Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Empoisonnement durable: des pesticides dans l’eau minérale

Publié par Dav sur 25 Mars 2013, 13:20pm

Catégories : #Environnement

1x1.trans Empoisonnement durable: des pesticides dans leau minéraleQueva-t-on devoir manger et boire ou où va-ton devoir s’exiler pour pouvoir ne pas ingurgiter des substances chimiques à notre insu.

Le concept de « pollué mais potable » revient encore à l’honneur avec une étude qui démontre donc la présence de dans l’eau minérale, censée être puisée dans des sources pures et cristallines.

Effarant. Les embouteilleurs ne sont pas en cause, c’est déjà ça. Mais quand va-on finir de nous empoisonner? Quand? Quand?

 

 

« Une étude de 60 Millions de consommateurs et de la fondation France Libertés a révélé lundi la présence de traces de pesticides et de médicaments, dont un pour traiter le cancer du sein, dans environ 10 % des eaux en bouteille, sans toutefois remettre en cause leur potabilité.

« A court terme, il n’y a absolument aucun problème de qualité. Ces eaux sont parfaitement buvables, insiste le rédacteur en chef de 60 Millions de consommateursThomas LaurenceauOn est dans l’ordre de l’ultra-trace, du millième de micron, c’est vraiment minuscule. »

L’enquête « ne met absolument pas en cause l’honnêteté des embouteilleurs », mais interroge la contamination de l’environnement par les pratiques humaines, ajoute-t-il. « Il y a inquiétude sur la qualité de la ressource globale », résume M. Laurenceau, qui appelle, avec France Libertés, à « la remise à plat des normes de qualité » prenant en compte les nouveaux polluants.

L’analyse a porté sur 47 bouteilles d’eau, trois bonbonnes d’eau et une dizaine d’échantillons d’eau du robinet prélevés dans trois départements. Sur les bouteilles d’eau étudiées – portant sur l’ensemble du marché –, 37 ne présentaient aucune trace des 85 molécules recherchées. Dix en revanche contenaient des résidus de médicaments et pesticides.

 

 

« ANALYSES À GRANDE ÉCHELLE »

 

« La grande surprise », écrit 60 Millions de consommateurs, est la présence de tamoxifène, hormone de synthèse utilisée dans le traitement du cancer du sein, dans la Mont Roucous, Saint Yorre, Salvetat, Saint Armand (Du Clos de l’abbaye) et Carrefour Discount (Céline Cristaline). La teneur est « infime », mais c’est« suffisant pour qu’on s’interroge sur la pureté originelle imposée par la règlementation des  », souligne le magazine, qui précise avoir procédé deux fois à l’analyse des échantillons après contestation de la part des embouteilleurs des premiers résultats et de la méthodologie employée, accusée de produire de « faux positifs ».

« La seconde analyse a confirmé cette présence, sans que nous soyons en mesure d’en expliquer l’origine, ajoute encore 60 Millions de consommateurs.L’affaire est suffisamment sérieuse pour qu’on lance des analyses à plus grande échelle. »

Du buflomédil et du naftidrofuryl, des vasodilitateurs, ont été également détectés dans l’Hepar pour le premier et dans la Saint Armand pour le second. Par ailleurs, des traces d’atrazine et d’hydroxyatrazine, des désherbants pourtant interdits en 2001 mais très persistants, ont été trouvées dans la Vittel (Grande source), la Volvic (Clairvic), la Cora (Saint-Pierre) et la Cristaline (Louise).

 

 

« POTENTIELS EFFETS COCKTAIL »

 

« Ce qu’on en retire, ce n’est pas de dire que telle marque est plus risquée qu’une autre. Il n’y a pas les bons et les mauvais. Sur l’ensemble des marques, il y a un problème, poursuit M. Laurenceau. Les embouteilleurs sont extrêmement prudents, mais ça interpelle de voir qu’il peut y avoir [des micropolluants], même si c’est infinitésimal, qui ne devraient pas être là. »

Et l’eau du robinet ? Sur 10 prélèvements, huit contiennent une à quatre molécules sur les 85 recherchées, principalement des pesticides, mais aussi des résidus de médicaments dont, à nouveau, du tamoxifène décelé notamment en milieu urbain (Rennes et Limoges).

Enfin, sur les trois bonbonnes, des traces de diéthylphtalate ont été trouvées dans l’Obio, et de bisphénol A, d’atrazine et de retardateur de flamme dans la Culligan Val-de-Marne. « Si tous les micropolluants sont ici présents en très faibles teneurs, leur variété interroge sur les potentiels effets cocktail », souligne 60 Millions de consommateurs.

Le magazine et France Libertés, qui ont lancé en 2011 l’ »Initiative transparence santé », ont publié en mars une carte de la qualité de l’eau potable en France, montrant que les seuils limites en polluants étaient dépassés dans près de 420 communes grâce à des dérogations, sans risque sanitaire immédiat. »

Source: Le Monde

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

lasorciererouge 08/08/2013 20:21


http://www.wikistrike.com/article-la-lyonnaise-des-eaux-deverse-les-eaux-usees-de-biarritz-dans-l-ocean-119455821.html

Delamare 26/03/2013 09:21


Cette info a presque fait la "une" des journaux télévisés. Mais est-ce vraiment une découverte?....Quand on pense aux quantités de produits chimiques nocifs voire mortels qui sont utlisés depuis
des décennies sur les cultures, sans compter ceux qui sont pulvérisés dans le ciel, les "chems trails", et qui retombent sur nous avec ou sans qu'il pleuve, il faut être un peu demeuré pour
s'étonner que l'eau contienne ces saloperies. Mais parle-t-on des contenants, à savoir las bouteilles plastiques qui sont fabriquées avec des produits autant sinon plus dangereux et qui ,
exposées en palettes en pein soleil avnt d'être en rayon dans les grandes surfaces, libèrent dans l'eau minérale ces produits? Bizarre que personne n'en parle, non? Pour quelle bonne raison sinon
économico-financière?...

Dav_ 25/03/2013 23:56


B'soir!


Putain (désolé mais là c'est trop ) mais j'hallucine ...Et n'allez pas me faire croire qu'avant ces analyses, il n'y avait rien d'anormal...


Donc



soit ceux qui analysent sont des incompétents...




Soit on veut délibérement nous empoissonner. (Or quand on sait qu'un malade rapporte plus d'€ qu'une personne en parfaite santé...).


Soit ce serait 1 coup de malchance que ce soit juste ces 47 échantillons qui soient contaminés [vs me le dites hein si vous entendez ça dans les médias (vu que moi pas avoir ni lire), ils
en sont tout à fait capables ]



Là on parle de 10%, et seulement 47 bouteilles analysées. Mais faudrait toutes les analyser, et 0,01% serait déjà trop


..."
Mais quand va-on finir de nous empoisonner? Quand? Quand?"...


Quand on se serrera tous les coudes, quand on regardera ce qui nous rassemble plutôt que ce qui nous différencie, quand on aura
décider ENSEMBLE que trop c'est trop, qu'il est temps pour toutes et tous de reprendre le pouvoir qui est notre, de faire de la France le pays démocratique qu'elle mérite d'être (avec une vrai
démocratie, telle qu'Etienne Chouard le propose et l'explique le plus simplement du monde...). Et qu'enfin on se rassemble encore
plus chaque fois que quelqu'un cherche à nous diviser .


TOUT, absolument tout, EST LIÉ, y a pas à
chercher midi à 14 heures ou l'heure que vous voulez.


À ce moment précis je suis convaincu que nous sommes déjà suffisamment nombreux pour inverser la balance, sans compter ceux qui le
pense tout bas mais n'ose jamais en parler à voie haute, 1x le mouvement lancé,les rangs vont grossir exponentiellement.



Alors on s'y met quand à ce travail pour le bien commun ?






Il ne suffit pas d'être révoltés, mais révolutionnaires. Et faire la révolution dans la rue ça ne ménera à rien, garanti.Il faut
déjà faire sa propre révolution en soi, se retrouver, se remémorer ses rêves d'enfance etc..., méditer, se recentrer. Etc etc...Il y a tellement à dire en fait, que je ne sais par où
commencer.


Puis la majorité des lecteurs de ce blog sont déjà ,je suis sur, du même avis que moi. Ce sont les endormis qu'il faut
réveiller.
Bon courage



Nous sommes sociaux !

Articles récents