers français pourraient être privés de leur connexion à Internet, à cause de la mise hors ligne par le FBI de serveurs DNS corrompus. Les DNS servant à établir une correspondance entre une adresse IP et un nom de domaine, il deviendra impossible de surfer pour tous les ordinateurs directement reliés à eux. Des solutions en ligne existent déjà pour savoir si son poste est infecté, et comment le reconfigurer pour éviter le blackout. L'entreprise Lexsi propose un site, DNS-OK, auquel il suffit de se connecter pour savoir si son ordinateur est concerné.

Le FBI a pris le contrôle en novembre 2011 de serveurs DNS utilisés, via lesquels sévissait un redoutable cheval de Troie, DNSChanger, capable de rediriger les internautes vers des contenus illégaux et surtout d'espionner l'ensemble de leurs données.


Sur son site, le FBI explique l'affaire, née après l'arrestation de pirates de nationalité estonienne. D'après la justice, le FBI a jusqu'au 8 mars 2012 pour fermer les serveurs frauduleux. © FBI

La guerre du Cheval de Troie aura-t-elle lieu ?

Ces serveurs, désormais propriété du FBI, doivent bientôt être mis hors ligne, avant le 8 mars prochain selon le journaliste américain Brian Krebs. De fait, tous les ordinateurs infectés par ce cheval de Troie ne devraient plus pouvoir accéder à Internet. Le FBI explique l'affaire sur son site.

Selon le FBI, près de 4 millions d'utilisateurs dans le monde seraient concernés, dont 500.000 aux États-Unis et de 30.000 à 50.000 en Allemagne. Aucune estimation n'a encore été communiquée pour la France.

De leur côté, les éditeurs de solutions antivirus travaillent à fournir des outils d'aide aux internautes en détresse. C'est le cas de G-Data, qui vient de mettre en ligne un tutoriel afin de configurer correctement ses paramètres de connexion.

Les autorités françaises sont, quant à elles, pour le moment silencieuses sur le sujet.

Source : Relaxnews
 
publi 3-4"Vers un nouveau paradigme"
2012 et après

Commenter cet article

lasorciererouge 19/08/2013 09:36

http://echelledejacob.blogspot.fr/2013/08/internetgoogle-incident-sans-precedent.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+LchelleDeJacob+%28L%27%C3%89chelle+de+Jacob%29&utm_content=Yahoo!+Mail

lasorciererouge 26/02/2013 18:32


ATTENTION DANGER 


Liesi et Ubest1...fermés aussi !!


C'est le début d'une hécatombe, Dav, et toi...est tu inquiété ?? 


Je me fait beaucoup de soucis, aparement 2013 sera une année noire pour la LUMIERE !!


amourtié

lasorciererouge 24/02/2013 22:06


http://www.inexplique-endebat.com/article-important-info-du-site-115620535.html


 


..c'est une grande perte, mais la vérité et la connaissance ILS n'en veulent pas.


Quand je vous dis qu'il faut TOUT télécharger car bientôt, j'en ai bien peur, nous n'aurons plus accés à rien !!


P.., je vous dis pas ma colère, réveillez vous bon sang !!!

lasorciererouge 25/10/2012 21:38


Les Nations Unies appellent à la surveillance globale et totale des usagers sur internet pour contrer le
terrorisme







Dans un rapport de 148 pages, rédigé par les Nations Unies et présenté à la conférence de l'Office des Drogues et
du Crime, il est écrit que les terroristes utilisent les réseaux sociaux, incluant Facebook, Twitter, Youtube, pour diffuser leur propagande.





Des terroristes potentiels, toujours selon le rapport, utiliseraient des technologies de communication qui
implique internet pour rejoindre leur audience et ce, de façon anonyme et peu coûteuse.





Le problème, conclut le rapport, est qu'il n'existe pas de systèmes de données internationaux où sont rassemblés
les données nécessaires pour faire le suivi des terroristes potentiels. Les cafés internet, les aéroports et les librairies sont des postes de travail où les terroristes peuvent agir de façon
anonyme, sans aucun contrôle.





Le Département de la Justice américaine, avec ses lobbyistes, tente donc de convaincre le Congrès de
déposer une loi qui oblige les fournisseurs à garder les traces de leurs clients et ce, informations qui seraient fournies à la police si nécessaire. [C'est déjà fait! Reste simplement à faire
approuver cette pratique pour la rendre légale et légitime aux yeux du public.]





La rapport ajoute les sites comme VoIP et Skype pour que toutes les conversations soient enregistrées, pour que
les conversations instantanées sur les "chat" soient elles aussi archivées et conservées.





