" />

EUROPE: Le retour des grandes misères

Publié le 17 Janvier 2012

 

 

 

Après la Deuxième Guerre mondiale, quand le chômage et la pauvreté sévissaient en Europe, même les gouvernements de droite s’étaient sentis obligés de promettre un avenir meilleur et plus prospère. Aujourd’hui, aucun gouvernement européen n’a rien d’autre à offrir à la population laborieuse que des sacrifices et des privations.

 

Près d’une personne sur quatre dan l’Union européenne (UE) était menacée de pauvreté ou de misère sociale en 2010. Telle est la conclusion d’un rapport officiel de la Commission européenne, présenté en décembre. Selon ce rapport, 115 millions de personnes, soit 23 pour cent de la population de l’UE, étaient désignés comme pauvres ou socialement défavorisés. Les causes principales en sont le chômage, la vieillesse et les bas salaires, avec plus de 8 pour cent de tous les salariés d’Europe qui font partie à présent des « travailleurs pauvres ».

Les familles monoparentales, les immigrés et les jeunes sont les plus durement touchés. Chez les jeunes, le chômage est plus de deux fois plus élevé que chez les adultes. Quelque 21,4 pour cent de tous les jeunes de l’UE n’avaient pas d’emploi en septembre 2011. L’Espagne est en tête de tous les autres pays de l’UE avec un taux de chômage chez les jeunes de 48 pour cent. En Grèce, Italie, Irlande, Lituanie, Lettonie et Slovaquie, le chômage des jeunes se situe entre 25 et 45 pour cent.

Dans des pays comme l’Allemagne, la Hollande et l’Autriche le taux de chômage des jeunes est plus bas parce que la période de formation est plus longue et que de nombreux jeunes au chômage sont « parqués » dans toutes sortes de programmes qui les excluent des statistiques officielles. Mais même dans ces pays, les chances de trouver un emploi qui paie correctement diminuent. Quelque 50 pour cent de tous les nouveaux contrats de travail dans l’UE sont des contrats de travail temporaire. Pour les travailleurs de 20 à 24 ans, cette proportion atteint les 60 pour cent.

L’augmentation de la pauvreté et de la misère sociale n’est pas simplement due à la crise économique, mais est plutôt le résultat d’une politique délibérée des gouvernements européens et de l’Union européenne. Malgré ces statistiques alarmantes, les autorités continuent de réduire brutalement les dépenses sociales, d’augmenter l’âge de départ à la retraite, de supprimer les emplois dans le secteur public et d’accroître le secteur à bas salaire, soit toutes les mesures qui augmentent et aggravent la pauvreté. Avec la décision lors du dernier sommet européen d’inclure dans la constitution de tous les pays membres de l’UE un « frein à l’endettement », les gouvernements se sont privés de quasiment toute possibilité d’atténuer la crise sociale par des mesures fiscales.

Après la Deuxième Guerre mondiale, quand le chômage et la pauvreté sévissaient en Europe, même les gouvernements de droite s’étaient sentis obligés de promettre un avenir meilleur et plus prospère. Aujourd’hui, aucun gouvernement européen n’a rien d’autre à offrir à la population laborieuse que des sacrifices et des privations.

Tous les discours du nouvel an ont repris ce thème. Le premier ministre grec Lucas Papademos a averti ses concitoyens qui ont déjà subi des coupes sociales brutales, « Nous devons poursuivre nos efforts avec détermination pour que les sacrifices que nous avons faits jusqu’à présent n’aient pas été faits en vain. »

Le président français Nicolas Sarkozy a proclamé: « Cette crise inouïe, sans doute la plus grave depuis la Deuxième Guerre mondiale, cette crise n’est pas terminée… Vous finissez l’année plus inquiets pour vous et pour vos enfants. »

La chancelière allemande Angela Merkel a menacé: « L’année à venir sera sans aucun doute plus difficile que 2011. » Et le président italien Giorgio Napolitano, ex-stalinien qui a passé des décennies dans le Parti communiste, a appelé la population italienne à faire des sacrifices pour équilibrer le budget national: « Personne, ni aucun groupe social ne peut aujourd’hui éviter l’engagement social de contribuer au nettoyage des finances publiques afin d’empêcher l’effondrement financier de l’Italie, » a-t-il dit.

