Des palmiers en Antarctique? Pas impossible!

Publié le 3 Août 2012

null

 

Selon certains scientifiques, des palmiers pourraient pousser en Antarctique, d'ailleurs des plantes similaires y étaient déjà présentes il y a 55 millions d'années.

 

Des scientifiques ont en effet découvert que des plantes semblables aux palmiers poussaient dans la région au début de l'Eocène, lorsque la zone vivait sous un climat quasi-tropical! La région présentait alors un environnement bien différent d'aujourd'hui, avec des températures beaucoup plus douces. Le niveau de dioxyde de carbone y était alors trois fois plus élevé qu'aujourd'hui.

Les scientifiques comprennent désormais mieux l'environnement de l'époque et estiment que son évolution peut nous donner un aperçu de l'avenir de la Terre si le changement climatique se poursuit. Selon leur théorie, palmiers et forêts tropicales pourraient donc un jour faire leur retour en Antarctique.

Selon leur étude, publiée dans la revue Nature, les scientifiques assurent que: "L'Eocène peut nous donner un aperçu des effets du climat sur la Terre et sur la biosphère en cas de hautes concentrations de dioxyde de carbone. Notre travail donne à réfléchir. Les niveaux de dioxyde de carbone augmentent rapidement à cause de l'activité humaine, l'utilisation de combustibles fossiles et la déforestation".

 

 Par:

 

publi 3-4Vers un nouveau paradigme

2012 et apres

Rédigé par Dav

Publié dans #Changements terrestres

Commenter cet article

Erik Gruchet 04/08/2012


Cette histoire n'a rien à voir avec le réchauffement climatique mais avec le basculement des pôles suite à une collision ou un "frolement" avec un astéroïde géant. Ces basculements se sont
produits à de nombreuses reprises dans l'histoire de la Terre qui garde, marquée dans sa "chaire", l'empreinte magnétique que laisse la rotation de la Terre sur son axe. Si ce genre de
basculement devait se produire de notre vivant, nous ne le resterions pas bien longtemps et n'aurions que faire des théories fumeuse à propos du réchauffement climatique.