Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Des forces magnifiques et sauvages existent en nous

Publié par Dav sur 22 Juin 2011, 06:20am

Catégories : #Spiritualité

  

 

C’est par ces paroles de Saint-François d’Assise que j’introduirai l’évocation d’un mot qui lève encore nombre d’interrogations, y-compris chez ceux qui la pratiquent déjà : méditation. A la lumière de ce que l’on connaît de l’effet de la pensée sur l’ADN, l’eau, ou plus largement la matière, et plus particulièrement en cette époque où la fréquence vibratoire de la Terre et de tout ce qu’elle porte augmente et ouvre ainsi la porte de dimensions plus subtiles (voir S’aligner sur la juste fréquence), méditer revêt pourtant un sens plus fort que jamais. 

Tout d’abord, il n’y a pas une façon de méditer mais autant de manières que d’individus. Ce qui importe, c’est de faire comme il nous semble le plus naturel, sans se demander inutilement si l’on fait bien ou si l’on fait mal. Passé ce préalable, il y a tout de même quelques aspects communs à tous qui aident considérablement à se mettre en condition. A commencer par la respiration. Certaines méditations utilisent des techniques respiratoires précises, c’est une voie, mais il n’est nul besoin de les connaître pour arriver à quelque chose. Une mise en condition simple pour apaiser le mental est de respirer une dizaine de fois en inspirant et expirant à la suite, profondément mais sans forcer le mouvement et sans arrêt entre chaque. Le cas échéant, diriger son attention vers sa respiration à ce moment-là aide encore à nettoyer les pensées parasites qui sont le met favori du mental. A l’issue de l’exercice, on a normalement l’esprit plus clair et la conscience de soi plus présente. En passant, on a aussi fait le ménage dans ses corps énergétiques.

Pour ce qui est de la position à adopter, s’il est mieux d’avoir le dos plutôt droit, donc d’être assis, ce qui importe surtout est d’être confortablement installé, sans douleur et en laissant bien circuler le sang et les énergies dans les membres. Bonne nouvelle, la planche à clous et la position en tailleur ne sont donc pas obligatoires.

Une fois bien installé et relativement apaisé, chez le « débutant », le principal obstacle est le retour insistant des pensées parasites, autrement dit l’omniprésence du mental qui n’a pas l’habitude d’être mis sur la touche. Ce n’est pas grave, ça ira mieux au fur et à mesure. Mais quoiqu’il en soit, il ne faut pas chercher à faire quelque chose. Ni se battre contre son mental, ni partir en quête d’une quelconque vision, ni même, lorsqu’on est à ce stade, diriger sa pensée vers un objectif. Tout cela n’est qu’expression du mental, donc de l’égo.

Méditer, c’est tout relâcher et ne rien vouloir, c’est juste s’ouvrir, se mettre à l’écoute telle une antenne parabolique, être à l’écoute de son corps, l’investir en conscience, se mettre à l’écoute de l’univers qui nous parle non plus par nos sens habituels mais de l’intérieur.

 

L’état méditatif ouvre à une plus grande réception et génère une hausse conséquente de la fréquence vibratoire de chaque cellule du corps. Cela se traduit souvent par l’impression de vibrer, par une chaleur accrue, parfois localisée au niveau des chakras secondaires comme ceux des mains, mais aussi par une activation des sept chakras principaux du corps dense. Il peut être utile d’ailleurs, dans les premiers moments de la méditation de visualiser ces chakras en émettant l’intention de les nourrir de lumière un par un, du bas vers le haut. Il n’y a pas d’obligation, mais la visualisation a toujours un effet puissant dans les premières étapes de la méditation, donc ce qui peut aider à apaiser le mental et à se connecter aux énergies de la Terre et du Cosmos est toujours bienvenu.

Visualiser n’est pas rechercher une vision intérieure, c’est plutôt revêtir intérieurement un aspect qui favorisera la circulation des énergies. C’est intégrer consciemment de l’intérieur, disons au niveau cellulaire, qu’on est un ensemble d’énergies baignant dans un océan d’énergies et que la densité de nos corps est un outil à la fois de canalisation de ces énergies, mais aussi de transmutation. Ce n’est peut-être pas flatteur pour l’égo, mais finalement nous ne sommes en nos chairs et nos os que des relais électriques.

 

 

Petite apparté : chez certains de ceux qu’on appelle les artisans de lumière, l’activation des chakras inférieurs est souvent problématique. La tendance à se « percher » dans les chakras supérieurs est systématique et provient du refus d’incarnation plus ou moins marqué qu’ils ont connu dès leur enfance, lorsque les voiles de l’oubli se sont épaissis et qu’ils n’ont plus su ce qu’ils venaient faire ici et où pouvait bien se trouver leur place en ce monde incompréhensible pour eux. C’est un refus d’ancrage qui ne sert pas le plan de vie qu’ils se sont fixés. C’est pourquoi il est important pour eux de dépasser cette limitation et trouver cet ancrage tout simplement en l’acceptant une bonne fois pour toutes. Le jour où un artisan de lumière est capable de porter sa conscience dans ses pieds, alors il sait qu’il a enfin intégré en lui tout ce qui état nécessaire à son ancrage. Il cessera de ne se tourner que vers les étoiles et commencera à ressentir plus profondément sa Terre-mère. Il sera tout entier sur le chemin qu’il avait pris l’engagement de suivre.

Revenons au méditant. Dès l’apaisement acquis, il vient souvent des visions intérieures éphémères, parfois précises, parfois floues, parfois incompréhensibles, souvent surprenantes, des vagues de couleurs, des formes conscientes qui s’approchent de vous, bref toute une panoplie de visions dont on ne sait souvent que faire. Eh bien il n’y a rien à en faire, et surtout il ne faut pas essayer de les accrocher, de revenir vers elles parce qu’elles sont passées trop vite et qu’elles étaient plaisantes ou significatives. C’est encore le mental qui tente de contrôler la situation et ça vous éloigne du lâcher-prise que requiert l’état méditatif. Il arrive aussi que certaines visions soient récurrentes et prégnantes, elles peuvent en ce cas représenter un message, une manière d’amener à la conscience l’éveil à quelque chose qui est propre au méditant. Mais dans tous les cas de figure, c’est juste une étape.

 

 

 

 

La méditation est avant tout un état de vacuité et d’abandon. Ne rien attendre, ne rien désirer, ne rien contrôler sont les trois clés qui verrouillent le mental et libèrent la conscience. Une fois-là, le méditant est dans un état d’où il a peu envie de sortir, son corps vibrant s’est fondu avec le Cosmos et s’il porte sa conscience au fin fond de son être, il aura peut-être la surprise d’y voir les étoiles. A ce moment de profonde méditation, le lâcher-prise est absolu, la respiration est presque inexistante et le méditant en est presque rendu à la chimie de la respiration cellulaire. On peut dire que l’être est dans son êtreté, et cet état lui confère pour le restant de sa journée un alignement avec son Soi qui ne lui apportera que des bénéfices. Quand il en est là, loin de l’ego, il se trouve en ce lieu intérieur ou justement intérieur et extérieur n’ont plus aucun sens et où il peut exprimer la plénitude de ses capacités créatrices du moment.

C’est un moment qui peut se partager dans une méditation de groupe dont l’intention peut alors être dirigée dans un but précis. Ce n’est plus le mental qui tient alors les rênes mais l’être dans son essence. Si le but recherché est juste et se fait en conscience et en acceptation de tous les concernés, alors le résultat est assuré.

Qu’il soit individuel ou collectif, il y aurait beaucoup à dire sur un tel « travail », notamment sur le fait qu’en aucun cas il ne s’agit de formuler une demande comme tant de gens le font dans la prière, mais bien d’un remerciement, d’une gratitude exprimée pour le résultat obtenu en le conceptualisant comme déjà acquis. Gregg Braden a très bien parlé de cela dans ses livres L’Effet Isaïe et Secrets de l’art perdu de la prière et il en aborde aussi le sujet dans La science des miracles. Mais revenons-en à la méditation individuelle

 

Malgré l’attrait de ces états, il ne faut pas se focaliser sur eux. D’abord parce que les choses revêtent des aspects différents selon chacun, ensuite parce qu’il y a des jours où ça ne se passe pas ainsi et ça n’a pas d’importance. Au rythme démentiel de la vie dite moderne, tout le monde ne parvient d’ailleurs pas à se ménager assez de temps pour ces moments de plénitude.

 

Il y a d’autres moyens. Placer aussi fréquemment que possible et quoi que l’on fasse sa pleine conscience dans l’instant présent est une forme de méditation. S’arrêter sur un paysage, une nuit étoilée ou un tableau en lui accordant toute son attention dans l’émotion du beau est un puissant moment de méditation. Marcher en conscience à l’écoute de ce qui nous entoure et dans la sensation de ses pas sur le sol est encore une autre forme de méditation. Pêcher à la ligne en étant pleinement à ce que l’on fait en est une aussi ! On remarquera que le vecteur commun est toujours la conscience soutenue du moment présent. C’est là l’échappatoire, le lieu où le mental regarde ailleurs et où l’on peut lui fausser compagnie. Surtout, ne vous en privez pas.

Fraternellement,

© Le Passeur – 21 Juin 2011 – http://www.urantia-gaia.info

 

Dav   "2012 un nouveau paradigme"

Commenter cet article

lasorciererouge 18/04/2012 18:02


En Occident, nous désignons par Chakras ou çakras 7 centres psychiques ou vitaux du corps subtil ou corps ethérique de l'homme...




ORIGINE

Chakra est un mot sanskrit qui signifie roue, cercle et qui désigne le disque solaire, attribut du dieu hindouiste Vishnu, que l'on surnomme l'Agissant. La légende raconte que son pouvoir
d'action réside dans le fait que, à l'instar du soleil qui se lève, atteint son zénith et se couche, Vishnu fit Trois Pas pour mesurer l'univers.




En Inde, le sanskrit est un peu l'équivalent de notre latin. Il s'écrit samskrta et peut se traduire par complet, parfait, absolu, immuable . C'est la langue mère des peuples de l'Inde, qui fut
utilisée pour rédiger les plus anciens textes de leur littérature, les Védas, datés du milieu du 2ème millénaire avant notre ère.

Il faut donc, pour bien comprendre le sens réel des Chakras, les replacer dans le contexte de la civilisation et de la culture indiennes et de l'hindouisme, la plus ancienne religion de
l'Inde.


1- LES FONDEMENTS DE L'EXISTENCE DES
CHAKRAS

L'existence et l'utilité des Chakras reposent sur quatre principes fondamentaux : le karma, la mâyâ, le nirvâna et le yoga, à partir desquels sont régies les lois de la vie. Le karma ou acte est
la loi de cause à effet qui contraint l'âme à vivre, mourir et renaître indéfiniment, selon les croyances en la réincarnation. La mâyâ, qui signifie illusion, apparence, est l'enchaînement des
cycles perpétuels, des événements, des circonstances, des passions, des désirs qui jettent un voile sur les yeux des hommes.




Le nirvâna, que l'on traduit souvent par illumination ou extase, niais qui, littéralement, signifie extinction, disparition, est une libération, une sortie hors du cycle des renaissances qui
enchaînent. Enfin, le yoga est un ensemble de techniques physiques et mentales que l'homme peut utiliser pour atteindre cette délivrance. Ces .techniques reposent sur des exercices dont le but
est d'activer les Chakras.


2- LES 7 CHAKRAS
PRINCIPAUX

Selon la doctrine du yoga, il existe 72 Chakras ou points vitaux. Si la plupart d'entre eux sont fixés sur des points ou des zones du corps humain correspondant à des organes, ils ne doivent pas
pour autant être confondus avec eux.



Les 7 Chakras planétaires et
12 portes de la Jérusalem Nouvelle planétaire


En effet, les Chakras sont des centres vitaux situés entre le corps subtil ou éthérique et l'enveloppe charnelle les reliant l'un à l'autre.

On dégage 7 Chakras principaux, dont chacun a une fonction spécifique, mais qui sont reliés les uns aux autres et superposés le long du sushumnâ, le plus important canal à l'intérieur duquel
circulent les énergies physiques et psychiques de l'homme, le long de l'arbre de la colonne vertébrale, du bas du dos jusqu'au sommet de la tête.

Les techniques du yoga consistent alors à éveiller chacun de ces chakras, pour développer ses pouvoirs psychiques, atteindre une certaine félicité et parvenir enfin à l'éveil de la
conscience.

