Des rapports de la Fondation Rockefeller comportent des informations, et illustrations, qui méritent notre attention...

Publié le 25 Avril 2012

Le document "Scénarios pour le futur de la technologie et du développement international", a été produit en mai 2010 par la Fondation Rockefeller et le Global Business Network. Ce rapport semble poser divers scénarios apocalyptiques, hypothétiques dit-on, pour ainsi amener à la conscience la nécessité de réfléchir et d'envisager le futur autrement.
Je n'ai pas fait une étude exhaustive de ce rapport puisqu'il nécessite une lecture attentive. Toutefois, en lecture rapide, j'ai noté quelques éléments intéressants. À la page 34, on y trouve l'énonciation de catastrophes qui se sont déjà produites, dont le 11 septembre 2001, le tsunami de 2004, et le séisme en Haïti en 2010. Le texte semble poser une nuance entre ces désastres et d'autres pouvant se produire à une échelle bien pire. On pose alors l'hypothèse que les années 2010 à 2020 pourraient représenter une décennie de catastrophes apocalyptiques et on cite alors des évènements potentiels: une attaque sur les Jeux Olympiques de 2012 qui tue 13 000 personnes, suivie de près par un tremblement de terre en Indonésie faisant 40 000 morts, un tsunami qui détruit presque complètement le Nicaragua et le début d'une famine en Chine causée par une sécheresse liée aux changements climatiques.
À la page 18 du même rapport, on trouve une autre projection tout aussi troublante. Il est écrit, comme étant un scénario hypothétique encore une fois, que l'année 2012 est celle où frappe la pandémie mondiale tant anticipée en 2009, infectant 20 % de la population mondiale et tuant 8 millions de personnes en 7 mois, généralement de jeunes adultes en bonne santé. Cette pandémie mondiale aurait bien sûr des effets "mortels" sur l'économie.
Voici le document en question (anglais):

Voici un autre document de la Fondation Rockefeller, déposé en 2009, intitulé "Foresight for Smart Globalization: Accelerating & Enhancing Pro-Poor Development Opportunities". Je n'ai pas encore parcouru le contenu de ce rapport, mais je me suis intéressée aux images. J'ai retenu l'une d'entre elles qui, selon moi, n'exige que très peu d'explications...

À la page 14, du deuxième document, ci-bas, vous trouverez une illustration où on voit des personnages assis à chacune des pointes d'une étoile à 11 branches. Cette étoile à 11 branches est d'ailleurs la forme du terrain sur lequel est assis la Statue de la Liberté... Dans la symbolique occulte, dans la Kabbale juive, l'étoile a 11 branches est la représentation des sephirots maléfiques, nommé "l'arbre de mort" en opposition à "l'arbre de vie". Cette étoile représente aussi les 11 rois qui ont régné sur le pays d'Edom...

Voici ce deuxième rapport:

Quelles conclusions peut-on faire ici? Que la Fondation Rockefeller tente de nous "vendre" la gouvernance mondiale et la technologie comme seules et uniques solutions aux problèmes de l'humanité et que les scénarios hypothétiques choisis sont tout à fait plausibles et potentiellement imminents!
 
 
publi 3-4"Vers un nouveau paradigme"
2012 et aprés

Rédigé par Dav

Publié dans #Nouvel ordre mondial

Commenter cet article

kevin 25/04/2012


on voit comment sais tres illuminatique rockfeller il sont pas avec les illuminati ou franc macons et il parle de gouvernement mondial ils essaie de faire peur au gens sais le moyen numéo 1 pour
controler les foule =)

jeroe 25/04/2012


voici une vidéo d'aaron russo enregistrée juste avant son assassinat par le nouvel ordre mondial.


elle est sous-titrée en français, un peu longue mais tres instructive sur ce qu'ils nous cachent.


http://www.youtube.com/watch?v=owXtjrWACLg&feature=player_embedded

L`Etendard 26/04/2012


La vidéo de Jeroe est très connue, c'est un bon point de départ pour comprendre qui est Rockfeller. Ce dernier est au centre des maneouvres mondiales pour créer un NWO d'essence satanique.

jeroe 26/04/2012


un site tres instructif sur l'agenda du nouvel ordre mondial:


http://secretebase.free.fr/secretebase.htm


(aller dans la section complot et secret)

lasorciererouge 04/01/2013




jan 4 2013


Une pandémie silencieuse




 





Une pandémie silencieuse : Dans le monde entier l’industrie chimique est en train de détériorer le développement cérébral des enfants.


Boston, MA. L’exposition du fœtus et du nouveau-né aux substances chimiques industrielles de l’environnement peut endommager le cerveau en cours de développement et peut mener à des désordres du développement neurologique (NDDs) – autisme, désordre du déficit de l’attention, et retards mentaux.


Aujourd’hui encore, il n’y a pas suffisamment d’études réalisées pour identifier les substances chimiques individuelles qui peuvent provoquer des dommages dans
les cerveaux en développement des enfants.


Dans une nouvelle étude, mise en ligne dans « The Lancet » du 8 novembre 2006, et dans la version papier du « Lancet », des chercheurs de l’Ecole Harvard de
Santé Publique et de l’Ecole de Médecine du Mont Sinaï ont systématiquement examiné les données publiques disponibles sur la toxicité chimique pour identifier les substances chimiques
industrielles qui sont les plus susceptibles d’endommager le cerveau en cours de développement.


