Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


En bref : des exolunes dans la zone d’habitabilité de leur étoile ?

Publié par Dav sur 9 Janvier 2013, 20:53pm

Catégories : #Espace

Comparable dans son principe au projet Seti , qui demande aux internautes de partager le temps de calcul de leur ordinateur pour rechercher des signaux artificiels, le projet Planet Hunters permet de rechercher des planètes extrasolaires. Déjà deux planètes ont ainsi été découvertes, et une sont en quarantaine en attente de confirmation. © H. Giguere, M. Giguere, Yale University
 
 

Après l’annonce de l'existence probable de milliards de planètes dans la Voie lactée, dont un grand nombre de la taille de la Terre, la découverte d’une géante gazeuse dans la zone d’habitabilité de son étoile laisse à penser qu’il existe une très grande variété de mondes, et même des exolunes qui pourraient soutenir la vie.

 

Après la découverte d’une exoplanète grâce au projet Planet Hunters, qui met à la disposition du grand public les données du satellite Kepler de la Nasa, des astronomes ont découvert une planète gazeuse qui a ceci d'intéressant qu’elle évolue dans la zone d’habitabilité de son étoile. Sans quoi, elle n’aurait pas fait les gros titres.

 

Baptisée temporairement PH 2p pour Planet Hunters deuxième du nom, cette planète est d'une taille intermédiaire entre celles de Neptune et de Jupiter, gravitant en un peu plus de cent jours autour de son soleil dans la zone d’habitabilité. À cette distance et avec ce que l’on sait de l’étoile parente, les astronomes estiment que la température de surface de cette planète est de seulement 46 °C. C’est évidemment une température propice à la présence d'eau liquide, mais le caractère gazeux de la planète balaie l’idée d’une quelconque forme de vie à sa surface.

 

Néanmoins, il y a fort à parier qu’elle pourrait abriter en orbite une multitude de lunes dans une configuration similaire à celle des quatre planètes gazeuses du Système solaire, ce qui rend cette planète intéressante. Autrement dit, si la vie n’est pas possible sur PH 2p, rien n’interdit de spéculer sur la présence de rivières, de lacs et toutes sortes d'habitats propices à la vie sur une ou plusieurs de ses lunes...

 

Par Rémy Decourt, Futura-Sciences
NP le nouveau paradigme

 

 

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents