Mais alors que l’on s’attend à y lire que les taches sont toujours attendues, on y découvre une nouveauté un peu inquiétante si pas « apocalyptique » : en effet, une étude statistiques menée sur les 17 dernières années indique que les champs magnétiques des taches solaires ont une intensité décroissante, perdant 50 gauss par an. Or les taches solaires ne pourraient se former que si l’intensité magnétique reste supérieure à 1500 gauss.

Le calcul d’extrapolation de la décroissance d’intensité est très facile pour les scientifiques : « Les taches solaires pourraient complètement disparaître en 2015 ».

Mais restons zen et ne soyons pas catastrophiques comme les « réchauffistes » car on peut se poser la question : la rareté des taches solaires actuelles suit-elle déjà la baisse de l’intensité magnétique, ou, en d’autres termes, a-t-on déjà passé le point de rupture ?

La conclusion de l’article laisse quand même perplexe : « nous sommes sur le point d’apprendre quelque chose de nouveau »., mais un inédit qui pourrait être catastrophique.

Cette découverte de la Nasa pourrait bien faire revoir toutes les théories du GIEC car si on sait que ce mécanisme des tâches solaires reste inexpliqué à ce jour, on sait qu’il y a une corrélation indiscutable entre l’activité solaire et le climat, comme l’a découvert Maunder en associant le petit âge glaciaire à l’absence de taches solaires, entre 1645 et 1715, qui avait été observé à cette époque.

David Hathaway l’expert de la NASA précise honnêtement : « La chute du champ magnétique « pourrait » être inhérente au cycle solaire, et non un signe que les taches solaires puissent disparaître en permanence ». Et comme les experts du GIEC qui en sont aussi au stade de la spéculation il évoque une hypothèse alternative :« Le minimum solaire actuel est devenu si long et si profond que certains scientifiques ont spéculé que le soleil pourrait entrer dans une longue période sans la moindre activité de taches solaires ».

C’est, une fois de plus le genre d’information dont on a eu soin de ne pas vous informer, puisqu’il ne va pas dans le bon sens…

CO2 quand tu nous tiens ! Alors on va cuire ou se les geler ?

Article original et graphiques scientifiques à découvrir sur le site de la Nasa :

science.nasa.gov
Et d'autres articles à découvrir ICI