ESCLAVAGE - Trois femmes terrifiées et profondément traumatisées ont été libérées après avoir été retenues comme esclaves pendant plus de trente ans dans une maison du sud de Londres, a annoncé la police britannique le 21 novembre . "Du jamais vu," selon Scotland Yard qui a arrêté un couple de sexagénaires jeudi à l'aube avant de le libérer sous caution vendredi matin.

 

Preuve, si besoin en est, que l'esclavage moderne reste un vrai problème et adopte des formes de plus en plus variées dans les pays où la défense des droits de l'Homme est souvent contestée comme dans les États où ils sont garantis par la loi ou des conventions. Selon une estimation, près de 30 millions de personnes seraient touchées par ce fléau.

Lire aussi : » Esclavage à Londres : trois femmes libérées après 30 ans

Tour d'horizon de ces "pratiques déshumanisantes" toujours bien réelles dans le monde entier, comme l'a rappelé l'an dernier le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à l'occasion de la Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage.

 

 

Des formes d'esclavage très variées

 

Les formes contemporaines d'esclavage sont très variées. Entre l'ONU, les conventions internationales et les associations, cet asservissement peut se décliner en une dizaine de pratiques.

Si l'on retrouve les notions classiques comme le trafic de personnes ou l’esclavage traditionnel (officiellement aboli mais toujours pratiqué dans certains pays d'Asie et d'Afrique) avec lequel des individus sont considérés comme asservis dès leur naissance, des aspects moins évidents comme le travail des enfants ou le recrutement et l'utilisation d'enfants soldats sont considérés comme esclavagistes.

Les activités forcées (prostitution, travail mais aussi mariage) et la servitude pour dettes (qui consiste à faire travailler une personne pour lui permettre de rembourser un prêt) font elles aussi partie des formes d'esclavage et sont activement combattues par les organisations internationales.

 

 

"Aucun continent n'est épargné"

 

Selon un rapport publié récemment par la Walk Free Foundation — qui lutte contre toutes les formes d'esclavage moderne —, près de 30 millions de personnes dans le monde vivent dans des conditions d'asservissement.

 

carte esclavage

Plus la couleur est foncée, plus l'esclavage moderne est présent

 

Les trois-quarts des victimes seraient en Asie, mais "aucun continent n'est épargné", affirme cette nouvelle organisation basée en Australie, soutenue par l'ancienne secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton et le co-fondateur de Microsoft et philanthrope Bill Gates.

L'Inde arrive en tête (14 millions d'esclaves), suivie de la Chine (2,9 millions) et du Pakistan (plus de deux millions). Viennent ensuite le Nigeria, l'Ethiopie, la Russie, la Thaïlande, la République démocratique du Congo (RDC), la Birmanie et le Bangladesh. À eux seuls, ces pays comptabilisent 22 des 29,8 millions de personnes que l'on estime asservies.

8500 esclaves en France

D'après les chiffres et classements publiés par Walk Free, la Grande-Bretagne est — ex aequo avec l'Islande et l'Irlande — le pays qui souffre le moins de l'asservissement contemporain dans le monde. Dans ce contexte, la découverte et la libération à Londres de trois femmes retenues depuis une trentaine d'années en esclavage domestique à Londres a donc de quoi surprendre, en plus de choquer par son horreur.

Comme d'autres pays d’Europe occidentale, ce pays possède en effet un risque d'esclavage peu élevé en raison du faible niveau de corruption, de faibles niveaux de discrimination à l’encontre des femmes, d’un respect reconnu des droits de l’homme et grâce aux lois contre l’esclavage.

On évalue d'ailleurs que 1,82 % du nombre estimé total des 29,8 millions de personnes dans l’asservissement moderne sont en Europe. La France, qui se classe au 139e rang sur 162 pays analysés, abriterait quant à elle 8500 personnes réduites en esclavage, selon l'organisation.

 

Le HuffPost  |  Par Maxime Bourdeau

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1