Déclarer que les mesures d’austérité servent à consolider le trésor national est un mensonge flagrant. Les finances publiques sont en faillite car elles ont été pillées par cette même élite financière qui profite à présent de ces mesures d’austérité. Les impôts sur les bénéfices, la propriété et les hauts revenus ont été diminués à maintes reprises. De nombreux pays d’Europe de l’Est où la pauvreté est particulièrement élevée, ont introduit un impôt direct à taux unique de moins de 20 pour cent. Il y a trois ans de cela, des milliers de milliards de fonds publics ont été transférés dans les chambres fortes des banques pour couvrir leurs pertes dues à la spéculation.

Le rapport de l’UE qui documente l’augmentation de la pauvreté contient aussi des chiffres sur le fossé grandissant entre les riches et les pauvres. En Allemagne, le un pour cent le plus riche de la population possède 23 pour cent de toute la richesse et les dix pour cent les plus riches contrôlent 60 pour cent. La moitié de la population ne possède que 2 pour cent de toute la richesse. Le rapport dit: « La structure où les pauvres ne possèdent que 5 pour cent de la richesse, les classes moyennes 30 à 35 pour cent et les riches plus de 60 pour cent représente le modèle typique que l’on trouve dans la plupart des pays européens. »

L’élite financière qui monopolise une énorme proportion des avoirs sociaux a perdu toute inhibition sociale. Durant la période d’après-guerre, avec les crimes de guerre toujours frais dans les mémoires et les sentiments socialistes répandus, ils avaient été forcés de faire des concessions sociales pour préserver leur régime. L’existence de l’Union soviétique exerçait aussi un effet modérateur. Malgré la dégénérescence stalinienne, les relations de propriété nationalisées établies par la Révolution russe représentaient une alternative possible au soi-disant marché libre.

Au cours des vingt dernières années l’élite financière a perdu toute retenue et déclaré la guerre à la classe ouvrière. Si des élections démocratiques lui barrent la route, elle les balaie d’un revers de main, comme en Grèce et en Italie où des gouvernements technocratiques ont été mis en place et qui ne rendent des comptes qu’aux banques. Et cette oligarchie financière ne recule pas non plus devant la répression violente de la résistance sociale comme on a pu le voir avec l’expulsion par la force des manifestants du mouvement Occupy dans tous les Etats-Unis et internationalement. Telle l’aristocratie française de la fin du 18e siècle à la veille de la révolution, l’aristocratie financière d’aujourd’hui n’est pas prête à céder la moindre petite part de ses privilèges ou de sa richesse.

Cette élite financière est soutenue par les représentants des classes moyennes riches dans les médias, par les partis politiques de l’establishment, les syndicats et le milieu de l’ex-gauche, qui insistent tous pour dire qu’il n’existe pas d’alternative à l’austérité et utilisent tous les moyens pour saboter l’opposition sociale.

Un représentant typique de cette espèce est l’ancien dirigeant allemand du parti des Verts, Joshka Fischer. Dans l’édition du nouvel an du Süddeutsche Zeitung, cet ancien squatteur radical devenu plus tard ministre allemand des Affaires étrangères a accueilli avec enthousiasme les dernières mesures d’austérité de l’UE et conclut par un concert de louanges aux marchés financiers. « Et à qui sommes-nous redevables pour tout ce progrès européen? » écrit-il. « A la sagesse de nos dirigeants? Hélas non. Ce n’est presque exclusivement que le résultat de la pression exercée par les marchés tant décriés! »

Le retour de la pauvreté de masse en Europe plante le décor du retour de la révolution. La classe ouvrière et les jeunes doivent se préparer à l’inévitable confrontation avec l’élite financière en rompant avec ses représentants politiques de la sociale-démocratie, des syndicats, du Parti de Gauche et autres organisations de pseudo-gauche, et en entreprenant la lutte pour un programme socialiste en construisant de par l’Europe des partis de l’Egalité socialiste et le Comité international de la Quatrième Internationale.

Sott.fr

 

HorizonForet-3"Vers un nouveau paradigme"

2012 et aprés

Rédigé par Dav

Publié dans #Nouvel ordre mondial

Commenter cet article

lasorciererouge 24/03/2012


http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-sarkozy-aidez-moi-a-construire-cette-france-qui-entrainera-le-monde-sur-la-voie-d-un-nouvel-ordre-m-102172175.html


...avec ce genre de bouffon c'est sur la misère nous guette !

lasorciererouge 12/04/2012


Une initiative veut verser 2500 francs mensuel à chaque citoyen


 


Chacun devrait recevoir en Suisse quelque 2500 francs par mois, qu'il travaille ou non. L'idée d'un revenu de base inconditionnel est défendue via une initiative populaire. Les
partisans de ce nouveau concept social ont présenté jeudi leurs arguments.


Chaque personne, active ou non, vivant légalement en Suisse devrait toucher une certaine somme, qu'elle soit riche ou pauvre, en
santé ou malade, qu'elle vive seule ou en communauté. Il s'agit de donner la possibilité à tout le monde de s'engager comme il l'entend, dans le social ou dans la culture par exemple, a expliqué
devant la presse l'une des initiantes, Ursula Piffaretti.


Pour le comité d'initiative, qui compte notamment l'ancien vice-chancelier de la Confédération Oswald Sigg, il faut casser le dogme
qui fait rimer actuellement revenu et travail. De nombreuses tâches, comme les travaux ménagers, ne sont d'ailleurs actuellement pas rémunérées.


Détails à régler


Cette nouvelle forme de solidarité doit permettre de réduire l'angoisse de la population de joindre les deux bouts ainsi que la
pression malsaine du rendement et de la productivité. Sans pour autant décourager les gens à mener une activité rémunérée ou couper dans les prestations sociales.


Aucun montant exact n'est fixé dans l'initiative ni aucun mode de financement. Il est seulement précisé que la somme doit permettre
de mener une existence digne et de participer à la vie publique. La formulation est restée générale à dessein, selon M. Sigg, car il s'agit d'abord de se poser la question d'un changement de
système.


625 francs par enfant


Les initiants, qui affichent leur indépendance aussi bien face aux partis qu'à l'économie, n'en ont pas moins élaboré des modèles
plus ou moins concrets. Un revenu de 2500 francs par mois est ainsi mentionné pour les adultes et de 625 francs pour les moins de 18 ans.


La personne qui dispose actuellement d'un revenu moindre y gagnera. Pour les autres rien ne changera, sinon sur la forme. Au lieu
d'un salaire de 6000 francs, on recevrait ainsi un revenu de base de 2500 francs plus un salaire de 3500 francs.


source: romandie


.....ou c'est une très mauvaise blague ou alors ils sont d'une autre planète ! 


C'est pas notre cher président qui proposera çà !!

lasorciererouge 15/04/2012


http://realinfos.wordpress.com/2012/04/15/sarkozyhollande2-facesune-meme-piece/


 


...vous avez le choix entre bonnet blanc ou blanc bonnet !! 


On est pas sorti de l'auberge ...espagnole !! 

lasorciererouge 29/06/2012


http://www.youtube.com/watch?v=gf6-JW-x6-g


 


....ATROCE et bientôt en françe !! 

lasorciererouge 09/07/2012


SARKOZY A QUITTÉ LA FRANCE LA VEILLE DES PERQUISITIONS POUR SE
RÉFUGIER AU CANADA


 


L’information a été
confirmée mardi à Paris après que trois perquisitions visant l’ex-président aient été menées par des policiers de la Brigade financière dans le cadre de l’affaire Bettencourt.


Nicolas Sarkozy n’a pas assisté aux perquisitions puisqu’il était
parti la veille «en famille au Canada», a indiqué son avocat, Thierry Herzog, dans un communiqué.


