Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Des scientifiques veulent ramener 24 espèces à la vie

Publié par Dav sur 27 Mars 2013, 15:08pm

Catégories : #Sciences

Tigres de Tasmanie. © afp.

Des scientifiques se sont réunis pour discuter de la possibilité de ramener à la vie 24 espèces éteintes. Mais que ceux qui espèrent pouvoir bientôt se promener au coeur du Jurassic Park ne s'enthousiasment pas trop pour autant: il n'est en effet pas prévu de s'attaquer aux dinosaures dont l'ADN est considéré comme trop vieux pour être exploitable. Pour le moment en tout cas...

Dodo. © photo news.

Lors d'une conférence TEDx à Washington DC parrainée par le National Geographic, ces scientifiques ont établi une liste de 24 espèces envisageables selon un certain nombre de critères. Parmi ces animaux, on compte le Dodo, la Conure de Caroline, le Tigre de Tasmanie ou le Quagga, une espèce de zèbre des plaines originaire d'Afrique du Sud dont le dernier spécimen est mort en captivité en 1883.

Leur raisonnement était de savoir si une espèce était souhaitable, si elle détenait une fonction écologique importante et si elle était appréciée du grand public. Ils ont également tenu compte de la faisabilité, c'est-à-dire d'évaluer si les échantillons d'ADN à disposition étaient exploitables. Dernier point: ils ont étudié la capacité du monde actuel à réintroduire ces espèces.

Dans son édition mensuelle, le National Geographic explique comment il est possible de ramener à la vie ces espèces, c'est-à-dire en prélevant des échantillons d'ADN anciens et en les remontant dans un génome complet. Celui-ci est alors injecté dans des cellules embryonnaires qui ont eu leur propre ADN. Selon le Washington Post, il y a dix ans, une équipe de scientifiques français et espagnols ont déjà ramené à la vie une chèvre sauvage éteinte, mais celle-ci n'aurait survécu qu'une dizaine de minutes. 

Evidemment, ce projet soulève de nombreuses questions éthiques et logistiques, y compris concernant la manière dont les scientifiques pourront obtenir un échantillon d'ADN utilisable à partir d'un animal disparu, et si cette expérimentation a vraiment lieu d'être.

Le coût de ces résurrections varie selon les espèces, mais on peut les estimer à plusieurs centaines de milliers d'euros. Cette envie est née suite au projet Lazarus où les scientifiques ont utilisé la technologie du clonage pour ramener à la vie une grenouille par l'implantation d'un noyau de cellules "mortes" dans une autre espèce de grenouille.

Certains des oeufs ont spontanément commencé à se diviser et à croître, formant une petite boule de cellules vivantes. Même si aucun des embryons n'a survécu au-delà de quelques jours, des tests génétiques ont confirmé que les cellules créées contenaient le matériel génétique de la grenouille disparue il y a plus de trente ans.

 

Par Caroline Albert
NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

Gladys 28/03/2013 19:56


Comme le dit Marie, il serait plus judicieux d'investir ces plusieurs centaine de milliers d'euros dans le sauvetage d'especes en voie de disparition, surtout que visiblement leur tentative de
clonage n'est pas encore tout à fait au point puisque leurs embryons n'ont pas survécus.


 

Dav_ 28/03/2013 00:35


B'soir.


C'est une belle avancée que de pouvoir recréer 1 espèce disparue grâce à son ADN.


Cependant je rejoins les coms ci-dessus, à savoir quel est véritablement le but? CAr si c'est effectivement pour aller les voir en cage dans des zoos, inutile de dépenser cet argent,car ça
n'a aucune utilité pour le bien commun.


La réintrduction là oui sans problèmes, encore faudrait-il qu'il y ai des espaces appropriés où ces espèces pourraient vivre en toute sérénité, loin des hommes et de leurs influences, car au
final dans 15ans le même soucis que ce qui a engendré leur extermination se reproduira.



gwendal 27/03/2013 23:33


Leur but est peut-être de préparer la création d'une nouvelle histoire falsifiée (comme toute l'histoire officielle de l'humanité connue actuellement), pour l'appliquer après la quasi
extermination de l'humanité actuelle


La dernière fois qu'ils ont "effacé" l'histoire, ils ont quasi exterminé les Bretons car les Bretons étaient déjà les meilleurs marins du monde et connaissaient parfaitement les cartes du
continent américain ...que les zélites de l'époque voulaient faire oublier ...pour mieux les redécouvrir 300 ans environ plus tard!


Plus tard donc, les amérindiens n'étaient d'ailleurs pas surpris de voir arriver christophe colomb et les autres car ils les connaissaient bien d'avant ...pour avoir vécu avec eux (les hommes
blancs)!


Pas de bol pour les zélites: cette fois, il n'y aura pas d'extermination de notre humanité 

LaMoucheDucoche 27/03/2013 17:48


C'est bien beau tout ça mais quel est le but ultime?


Aller voir un Dodo au Zoo?


Déjà que l'homme est assez bête pour continuer à exterminer les ours polaires, les baleines et autres espèces!!


En fait c'est ça le but! C'est leur permis de tuer en toute impunité puisqu'ils auront trouvé comment les réssusciter!


Imaginez un peu si c'est appliqué à l'homme? On réssuscite ToutEnCarton!

Yann 27/03/2013 16:07


C'est un article intéressant car il met en avant les nouvelles capacités de la science à s'intéresser à des espèces disparues, mais il reste, comme le pose l'article, la question de la pertinence
d'une réintroduction de ces espèces dans des écosystème qui se sont développés et transformés sans eux.


Pour ce qui concerne le loup de tasmanie, par exemple, faudrait-il le réintroduire en australie d'ou il a disparu depuis plus de 2000 ans ?


et le dodo ? Il vivait dans un environnement sauvage, sans homme.


Ces animaux seraient-ils condamnés à vivre dans des parcs ou des zoos ? Dans ce cas, plutot qu'une vie en captivité, autant pas de vie du tout.

marie 27/03/2013 15:58


ne serait il pas plus judicieux d'éssayer de sauver les animaux en voie de disparition , qui sont d'une manière ou d'une autre indispensables  au bon fonctionnement de la vie sur terre ?

Nous sommes sociaux !

Articles récents