Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Des traces d'un ancien ruisseau sur Mars

Publié par Dav sur 28 Septembre 2012, 10:20am

Catégories : #Espace

 

media_xll_5197071.jpg

   

D'autres indices de la présence passée d'eau sur Mars avaient déjà été observés mais jamais de tels sédiments laissés par l'écoulement d'eau, ont-ils précisé. Des orbiteurs ont depuis longtemps pris des images de canaux à la surface de Mars dont on supposait qu'ils ont été creusés par l'écoulement d'eau dans le passé. Mais "c'est la première fois que nous voyons des graviers transportés par de l'eau sur Mars", a dit William Dietrich de l'Université de Californie, un des scientifiques de la mission. 


null
"Ceci est une transition entre des hypothèses quant à la taille des matériaux transportés par un écoulement d'eau et une observation directe de ces derniers", a-t-il ajouté. Les images transmises par Curiosity montrent des graviers, des cailloux et du sable cimentés dans une couche de roches conglomérées de 10 à 15 cm d'épaisseur datant probablement de "plusieurs milliards d'années", a par ailleurs précisé, lors d'une conférence de presse, William Dietrich. 

Les ruisseaux pourraient avoir existé pendant "des milliers voire des millions d'années", a-t-il ajouté. La taille de ces cailloux -qui varie de celle d'un grain de sable à celle d'une balle de golfe- et leur forme donnent une idée de la vitesse et de la distance de l'écoulement de ce ruisseau. "A partir de la taille de ces cailloux (dont certains se sont détachés de la roche, ndlr), on peut en déduire que l'eau s'écoulait à environ 0,91 mètre par seconde" et avec une profondeur d'un mètre environ, soit la distance de "la cheville à la hanche", a précisé William Dietrich. 

Ecoulements continus ou répétés 
"La forme de ces graviers révèle qu'ils ont été transportés et leur taille confirme qu'ils n'ont pas été transportés par le vent mais par le flot de l'eau", a souligné Rebecca Williams du Planetary Science Institute à Tucson (Arizona), membre de l'équipe scientifique de Curiosity. 

La forme arrondie de certains de ces cailloux indique qu'ils ont été transportés sur de longues distances depuis le haut du bassin où un "canal" appelé "Peace Vallis" rejoint l'écoulement alluvial. L'abondance de canaux dans ce bassin laisse penser que ces écoulements d'eau étaient continus ou répétés au cours d'une longue période, et non pas occasionnels ou même durant seulement quelques années, selon ces scientifiques.

Ces derniers pensent que Curiosity se trouve au milieu d'un réseau d'anciens ruisseaux et rivières. Ces chercheurs pourraient utiliser les instruments de Curiosity pour déterminer la composition chimique de cette couche de roche conglomérée qui pourrait révéler davantage de caractéristiques de l'environnement humide dans lequel ces sédiments se sont formés. 

Cette découverte a été faite sur un site situé au nord du cratère Gale sur l'équateur martien et au pied du mont Sharp, une montagne de 5.000 mètres d'altitude se trouvant à l'intérieur, destination finale de Curiosity. Curiosity avait étudié son premier morceau de roche au début de la semaine, surtout pour tester son bras robotique, et a repris sa route pour se rendre à Glenelg, zone géologiquement intéressante toute proche située à l'intersection de trois types de terrains.

C'est là que la Nasa espère trouver des roches intéressantes à analyser et effectuer les premiers forages dans le sol martien. La destination finale de Curiosity est le mont Sharp distant de huit kilomètres, un trajet qui prendra au moins trois mois à raison de cent mètres par jour, selon la Nasa.

 

 7s7.be

publi 3-4Vers un nouveau paradigme

2012 et apres

Commenter cet article

lasorciererouge 24/02/2013 20:56


http://ufoetscience.wordpress.com/2013/02/24/des-ossements-sur-mars/

lasorciererouge 29/09/2012 21:51



Curiosity : Les images publiées par la NASA sont des fakes
?


 


Depuis son arrivée sur Mars au mois d'août, pas un jour ne se
passe sans que la sonde Curisoity ne fasse parler d'elle. On a eu droit à l'atterrissage en haute définition et à divers épisodes comme "Curiosity découvre une pyramide" (en fait un caillou),
"curiosity trouve des myrtilles" (encore des cailloux) ou "Curisosity explore le lit d'un ruisseau" (à sec et remplit de cailloux depuis plusieurs millions d'années).



Et le monde entier tombait en émoi devant la prouesse technologique, la NASA revenait au premier plan depuis la fin calamiteuse de son programme de navette spatiale. En plus, l'empire état
unien sur le déclin pu fait une derniére fois la démonstration de son leadership.



Mais c'était sans compter sur la perspicacité de certains "conspis", jour après jour des rumeurs de fake se propagèrent sur le net.



La dernière en date concerne les images du cratère Gale que le robot est en train d'explorer. Il apparaît clairement que certaines zones ont tout bonnement été dupliquées avec l'outil de
clonage de photoshop.



Vidéo explicative (anglais) :










Cette supercherie risque de ternir un peu plus la réputation de la NASA. Après les photos truquées des missions Apollo, après la
perte rocambolesque des 13 000 cassettes d'archives des missions lunaires, le public risque de se méfier des informations qu'elle publie.
D'autre part, si la NASA a menti sur ces sujets, il n'y a pas de raisons qu'elle ne mente pas sur d'autres, en particulier sur la
présence d'une naine brune au sein de notre système solaire.
Une dernière question demeure: Si les images sont des fakes, il n'est pas interdit de carrément douter de l'existence de la
mission Curiosity. Dans ce cas, on est en droit de se demander ce qu'il est advenu des 2,5 milliards de dollars que les contribuables américains ont dépensé.

Visite virtuelle (et photoshopée) du cratère Gale :

http://mars.jpl.nasa.gov/explore/galecrater/


 


Source: Les chroniques de Rorschach

Nous sommes sociaux !

Articles récents