Il semble que Sarkozy a de nouveau été aidé par ses amis
richissimes pour l’aider au cours d’une situation de crise personnelle. Selon le Daily Mail, ils auraient trouvé refuge à Montréal, auprès d’un milliardaire canadien Paul Desmarais, âgé de 86
ans. «Son richissime ami Paul Desmarais lui prête un chalet niché à une heure de Montréal, au coeur de la forêt de Morin Heights, dans les joliment nommés Pays-d’en-Haut», annonçait récemment
l’hebdomadaire Le Point.


Desmarais, est le chef de la direction des médias et des services
financiers de l’entreprise géante “Power Corporation” au Canada, et pèserait plus de 25 milliards d’€.


Sarkozy a souvent parlé de Desmarais comme son mentor, en disant
en 2008: «. Si je suis président aujourd’hui, c’est en partie grâce à Paul Desmarais» En Février 2008, Nicolas Sarkozy a remercié Paul Desmarais en lui décernant la Légion d’honneur.


Une des filles de Desmarais, Sophie, a été mariée à Eric Le Moyne
de Serigny, un ancien conseiller proche de Sarkozy, qui a également été impliqué dans l’affaire Bettencourt. Au cours de sa présidence, Nicolas Sarkozy a souvent été accusé d’avoir été uniquement
intéressé par les super-riches.


Le juge Jean-Michel Gentil estime que Mme Bettencourt a peut-être
contribué illégalement à deux paiements distincts de 500000€ lors de la campagne de M. Sarkozy pour l’élection de 2007. Tous deux ont été attribués à des comptes en Suisse, et un aurait été reçu
par Sarkozy en personne à Paris.


Sarkozy est également confronté à des allégations selon
lesquelles il a profité de ventes illégales d’armes au Pakistan, et qu’il a accepté 50 millions d’euros de l’ancien dictateur libyen Mouammar
Kadhafi. Sarkozy nie toutes les accusation.


M. Herzog, l’avocat de Nicolas Sarkozy a affirmé qu’il était
simplement «en vacances» au Canada, et qu’il reviendra en France dans deux semaines.


Source: Le journal du siècle


 


....la crise ?, quelle crise ????

lasorciererouge 11/07/2012


La Finlande vient de bloquer la
promesse de l’Eurogroupe de verser 30 milliards d’euros à l’espagne



FLASH EN PROVENANCE DE L’AGENCE RUSSE NOVOSTI !


LA FINLANDE VIENT DE BLOQUER LA PROMESSE DE L’EUROGROUPE D’HIER
DE VERSER 30 MILLIARDS D’EUROS À L’ESPAGNE AVANT LA FIN DU MOIS.


 


Luis de Guindos, ministre espagnol des finances, confronté à la
catastrophe de l'euro


Encore une fois, c’est sur l’agence de presse russe RIA NOVOSTI
(dépêche 21 H 06) qu’il faut aller chercher la bonne information ce soir.


Toutes les agences de presse et tous les médias euro-atlantistes
organisant le black-out sur cette information de taille :


Le ministre espagnol de l’Économie Luis de Guindos a déclaré ce
soir 10 juillet, lors d’une conférence de presse à Bruxelles, que la Finlande bloquait l’accord d’aide financière allant jusqu’à 100 milliards d’euros aux banques ibériques.


« L’accord est pratiquement prêt, mais la Finlande le bloque,
en réclamant à l’Espagne des garanties en échange de l’octroi d’un prêt. »


Auparavant, le président de l’Eurogroupe Jean-Claude Juncker
avait pourtant annoncé que l’Espagne recevrait fin juillet un premier versement de 30 milliards d’euros pour recapitaliser ses banques.


Quoi qu’il en soit, le Fonds européen de stabilité financière
(FESF) ne peut débloquer l’argent pour l’Espagne que si cette décision est adoptée à l’unanimité.


La Finlande a donc décidé encore une fois de mettre son veto, en
rappelant qu’elle refusait de payer les dettes des autres pays de la zone euro.


COMMENTAIRES


Je rappelle :


- que la Finlande est soutenue officieusement par les Pays
Bas,


- et que l’Allemagne se réjouit secrètement de cette opposition
finno-néerlandaise qui bloque le système sans que Berlin apparaisse comme voulant s’y opposer.