Les Chakras ou centres d'énergie, sont situés dans le corps d'énergie qui entoure l'être humain, et non directement dans le corps physique. Ils sont reliés aux glandes endocrines. Vous pouvez
vous les représenter comme des spirales, ou des roues de lumière, qui tournent dans le sens des aiguilles d'une montre.




Ils sont des centres de transformation de l'énergie venant de l'extérieur.
Cette quantité d'énergie est analogue à votre niveau de conscience ou d'évolution.
Plus vous évoluez, plus votre conscience s'élargit et plus vos Chakras s'ouvrent et laissent pénétrer l'énergie.

Nous tenons compte aujourd'hui que des sept Chakras majeurs situés le long de la colonne vertébrale.


4- Description du processus de déstabilisation des
Flammes Jumelles

Tout d'abord, pour rappel un schéma simplifié utilisé pour représenter la double Merkabah des Flammes Jumelles:



un schéma simplifié représentant la confusion
jumelle


Certaines zones sont plus claires que sur le précédent schéma étant donné le travail discriminant effectué par les Flammes Jumelles en cours de synchronisation.

Dans le cas des Flammes Jumelles, le mental spéculatif est directement en résonance. En effet, il ne forme en réalité qu'une seule membrane qui entoure le mirage astral, et l'opposition à 180°
des deux côtés de cette membrane empêche toute possibilité de temporisation karmique.

Une telle temporisation n'est en fait possible qu'entre des personnes dont les membranes spéculatives forment un angle non plat entre elles. Donc entre des Personnes qui ne constituent pas un
axe.

De ce fait, la moindre perturbation énergétique au centre du mental spéculatif des Flammes Jumelles crée inévitablement et immédiatement un phénomène de résonance entre elles qui risque
d'amplifier rapidement la distorsion initiale.

Donc, cette énergie perturbatrice devra être rapidement prise en charge par une bonne réactivité mentale de part et d'autre, sinon elle risque fort d'introduire un tiers karmique de plus entre
les Flammes Jumelles (une tierce personne afin d'éponger l'énergie par temporisation karmique).

L'idée, pour déstabiliser des Flammes Jumelles, est donc d'introduire entre elles une énergie déstabilisante, afin de mettre leur mental spéculatif en résonance distorsionnée, et tenter de
séparer les Flammes Jumelles par introduction d'un tiers karmique.

Une telle énergie peut être introduite au niveau du chakra cardiaque (poison cardiaque) afin de réduire la synchro cardiaque des FJ entre elles.

Une fois inoculé, il va monter par désynchronisation cardiaque, et créer des distorsions en série, qui elles-mêmes induiront des résonances.

Le premier niveau affecté est donc le coeur.

Le second niveau affecté sera le chakra de la gorge, enlisant la communication (verbale par exemple) dans des lourdeurs atypiques. En effet, malgré de la bonne volonté de part et d'autre, la
communication sera perçue comme étant visqueuse, difficile, pénible.


nadine 05/03/2012 21:32


Bonsoir


J'ai une question à propos des chakras , je ne sais pas où la mettre, alors ce sera ici. depuis ce matin, je ressens mon chakra du coeur qui vibre, ou qui chauffe, je ne sais pas trop, c'est
comme des palpitations, un peu comme quand on a des angoisses ou des pressentiments. Je précise que je ne suis pas angoissée ( du moins pas consciemment) Si quelqu'un s'y connait en chakras et
peut me donner une explication ce serait cool !j'ai fais des recherches sur internet, mais c'est souvent trop technique. Merci


 

Dav 05/03/2012 22:27



Oui Nadine le mot est lancé technique et loin du coeur! apprend seulement à écouter ton corps coeur et comprendre ce qu'il te dit: où en es tu de tes émotions comment les vis tu; laisses le flux
s'écouler...



Free Music Blog 21/10/2011 13:27



Nice post! Listen the real russian rap Красное Дерево - К.И.Д.О.К! Download Free Now!





bellane over-blog.fr 05/07/2011 18:43



très interressant*



zot 22/06/2011 11:38


Merci au rédacteur et a toi pour le partage ! Pour un novice comme moi ca aide. Bonne journée.


Nous sommes sociaux !

Articles récents