Source:


http://news.cnet.com/8301-13578_3-57537559-38/u.n-calls-for-anti-terror-internet-surveillance/?part=rss&tag=feed&subj=News-PoliticsandLaw


Source traduction: Conscience du peuple

lasorciererouge 27/09/2012 21:06



"CleanIT" : le nouveau projet qui va faire bondir les internautes


 


Après Hadopi, après Acta, voici venir CleanIT, le nouveau projet européen de réglementation du web qui risque de faire bondir les internautes et les défenseurs des libertés publiques sur internet.


Il y a maintenant deux ans, le Programme de Commission européenne pour la prévention et la lutte contre la criminalité avait
mandaté un groupe rassemblant responsables gouvernementaux et représentants du secteur privé afin de réfléchir aux moyens de lutter contre le terrorisme sur internet. Pour ce faire, le projet, baptisé "CleanIT", et mené par le responsable néerlandais de l’anti-terrorisme But Klaasen, avait été doté d’un budget
de 400.000 euros.


"Ridicule" et "effrayant"


Depuis, ce groupe de réflexion travaille discrètement, rendant régulièrement des rapports d’étapes qui n’ont jusqu’à présent été
que très peu médiatisés. Mais la semaine dernière, l’association de défense des libertés sur internet European
Digital Rights (EDRI) a mis la main sur un nouveau rapport jusqu’à présent tenu secret
et comportant des propositions assez étonnantes, voire "ridicules" ou "effrayantes" selon certains, qui risquent en tous cas de provoquer une levée de boucliers chez
les défenseurs du web.


En effet, pour lutter contre le terrorisme, CleanIT propose ainsi tout simplement de bannir tout "contenu terroriste". Or, cette
idée suppose tout d’abord de trouver une définition commune à tous les pays d’Europe du terrorisme et de ce que peut-être un "contenu terroriste", au risque dans certains cas de violer la
liberté d’expression de certains groupes. En outre, le projet propose d’également rendre illégal le simple fait de faire un lien hypertexte vers de ces "contenus terroristes".


CleanIT entend également mettre la pression sur entreprises du web en assimilant le fait d’avoir un groupe terroriste dans ses
clients à une aide financière au terrorisme. Ainsi, le fait de "fournir des services internet" à l’un de ces groupes serait qualifié "d’aide économique (…) et serait donc un acte
illégal".


Parmi les autres mesures proposées risquant de déclencher un tollé figurent notamment le fait d’obliger les entreprises du web
"n’autoriser que les vrais noms" des internautes, ce qui reviendrait à interdire tout pseudo, l’obligation de mettre sa vraie photo sur les réseaux sociaux ou encore l’obligation d’inclure dans
les navigateurs un "bouton d’alerte"…


Autant de mesures qui semblent inapplicables à moins de mettre internet sous tutelle des Etats ainsi que sous surveillance
généralisée. "CleanIT" précise que son but n’est pas d’édicter des règles contraignantes mais de proposer une série de mesures et de principes destinés à guider les Etats membres dans leur
travail législatif.


 


Source: Noubel Observateur

lasorciererouge 30/08/2012 22:50


Une faille dans Java menace tous
les ordinateurs de la planète





Il faut désactiver au plus vite la plate-forme
gratuite Java au risque de se faire pirater, assurent les spécialistes en sécurité informatique.


Les spécialistes de la sécurité informatique ont détecté une
faille “critique” dans le programme Java, qui menace tous les ordinateurs qui l’utilisent.


“Des ordinateurs portables aux centres de données, des consoles
de jeux aux téléphones portables, la technologie Java est présente sur tous les fronts !”, fanfaronne le site du géant américain Oracle, qui édite le programme. Et pour cause : Java est un
langage de programmation et une plate-forme informatique. Ce langage permet l’exécution de programmes, de jeux et d’applications professionnelles.


Alors quand une faille de sécurité “critique” est découverte, la
panique pointe. Surtout quand plus d’un milliard d’ordinateurs et trois milliards de mobile utilisent Java.
Oracle savait


Découverte le 26 août par le cabinet de sécurité FireEye, cette
faille de Java 7, la dernière version du langage, peut être exploitée pour obliger un navigateur (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari…) à télécharger n’importe quel programme qui sera
ensuite exécuté sur l’ordinateur.


Concrètement, un hacker pourrait prendre à distance le contrôle
d’un ordinateur via un virus. Pour l’instant, seul les PC sous Windows semblent concernés par cette vulnérabilité. Mais les Mac ou les ordinateurs sous Linux pourraient être les prochaines
victimes.


Selon le site spécialisé 01 Net, la faille “a d’abord été
utilisée par des pirates de haut vol, dans un but de cyber-espionnage en déployant une variante de Poison Ivy, un cheval de Troie.”


