Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Deux bébés décèdent après une vaccination en France

Publié par Dav sur 4 Décembre 2012, 19:23pm

Catégories : #Santé

 

 1770603.jpg

"Terrible coïncidence ou erreurs médicales : 2 nourrissons décèdent après un séjour aux urgences de l'hôpital" annonce FR3.fr Midi-Pyrénées. 

Entre le 24 et le 25 février, deux enfants de 3 mois et demi et 9 mois et demi sont morts quelques jours après avoir reçu le Prevenar®, vaccin contre le pneumocoque recommandé pour les bébés, mais sous surveillance renforcée de pharmacovigilance. Cependant, "les autorités sanitaires affirment que leur décès n'a aucun lien avec leur récente vaccination". C’est évident et coutumier. Combien faudra-t-il de morts pour ébranler le dogme ?

 

 

  Le 2 mars 2011, FR3.fr annonçait la mort dramatique d’un bébé de 9 mois et demi au service des urgences de Montauban.

naumoid091100045.jpgLe drame a débuté le 22 février, lorsque la maman d'Adryen Magne s’est rendue chez un pédiatre pour faire vacciner son fils. Elle lui a indiqué qu'il toussait un peu, ce qui n’a pas entrainé un refus du pédiatre de le vacciner, alors que tout médecin sérieux ne vaccine jamais un enfant qui n’est pas en parfaite forme physique. Le soir, le petit Adryen a fait une poussée de fièvre. La maman, inquiète, a alors téléphoné au médecin régulateur du Samu qui lui a expliqué que c'était très certainement la conséquence du vaccin, lui a prescrit un médicament pour faire tomber la fièvre et conseillé de voir le médecin de famille le lendemain matin. Adryen n'avait aucun antécédent de santé.

Le lendemain, 23 février, le médecin de famille diagnostiqua une laryngite sans fièvre, rédigea une ordonnance en conséquence, et renvoya l'enfant chez lui. 

En fin de journée, le 24 février, les parents conduisirent leur enfant, toujours pris de violents vomissements, aux urgences de l'hôpital de Montauban vers 22h. Le médecin de garde diagnostiqua alors une gastro-entérite, libella une nouvelle ordonnance,  puis Adryen et ses parents regagnèrent alors leur domicile. Mais l’état de l’enfant s’est brusquement aggravé, au point que les parents qui s’étaient relayés à ses côtés décidèrent, à quatre heures du matin, de le ramener aux urgences du centre hospitalier. Adryen a alors été victime d'un arrêt cardiaque et décéda brusquement. Les médecins ont longuement tenté de le réanimer, en vain.

Une autopsie a été pratiquée et une enquête judiciaire est en cours puisque les parents, Virginie et Vincent Magne, ont porté plainte pour homicide involontaire.

Le directeur et le responsable des urgences de l'hôpital de Montauban ne s'expliquent pas ce qui a pu arriver et souhaitent faire toute la lumière sur cet événement dramatique. Les premiers éléments recueillis donneraient à penser qu'une gastro-entérite, ou une invagination intestinale aiguë pourrait être à l'origine du décès du petit Adryen. Personne n’a pensé une seconde que le vaccin pouvait être le déclencheur de ce problème intestinal.

Un détail devrait soulever l’attention des parents horrifiés et des médecins soupçonnés, surement à tort excepté le pédiatre qui a vacciné un enfant fatigué, d’avoir été négligents.  

BLD064996.jpgLe 24 février, quelques heures avant le décès d'Adryen, Layana, un bébé de trois mois et demi, mourrait à l'hôpital Purpan de Toulouse, après avoir été, elle aussi, vaccinée quelques jours plus tôt à Montauban.

Une information judiciaire ouverte contre "x" pour homicide involontaire a été ouverte ce jour par le parquet de Montauban.

La famille de Layana a très rapidement fait le rapprochement, après le décès du petit Adryen.

Trois jours plus tôt, le 21 février, ce que l'on a coutume d'appeler « le second vaccin » a été administré au bébé. Pour éviter une poussée de fièvre, on a administré des cachets au nourrisson, mais, dans les heures qui ont suivi, Layana a été prise de vomissements brutaux. Si bien que devant ce phénomène inquiétant, les parents ont décidé d'amener leur bébé au service des urgences du centre hospitalier de Montauban.

À son arrivée, Layana a été examinée et placée en observation. Petit à petit, son état s’est dégradé et le bébé semblait manquer d'oxygène. Aussi, le 23 février après-midi, elle a été placée sous oxygène.

PAA451000015.jpgLe même soir, l'état de santé de Layana s’était encore détérioré, au point que les médecins ont décidé de l'intuber. Puis, vers 23 h 30, on a décidé de la transférer vers le centre hospitalier de Purpan à Toulouse. Le jeudi matin 24, Layana n’allait pas bien du tout, ayant une forte fièvre, avec une tache apparue sur ses poumons, son état était critique et à 15 h 30, Layana décéda d'un arrêt cardiaque.

 Pour l’instant, sa famille n'accuse personne mais elle veut comprendre ce qui s'est passé exactement. La piste du vaccin a été soulevée mais il faudra attendre, ici aussi, les résultats de l'autopsie pour en savoir un peu plus.

le directeur de Montauban a déclaré : « Ce que les deux dossiers ont en commun, c'est qu'il "y a eu un décès, qui est inexpliqué, de deux nourrissons dans la même période, après une dégradation extrêmement rapide de leur état, et sans que les deux équipes hospitalières (de Montauban et Toulouse) ne comprennent ce qui a pu se passer", a-t-il dit.
Il a évoqué avec la plus grande prudence le fait que les enfants ont reçu un vaccin
 les jours précédant leur séjour à l'hôpital, et ont vomi. "Cela dit, tous les enfants de France sont vaccinés" et il faut se garder des
conclusions hâtives. »

u14404663.jpgToutefois, le 3 mars 2011, Romandie News annonçait que « La mort récente de deux nourrissons en Midi-Pyrénées est sans rapport avec le vaccin qui leur a été administré peu avant leur décès, selon les résultats partiels d'une expertise communiqués jeudi par les autorités sanitaires.

« Les deux bébés morts la semaine passée à Toulouse et Montauban avaient en commun d'avoir été vaccinés avec du Prevenar, qui sert à immuniser les petits contre des maladies comme les septicémies, les méningites ou les pneumonies bactériémiques », a-t-on appris de sources concordantes.

« L'ARS (Agence régionale de santé) de Midi-Pyrénées a alerté l'agence du médicament mercredi soir du fait que la petite fille et le petit garçon avaient tous deux reçu du Prevenar. Il s'agissait d'une mesure de précaution et cela ne préjugeait aucunement d'un lien entre la vaccination et les décès », a indiqué Véronique Bardissa, porte-parole de l'ARS.

« Avant même les conclusions de l'agence du médicament, l'ARS a été informée jeudi des résultats partiels d'une autre expertise qui établit qu'il "n'y a aucune relation entre les décès et les vaccinations", a-t-elle dit. »

Puisque ce vaccin est « tellement sûr », pourquoi est-il placé sous « surveillance renforcée » ?

http://www.sylviesimonrevelations.com/article-deux-bebes-decedent-apres-une-vaccination-en-france-68789300.html

 

Commenter cet article

gwendal 05/12/2012 00:06


Charognes de toubibs. Je veux bien faire des efforts pour pardonner des choses dures (l'éveil), mais çà c'est hors de
question. Toutes les morts à cause du milieu médical ne sont pas le destin, car la médecine chimique ne
devrait même pas exister

Nous sommes sociaux !

Articles récents