Par ailleurs, je constate encore une fois aussi que les Français
se retrouvent désormais dans une situation comparable à celle des habitants des pays de l’est avant la Chute du Mur.


Avant 1989, pour savoir ce qui se passait dans le monde, les
Russes, les Polonais, les Tchèques, etc. en étaient réduits à capter les chaînes de télévision ou de radio occidentales. Désormais, ce sont les Français qui doivent aller capter l’information sur
les agences de presse russe, chinoise, etc.


François ASSELINEAU


source : http://fr.rian.ru/business/20120710/195312469.html


 


Attendez-vous à un false-flag en Finlande dans les semaines qui
viennent, du genre attentat... On vous aura prévenu...

lasorciererouge 22/09/2012


Chine / Scandale : des mendiants enfermés dans des cages en plein air!





 


Des mendiants de la ville de Nanchang, dans la province du Jiangxi, on été mis en cage le long des rues afin de ne pas perturber les visiteurs venus assister à
un festival religieux.


Les organisateurs de la “foire du temple” ont demandé aux mendiants de rester dans ces cages durant le festival.


« Les mendiants ne peuvent quitter quand ils le veulent, mais ils doivent quitter la ville aussi.», explique un organisateur.


« Au cours des dernières années, nous avons constaté un nombre croissant de mendiants venir au festival. Nos visiteurs se sentaient harcelés et n’étaient pas à l’aise. Nos clients viennent ici
pour s’amuser et c’est notre priorité absolue. Nous n’avions pas eu d’autre choix que de les éloigner et avons eu l’idée des cages ; une bonne solution pour tout le monde. Les gens peuvent
toujours leur faire des dons s’ils le désirent, mais ils ne sont plus trop harcelés. Les mendiants sont très à l’aise dans leurs cages, les gens leur offrent de la nourriture et de l’eau comme
cadeaux. D’une certaine façon, c’est mieux pour eux que d’avoir à trouver une place dans les rues animées. », ajoute t-il.


Ce « zoo humain » a rendu furieux les défenseurs des droits de l’homme en Chine :


«Ils les traitent comme des animaux de zoo. Que vont-ils devoir faire ensuite ? Des acrobaties pour obtenir leur nourriture ? Ce n’est rien de moins que l’humiliation publique », s’exclame l’un
d’entre eux.


«Ces personnes ont besoin d’aide. Nous ne devrions pas permettre qu’ils soient enfermés dans des cages. Ces gens sont des êtres humains ! », dit un autre.


Les visiteurs ne sont également pas restés insensibles à ce traitement infligé aux mendiants.


« J’ai été horrifié de voir ces pauvres gens dans des cages. Nous sommes venus pour une belle journée en famille, mais il était pénible de voir nos compatriotes comme des animaux en cage »,
témoigne un visiteur.


Chaque année ce festival attire de nombreux touristes venus offrir leurs sacrifices aux dieux bouddhistes, déambuler sur le marché traditionnel et participer aux différents spectacles
folkloriques.


Chine informations

lasorciererouge 08/11/2012



En 10 ans, 500 000 personnes ont sombré dans l'extrême pauvreté, s'alarme le Secours catholique




Le Secours catholique présente jeudi son rapport
annuel sur la pauvreté, qui ne cesse de progresser en France. Depuis le début des années 2000, 500.000 personnes supplémentaires sont tombées dans l'extrême pauvreté. Elles sont aujourd'hui
deux millions à faire partie des pauvres parmi les pauvres, c'est à dire gagnant moins de 40% du niveau de vie médian (642 euros par mois par personnes, 1156 pour un couple avec enfant). Les
pauvres "en général" (moins de 60% du niveau de vie médian) atteint lui les 8,6 millions de personnes, soit plus d'un million de plus qu'en 2001.