Plus important, une “Proof of Concept”, une démonstration de
l’existence de la faille, a été publiée sur internet. Dès aujourd’hui, un pirate quelconque peut utiliser la brèche de sécurité.


L’affaire se révèle plus inquiétante encore quand on sait
qu’Oracle aurait été prévenu par une société polonaise de sécurité de la présence d’une faille importante dans Java.


Security Explorations affirme en effet avoir alerté l’entreprise
américaine dès le 2 avril dernier, en signalant pas moins de 19 failles.
Toutefois, Oracle ne semble pas prendre alors d’initiative particulière pour réparer la faille la plus menaçante. La prochaine mise à jour du programme n’est prévue qu’à la mi-octobre.


Mode d’emploi pour désactiver Java


Les firmes spécialisées en sécurité informatique, dont
Kaspersky, Sophos ou F-Secure, sont unanimes : la vulnérabilité est effectivement critique. Elles recommandent donc de désactiver Java de son ordinateur. Comment ? Rien de plus simple. “Le Nouvel
Observateur” propose un mode d’emploi par étapes.


- Sur son ordinateur :


Sous Windows, il suffit de cliquer sur “Démarrer”, de se rendre
dans le “Panneau de configuration”, puis “Programmes”, et enfin dans “Programmes et fonctionnalités”. Il faut ensuite choisir “Java” et cliquer sur “désinstaller”.


Sous Mac OS, il faut se rendre dans le dossier “Applications,
puis dans le dossier “Utilitaires” et enfin sélectionner “Préférences Java”. Ensuite, le module Java doit être décoché.


Mais ce n’est pas fini. Il faut également désactiver Java de son
navigateur.


- Sur son navigateur :


Pour Internet Explorer, il faut se rendre dans “Outils”, puis
dans “Options internet”, et ensuite dans l’onglet “Programmes”. Un clic sur “Gérer les modules complémentaires”, une sélection de Java dans la liste et enfin “Désactiver” le module.


Sur Firefox de Mozilla, il faut aller dans le menu “Outils”,
puis cliquer sur “Modules complémentaires” et enfin dans “Plugins”. Choisir ensuite “Java” et cliquer sur “Désactiver”.


Sur Safari, le navigateur d’Apple, il faut se rendre dans les
“Paramètres”, puis dans l’onglet “Sécurité”. Enfin il suffit de décocher “Activer Java”.


Enfin, pour Chrome de Google, il faut cliquer sur la clé à
molette en haut à droite du navigateur, puis sur “Paramètres”. Ensuite, dans les “Paramètres avancés”, il faut cliquer sur le bouton “Paramètres de contenu”, puis sur “Désactiver les plug-ins” et
enfin sur le lien “Désactiver” situé sous “Java”.


Voir les captures d’écrans sur : http://obsession.nouvelobs.com/hacker-ouvert/20120830.OBS0799/quand-java-menace-tous-les-ordinateurs-de-la-planete.html


Plus d’infos sur : http://korben.info/comment-desactiver-java.html

lasorciererouge 12/07/2012 22:43


Un backdoor Java multi-plateforme se propage sur le Net


1


by globalpresseTechnologie




F-Secure a découvert hier un nouveau backdoor qui a la particularité d’être
multi-plateforme. Développé en Java, il cible non seulement les systèmes Windows mais aussi Linux et Mac !


Les pirates semblent avoir voulu maximiser leurs chances d’infecter les ordinateurs en masse grâce à ce nouveau malware. Serait-ce une tentative d’attaque multi-plateforme ? Possible d’après
Sophos.


Le malware a été découvert sur un site Internet de transport Colombien.Visiter un site web piraté et infecté, déclenche l’exécution d’un fichier JAR (Java Archive) qui vous demandera la
permission de s’exécuter et déterminera si vous utilisez Windows, Mac OS X ou Linux.





Une fois qu’il a découvert le système d’exploitation que vous utilisez, le programme Java va télécharger les logiciels malveillants appropriés à votre système, avec l’intention d’ouvrir une
backdoor qui donnera aux pirates un accès à distance à votre ordinateur.


Ce n’est pas le premier logiciel malveillant multi-plateforme. Par exemple, en 2010, le malware Boonana a utilisé un applet Java malicieux pour télécharger des malwares supplémentaires sur
Windows, Unix et Mac OS X.


Bien que la quantité de logiciels malveillants écrit pour différents systèmes d’exploitation peut varier, il devient de plus en plus difficile d’argumenter sur quel OS est le plus sûr pour
surfer sur le web sans protection anti-virus…


UnderNews

Amande 20/02/2012 13:06


Ben alors là !!! On aura tout entendu ! Si ça se passe comme ça, c'est orange qui va m'entendre, et ça me fera une bonne excuse tiens =P

Nous sommes sociaux !

Articles récents