Les chercheurs ont découvert que 202 produits chimiques industriels peuvent endommager le cerveau humain, et ils concluent que la pollution chimique peut avoir
abîmé le cerveau de millions d’enfants dans le monde.
Les auteurs concluent plus loin que les effets toxiques des produits chimiques industriels ont été souvent négligés.


Pour protéger les enfants contre les substances chimiques industrielles qui peuvent nuire au développement cérébral, les chercheurs exhortent à une approche
basée sur le principe de précaution pour les essais et les contrôles chimiques.
Une telle approche commence à être appliquée dans l’Union Européenne. Elle met en place des règlementations fortes, qui pourraient être plus tard assouplies, si le nombre d’accidents se révèle inférieur à ce qui était prévu, au lieu des règlementations actuelles qui nécessitent un niveau élevé
de preuves.
A l’heure actuelle, aux USA, les exigences pour les tests de toxicité de la chimie sont minimes.


« Le cerveau humain est un organe précieux et vulnérable. Et parce que le fonctionnement cérébral optimum dépend de l’intégrité de l’organe, des dommages même
limités peuvent avoir de sérieuses conséquences » dit Philippe Grandjean, professeur adjoint à l’Ecole Harvard de la Santé Publique et auteur de l’étude.


Un enfant sur six a un handicap du développement, touchant généralement le système nerveux. Traiter les NDDs est difficile et coûteux tant pour les familles que
pour la société. Au cours de la dernière décennie, le cumul d’évidences a lié les substances chimiques industrielles aux NDDs. Le plomb, par exemple, était la première substance chimique
identifiée comme ayant des effets toxiques sur le développement du cerveau dans les premières années, alors que sa toxicité neurologique chez l’adulte est connue depuis des siècles.


Un cerveau en cours de développement est plus sensible aux effets toxiques des produits chimiques qu’un cerveau adulte. Durant le développement, le cerveau subit
une série très complexe de processus à des niveaux différents.
Une interférence – par exemple, provenant de substances toxiques – qui interrompt ces processus peut avoir des conséquences irréparables.


Cette vulnérabilité dure depuis le stade fœtal jusqu’à l’adolescence en passant par la petite enfance et l’enfance.
La recherche a démontré que les toxiques environnementaux, tels que le plomb ou le mercure, à de faibles niveaux d’exposition, peuvent avoir des effets
subcliniques – non visibles cliniquement, mais cependant des effets contraires toujours importants, tels que baisse de l’intelligence ou modification du comportement.


Grandjean et le co-auteur Philip J. Landrigan, professeurs à l’Ecole de Médecine du Mont Sinaï, ont dressé une liste de 202 substances chimiques
environnementales connues pour leur toxicité sur le cerveau humain en utilisant le fichier des substances dangereuses de la Librairie Nationale de médecine et d’autres sources de données.
(Les auteurs notent que la liste ne devrait pas être considérée comme exhaustive ; ainsi, le nombre de substances chimiques qui ont des effets neurotoxiques lrs de tests sur les animaux en
laboratoire dépasse 1 000).


Puis les auteurs ont examiné la littérature publiée sur les cinq seules substances de la liste – le plomb, le méthylmercure, l’arsenic, les PCBs et le toluène –
qui avait suffisamment de documentations sur la toxicité sur le développement cérébral humain, pour analyser comment cette toxicité avait été tout d’abord reconnue, et comment elle pouvait
conduire à contrôler l’exposition. Ils ont trouvé un schéma similaire sur la façon dont les risques de chaque substance ont été documentés : tout d’abord, une reconnaissance de la toxicité
adulte et des épisodes d’empoisonnement parmi les enfants, suivi d’un nombre croissant d’évidences épidémiologiques que l’exposition à des niveaux plus faibles des substances entraîne des
déficits de comportement neurologique chez les enfants.


« Même si on dispose d’une documentation conséquente sur leur toxicité, la plupart des produits chimiques ne sont pas régulés pour protéger le cerveau en
développement », dit Philippe Grandjean. « Seules quelques substances, telles que le plomb et le mercure, sont contrôlées dans le but de protéger les enfants. Les 200 autres substances
chimiques qui sont connues pour leur toxicité sur le cerveau humain ne sont pas régulées de façon à prévenir les effets contraires sur le fœtus ou le petit enfant » Grandjean et Landrigan
concluent que les substances chimiques industrielles sont responsables de ce qu’ils appellent une pandémie silencieuse qui avait provoqué la détérioration du développement du cerveau des
enfants dans le monde entier.


Elle est silencieuse parce que les effets subcliniques des substances chimiques individuellement toxiques n’apparaissent pas dans les
statistiques sanitaires disponibles.


Pour montrer le risque subclinique de l’ensemble de la population, les auteurs notent que virtuellement tous les enfants nés entre 1960 et 1980 dans les pays
industrialisés ont été exposés au plomb du pétrole, ce qui risque d’avoir réduit le nombre de QI au-dessus de 130 (considéré comme supérieurement intelligent) de plus de la moitié et augmenté
le nombre de QI inférieurs à 70.