Surtout des femmes, isolées et âgées

Autre enseignement : le profil de ces précaires a beaucoup évolué. Comment décrire ces pauvres du XXIe siècle ? Selon le Secours catholique, il s'agit d'abord de femmes, âgées de 55 à 65 ans et
qui vivent seules. Monique, 58 ans, 25 ans d'expérience de secrétaire mais qui doit aujourd'hui se contenter de travailler dans des cantines scolaires pour gagner un peu d'argent, fait partie
de ces femmes isolées. Elle raconte au micro d'Europe 1 : « Quand j'ai honoré toutes mes factures, il me reste 70 euros pour le mois. Je n'achète pas de viande, pas de poisson... Tout ce
qui est loisirs, c'est pareil, je suis obligée de le mettre de côté. »

Seconde évolution frappante : il s'agit de plus en plus de chômeurs. Leur nombre est passé de 58 % en 2001 à 66 % en 2011. Enfin, parmi les démunis, on retrouve 30 % d'étrangers, contre 23 %
dix ans plus tôt. Et la part des Maghrébins, renseigne l'association, est passée de 54 % à 27 %, les personnes venant d'Afrique subsaharienne et d'Europe de l'est ayant fortement grossi les
rangs.

Gaz : +60 % en 10 ans !

Mais le vrai drame de la pauvreté, à en croire ce rapport, c'est aussi qu'on y reste. Crise oblige, ceux qui se retrouvent dans la précarité ont le plus grand mal à en sortir par la suite. «
Je cherche beaucoup de travail, il ne faut pas faire la difficile, surtout vu la situation économique et ma propre situation », soutient Monique. Pour l'instant, pas de réponse, mais
celle qui se présente comme une « fonçeuse » ne veut pas perdre espoir.

La cause de cette progression de la pauvreté, c'est la hausse généralisée des prix, électricité, gaz et loyer en tête. D'après Eurostat, le prix du gaz a progressé de près de 60 % en deux ans !
De même, les loyers en HLM ont augmenté de 44 %, augmentation qui n'a bien évidemment pas été compensée par des hausses de salaire. La conséquence, c'est que beaucoup de personnes doivent
désormais se serrer la ceinture pour payer les seules factures.


 


Source: Europe1

lasorciererouge 07/01/2013


http://www.wikistrike.com/article-une-dame-de-94-ans-expulsee-de-sa-maison-de-retraite-114141775.html


 


...elle est belle la Françe !!!

lasorciererouge 23/01/2013


Un ministre japonais prie ses concitoyens de mourir, et vite



     


23/01/2013




© afp.


Le ministre japonais des Finances Taro Aso a accablé ses compatriotes âgés d’un lourd sentiment de culpabilité dans le cadre des réformes d’austérité qu’il
impose au pays. Vu le vieillissement de la population, la sécurité sociale japonaise est aux abois. Le Japon compte en effet un tiers d’habitants (et d’électeurs…) de plus de 60 ans. Une
facture lourde à digérer pour l’état nippon.
Le grand échiquier japonais, qui est également vice-Premier ministre, estime que les personnes âgées devraient avoir l’occasion de ne pas prolonger inutilement la fin de leur existence.
Mourir à temps – et si possible plus tôt que tard – est à ses yeux une bonne économie. « Que Dieu vous préserve de continuer à vivre alors que vous voulez mourir », a déclaré Taro Aso. « Je ne
pourrais pas me réveiller le matin en sachant que c’est l’Etat qui paie tout ça pour moi ».Le ministre, qui est bien connu pour ne pas mâcher ses mots, a par ailleurs 72 ans. Il affirme avoir
ordonné à ses proches de l’euthanasier quand son heure serait venue..Dans son discours, le ministre a ciblé les « gens pendus au bout d’un Baxter » et leur entourage qu’il a culpabilisés avec des
mots très durs: « La problématique des dépenses faramineuses en gériatrie ne sera résolue que si vous les incitez à se dépêcher de mourir ».Héritier d’une famille de riches industriels, le
ministre de l’économie avait déjà affirmé en 2001 vouloir faire du Japon « une terre où tous les Juifs les plus riches voudraient s’installer »..Son franc-parler ou sa grossièreté – c’est selon –
a déjà fait la une des journaux, notamment lorsqu’il déclarait (au sujet des prix du riz) que « même une personne atteinte d’Alzheimer sait dire si 16.000 ou 78.000 yens est plus cher
»..(Source : 7s7)