Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Etna: activité strombolienne en cours (17è depuis le début 2013)

Publié par Dav sur 23 Novembre 2013, 16:08pm

Catégories : #Changements terrestres

L'activité strombolienne est de retour depuis la fin d'après-midi sur le Nouveau Cône Sud-Est. L'activité est pour le moment modérée (13 repérées sur 2 heures) mais le trémor est en hausse (faible) lui-aussi. Pour les explosions les plus fortes les projections montent déjà à environ 350-400 m de hauteur.

Activité strombolienne sur le volcan Etna, 22 novembre 2013
Explosion entre chien et loup. Image : Radiostudio7
Activité strombolienne sur le volcan Etna, 22 novembre 2013
Une grosse bulle de gaz vient d'éclater. Image: Radiostudio7

Hausse du trémor en fin de journée, 22 novembre 2013. Image: INGV

C'est peut-être rien et tout peut s'arrêter dans la nuit mais, au cas où, la vigilance monte d'un cran.

le trémor est redescendu mais l'activité éruptive persiste. Elle se manifeste esssentiellement par une incandescence permanente au sommet du NCSE, parfois entrecoupée d'une explosions strombolienne.
Une photo de l'activité a été faite en début de nuit par Marco Restivo, d'Etna Walk.


MàJ 23 novembre

L'activité volcanique s'est maintenue sur le NCSE sans changer d'intensité ni de style depuis la mise à jour ci-dessus. Le somme du NCSE est resté le siège d'une incandescence modérée mais permanente, parfois entrecoupée d'une explosion strombolienne, qui n'est qu'une bulle de gaz qui éclate en surface après avoir parcouru les conduits volcaniques. Après son premier pic, le trémor est repartit sur une tendance à la hausse peu importante mais bien présente.

Explosion strombolienne sur le volcan Etna, 23 novembre 2013
Petite (mais jolie) explosion strombolienne dès potron-minet. Image : Etnatrekking


Sources : anonyme par mail/ Radiostudio7; INGV; Etna Wal; Etnatrekking
Contrairement aux trois précédents paroxysmes, celui-ci ressemble un peu plus à ceux que le volcan a produit ces dernières années. La fontaine s'est mise en place rapidement, alimentant un très puissant panache de cendres, haut d'environ 6000 m (donc le sommet du panache est à environ 9000m d'altitude) emporté vers le nord-est : depuis Paterno il a quelque chose d'assez terrifiant, mais depuis Bronte (à l'ouest, l'ambiance est carrément dantesque (le VAAC de Toulouse décrit d'ailleurs le panache comme très important (severe)), qualificatif rarement employé dans un bulletin de VAAC)
Le puissant panache de cendres du 17ème paroxysme, vu depuis Paterno (sud sud-ouest). Image: Radio-Touring
Le panache de cendres du volcan Etna, 23 novembre 2013
Vu depuis Bronte, à l'ouest du volcan, le panache est écrasant. Image:Nicola Zappala

Notez sur l'image prise à Paterno le tri qu'opère la gravité dans le panache: alors que les cendres et les gaz sont mélangés au moment de leur éjection par la fontaine, on distingue nettement en altitude une couche de gaz dominée par la "vapeur d'eau"* et, juste en dessous, une couche dominée par les cendres.
Cette activité puissante arrose Taormine, pourtant située à presque 30 km de distance, d'une averse de cendres et de lappilis**.
Chute de lappilis à Taormine produits par le volcan Etna, 23 novembre 2013
Chutes de cendres et lappilis à Taormine. Image : Villa Ducale
Il faut noter que, pendant le climax (le moment le plus intense, NDLA) de l'éruption, des bouffées de vapeur ont, à plusieurs reprises, pris naissance au niveau du NCSE, signe probant d'une interaction avec de l'eau dont il reste à déterminer l'origine (peut-être de la fonte de neige). Cette interaction s'est au manifeste de manière plus discrète mais bien visible, par des gerbes à caractère cypressoïdes (voir mon post de ce matin sur l'éruption du Nishino-Shima pour plus d'infos à leur sujet).
Activité paroxysmale du volcan Etna, 23 novembre 2013
Bouffée de "vapeur d'eau" au milieu de cendres brunes. Image : Etnatrekking

Gerbe cypressoïde caractéristique de l'interaction eau/magma. Image : Etnatrekking

Le problème, pour l’interprétation des étapes de cette nouvelle éruption, c'est la présence de nuages qui n'ont pas permis d'avoir le détail des événements. Les différentes images qui ont été produites par les webcams laissent ainsi penser qu'il n'y a pas eu de coulée de lave. La présence suspect de gaz sur le flanc sud du col qui sépare les deux cônes Sud-Est pourrait être dûe à la présence d'une courte coulée, mais il pourrait tout aussi bien s'agir des dépôts, encore à très haute teméprature, de la fontaine de lave.

En tout cas, après la fin de ce paroxysme éclair, le NCSE continue de libérer des cendres, signe que l'activité éruptive n'est pas finit. Et si les choses évoluent en court de journée, je mettrais ce post à jour.

Sources : INGV, ETnatrekking, Villa Duvale, N.Zappal, Radio-Touring,
*le terme "vapeur d'eau" est entre guillemets car il ne s'agit pas en réalité de vapeur d'eau mais de microscopiques gouttes d'eau liquide, condensées à partir de la vapeur produite par l'éruption.. La véritable vapeur d'eau est invisible.
**le terme lappili s'emploie pour décrire des fragments de lave projetés dont la taille est comprise entre 2 et 64 mm (c'est précis). En dessous des 2mm on entre dans la classe des cendres, au dessus des 64 mm , c'est le domaine des bombes volcaniques.
NP-le-nouveau-paradigme-copie-1









Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents