Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


En 2030, l’Afrique produira la moitié de la pollution atmosphérique

Publié par David Jarry - Webmaster sur 17 Mars 2014, 22:09pm

Catégories : #Environnement

En plein essor démographique, l’Afrique risque de devenir un continent noir… à cause de la calcination des combustibles fossiles d’ici 2030. D’après des estimations, à cette date, le territoire pourrait être responsable de la moitié des émissions de polluants atmosphériques mondiales si aucune mesure environnementale n’est prise.

 

Déjà non négligeable aujourd’hui, la pollution atmosphérique émanant de l’Afrique pourrait devenir prépondérante d’ici à 2030, selon certaines estimations. © US National Archives and Records Administration, Wikipédia, DPDéjà non négligeable aujourd’hui, la pollution atmosphérique émanant de l’Afrique pourrait devenir prépondérante d’ici à 2030, selon certaines estimations. © US National Archives and Records Administration, Wikipédia, DP

 

 

Les inventaires d'émissions des polluants dans l'air sont un passage obligé pour mesurer l'impact de la pollution sur la qualité de l'air et le climat. Ces données alimentent en effet les modèles atmosphériques et climatiques, et permettent de faire des projections. Les inventaires régionaux sont très précis pour l'Europe, l'Asie, ou l'Amérique du Nord. En revanche, jusqu'à présent, on ne disposait pour l'Afrique que d'inventaires globaux.

C'est pour répondre à ce déficit d'information que les chercheurs du laboratoire d’aérologie de l’université Paul Sabatier de Toulouse ont développé des cartes d'émissions anthropiques pour l'année 2005 pour l'ensemble des pays africains. Pour cela, ils se sont appuyés sur des données diverses : questionnaires de la consommation de carburants soumis aux autorités de différents pays, enquêtes de terrain, résultats de programmes de recherche tels qu’Amma (programme sur la mousson ouest-africaine) et Polca (programme sur la pollution des capitales africaines).

Les chercheurs ont également pris en compte des sources d'émission de gaz et de particules particulièrement polluantes en Afrique : d'une part les véhicules à deux roues, les vieilles voitures et les vieux camions dans les villes, et d'autre part la fabrication de charbon de bois pour la cuisine. Aujourd'hui, l'ensemble des sources d'émissions anthropiques représentent, selon les particules ou les gaz considérés (suies, carbone organique, dioxyde de soufre, dioxyde d'azote, monoxyde de carbone, etc.), entre 5 et 20 % de la pollution mondiale. La contribution de l'Afrique au changement climatique ne peut donc être négligée.

 

Cette image reprend les estimations régionales de particules de carbone organique issues des combustions de carburants fossiles et de biocarburants en tonnes de carbone par an, pour un des scénarios de l'année 2030.


Cette image reprend les estimations régionales de particules de carbone organique issues des combustions de carburants fossiles et de biocarburants en tonnes de carbone par an, pour un des scénarios de l'année 2030. © Environmental Research Letters

 

Particules et carbone organique venus d’Afrique

 

À partir de ces inventaires pour l'année 2005, les chercheurs ont estimé dans Environmental Research Letters les émissions polluantes africaines en 2030 en s'appuyant sur trois scénarios. Les deux premiers sont ceux du modèle économique Poles, scénarios de référence décrivant soit un monde sans politique environnementale, soit un monde incluant les engagements du protocole de Kyoto (autrement dit, une réduction de 5,5 % des émissions de gaz à effet de serre sur la période 2008-2012 par rapport au niveau atteint en 1990). Les scientifiques ont construit un troisième scénario incluant des réductions d'émissions spécifiques.

Principal résultat de cette évaluation : en l'absence de toute mesure de régulation efficace, le continent africain pourrait contribuer pour 20 à 55 % des émissions globales anthropiques de polluants gazeux et particulaires à l'horizon 2030. Ces chiffres sont nettement au-dessus des estimations sur lesquelles se basent actuellement les modèles de changement climatique.

Ces travaux permettront d'améliorer ces modèles par leur utilisation dans les futures publications du Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat). Les chercheurs pensent aussi utiliser ces inventaires pour mieux évaluer l'impact de ces émissions polluantes sur la santé des populations urbaines d'Afrique. Ils espèrent que leurs résultats aideront les décideurs africains à faire des choix sur le parc de véhicules et les combustibles utilisés afin d'améliorer la qualité de l'air dans les villes africaines.

 

 CNRS

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Commenter cet article

gwendal 17/03/2014 23:57


Ah, les salopards! Vite interdisons leur tout ce qu'on s'est autorisé de faire avant eux ...et qu'on continuera
parce que nous on a le droit...


Bon, d'accord, nous aussi on doit tout changer ...évidemment

gevaudan 17/03/2014 22:51


j'aime le debut de l'article "l'afrique risque de devenir un continent noir"

Nous sommes sociaux !

Articles récents