Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


En vidéo : le volcan Copahue menace d'entrer en éruption massive

Publié par Dav sur 29 Mai 2013, 19:57pm

Catégories : #Changements terrestres

 

L’alerte rouge est déclenchée. Une éruption phréatique peut se produire à tout moment sur le volcan Copahue, à la frontière du Chili et de l’Argentine. Un rayon de sécurité de 25 km a été établi autour du volcan, mais l’évacuation des habitants tarde. Voici le point sur la situation.

L’activité sismique du volcan Copahue provoque l’exil de milliers de personnes. Il se situe exactement à la frontière entre le Chili et l’Argentine, au sud de la ville de Concepción. Il culmine à 2.965 m de haut et est couvert de glaciers. Comme beaucoup de volcans de Patagonie, Copahue est actif. Mais voilà que depuis le dimanche 26 mai 2013, son activité sismique est telle que les deux pays ont décrété l’état d’urgence, et prévoient encore d’évacuer 2.240 personnes ce mercredi 29 mai, pour atteindre les 3.000 évacuations nécessaires.

Copahue est un stratovolcan, qui habituellement présente peu d’événements sismiques quotidiens. Or, depuis trois jours, il s’est activé, produisant alors plus d’une centaine d’événements par heure ! Il s’agit de petits tremblements de terre, d’une magnitude maximale de 1,4. S’ils sont de faible intensité, ils sont en revanche extrêmement nombreux. L’énergie libérée est largement supérieure à la normale, et c’est précisément un signe précurseur d’une éruption massive.

 

Dans son dernier bulletin, paru mardi à 18 h 00 (heure locale au Chili), le service national de Géologie et des mines du Chili fait état de 3.134 événements sismiques depuis le réveil du volcan. Environ 130 secousses sismiques se produisent par heure, chacune intervenant en moyenne toutes les 6 à 8 secondes.

Une évacuation difficile autour du volcan Copahue

Actuellement, aucun nuage de cendres n’est visible, mais le volcan éjecte une colonne de gaz en continu, qui s’observe uniquement sur l’un des dix cratères de Copahue, le « El Agrio ». Par précaution, les sismologues ont déclenché l’alerte rouge et ont imposé un rayon de sécurité de 25 km autour du volcan. En Argentine, cela ne concerne qu’un petit village qui a été évacué dès ce lundi 27 mai. Au Chili, plus de 2.000 personnes sont concernées et l’évacuation est complexe. Il s’agit d’une région pauvre, et majoritairement agricole. Les habitants refusent pour la plupart d’abandonner leur maison et leur bétail.

Par le passé, ce volcan a connu des éruptions d’une magnitude basse à modérée, les plus fréquentes étant de type phréatique. Une éruption phréatique est souvent plus explosive que les autres, car elle implique une vaporisation de l’eau qui agit comme un piston. Elle évolue souvent vers une éruption phréato-magmatique, à partir du moment où le panache volcanique contient des matières minérales solides. Lorsque ces éruptions sont de faible magnitude, le danger principal, dans un rayon de 25 km du volcan, est la chute de matière pyroclastique.

 

 

Plus d’avions entre Concepción et Santiago

Si elles atteignent une magnitude plus importante, les éruptions de ce type peuvent générer des nuées ardentes et des lahars (coulées boueuses à débris de roches volcaniques). Sinon, les nuées ne dépassent généralement pas les 15 km autour du volcan. Dans le cas du Copahue, aucune habitation ne serait alors concernée. Il est actuellement impossible de prévoir l’intensité de l’éruption, ni le moment où elle se déclenchera (si elle se déclenche d’ailleurs). L’activité sismique est un signe avant-coureur, mais elle ne donne guère plus d’indices. Les volcanologues parlent d’une éruption qui peut se produire d’ici quelques minutes, quelques heures ou quelques jours !

Les stratovolcans se trouvent souvent à haute altitude, et les panaches éruptifs perturbent la circulation atmosphérique. En 2010, l’éruption du volcan islandais Eyjafjöll avait perturbé le réseau aérien du monde entier. L’explosion du Pinatubo en 1991, aux Philippines, avait été si violente que les aérosols émis avaient pénétré la stratosphère et provoqué une chute de la température mondiale de 0,6 °C. Actuellement le panache éruptif du Copahue atteint déjà quelques kilomètres de hauteur. Compte tenu des conditions météo actuelles, un flux intense venu du sud pourrait entraîner la propagation du potentiel nuage de cendres vers le nord.

 

Par Delphine Bossy, Futura-Sciences
NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents