Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


En Amazonie brésilienne, les routes gagnent 50.000 km en trois ans

Publié par Dav sur 3 Novembre 2013, 23:11pm

Catégories : #Environnement

En trois ans, le réseau routier de l’Amazonie brésilienne s’est étendu de 50.000 km. Les routes sillonnent la forêt tropicale, modifiant localement les conditions écologiques du milieu. Souvent ignoré, le développement routier a pourtant des conséquences majeures sur la déforestation du bassin amazonien

 

 

Ces quatre dernières années, 441 espèces animales et végétales ont été découvertes en Amazonie. Avec plus de sept millions de km2 de surface, cette forêt tropicale constitue l’une des plus grandes niches de biodiversité. Elle fournit par ailleurs quelque 12 % de l’eau potable dans le monde. Pourtant le bassin amazonien a perdu 17 % de sa surface originelle depuis le développement des activités humaines. Si la déforestation, résultat du déboisement de l’espace pour les champs agricoles, est le principal facteur en cause, l’utilisation des terres est liée à d’autres forçages de déboisement.

 

Le développement du réseau routier par exemple est relativement anarchique et méconnu, pourtant il contribue de façon majeure à la déforestation. Une grande partie des routes en Amazonie ont été construites illégalement, elles permettent aux exploitants de s’approprier les terrains en bordure et d’accéder au centre de la forêt pour en extraire des produits rares. On estime que si un pays est couvert de moins de 2 % de routes, elles peuvent tout de même avoir un impact sur l’écologie du pays dix fois supérieur.

 

Les évolutions dans la densité de routes en Amazonie brésilienne, exprimée en km/km2/an. Dans les zones hachurées n'ont pas de routes détectées, les zones noires en ont le plus.
Cette carte représente les évolutions de la densité de routes (exprimée en km/km2/an) en Amazonie brésilienne. Les zones hachurées n'ont pas de routes détectées, les zones noires ont vu l'évolution de leur densité de route le plus progresser. © Imperial College London

 

Les routes fragmentent les habitats des animaux

 

Ces itinéraires goudronnés changent la température du sol, l’humidité du milieu et modifient les parcours des animaux. Savoir où sont les routes et à quelle vitesse elles se construisent est la donnée manquante pour réussir à prévoir l’évolution de la forêt. Bon nombres de modèles prennent déjà en compte ce paramètre, mais les données de terrain sont si lacunaires que les simulations divergent.

 

À l’aide d’imagerie satellite et de cartes routières déjà existantes, une équipe internationale a mené une étude visant à quantifier le développement du réseau routier dans le bassin amazonien brésilien. Ils rapportent dans la revue Regional Environmental Change qu’entre 2004 et 2007, quelque 17.000 km de routes ont été construits chaque année, c’est-à-dire qu’en trois ans, l’Amazonie brésilienne a vu naître plus de 50.000 km de routes.

 

Leurs résultats suggèrent en outre que le réseau routier s’étend plus rapidement dans les régions en forte croissance économique, ainsi que les zones où de nouveaux établissements ou structures agricoles voient le jour. Lorsque le dispositif routier autour des structures est bien établi, on observe un ralentissement dans la construction. Ces informations permettent de définir les zones où le réseau routier est en pleine expansion, et où il devrait se stabiliser. Elles sont donc un moyen de déterminer les zones à protéger pour ralentir l’accroissement de la déforestation.

 

Delphine Bossy, Futura-Sciences

NP le nouveau paradigme

 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents