Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Europe : pire que dans les années 30

Publié par David Jarry - Webmaster sur 26 Février 2014, 18:11pm

Catégories : #Société

 

Michel Santi
© Inconnu
Michel Santi

Le niveau d'endettement atteint des records. La crise actuelle appelle en Europe des mesures radicales, bien au delà d'une politique d'austérité purement stérile.


Rendons-nous à l'évidence. A un stade où les économies de nos nations occidentales subissent un endettement record, à des niveaux plus vus depuis deux siècles (selon une étude récente du F.M.I.), nos responsables politiques doivent enfin comprendre qu'il sera impossible de redresser la situation par la grâce de la seule austérité qu'ils imposent à la classe moyenne et aux pauvres. Autrement dit, dans un contexte - comme le nôtre aujourd'hui - où la masse des dettes et des déficits est extrême selon tous les standards historiques, l'assainissement nécessitera des mesures et des décisions radicales. En effet, estimons-nous chanceux si c'est la seule inflation qui sera convoquée pour amoindrir le fardeau de ces dettes.

Une situation européenne encore plus dramatique qu'en 1930

Plus vraisemblablement, nous devrons faire face à une vague de faillites souveraines et à l'instauration d'une taxe sur l'épargne, d'ores et déjà évoquée par le F.M.I. l'an dernier et par la Bundesbank (la banque centrale allemande) il y a quelques jours... Voilà pourquoi si, du fait de la Grande Dépression, de l'effondrement subséquent de l'économie mondiale et du déclenchement de la Seconde guerre mondiale, les années 1930 font toujours froid dans le dos près d'un siècle plus tard, sur le plan strictement économique et financier, la situation européenne actuelle est, à bien des égards, encore plus dramatique !

Après tout, la quasi-totalité des nations occidentales purent faire défaut plus ou moins en douceur au courant des années 30. C'est ainsi que la France, que la Grande Bretagne et que l'Italie devaient ne pas honorer près du quart de leurs engagements envers les Etats-Unis. Les USA eux-mêmes imposèrent à leurs créditeurs de prendre 16 % de pertes quand ils décidèrent unilatéralement de quitter l'étalon or en 1933.

Des mesures d'une toute autre envergure

L'ampleur des dégâts, aujourd'hui, imposera des mesures d'une tout autre envergure qui se déclineront en contrôle des capitaux et en une confiscation partielle de l'épargne, passages obligés qui autoriseront l'amélioration des ratios des dettes publiques par rapport au P.I.B.. Une répression financière relativement brutale - touchant les détenteurs ultimes des richesses - est en effet aujourd'hui la seule alternative à une austérité qui paralyse littéralement l'activité économique. A cet égard, seules les interventions de la Banque centrale européenne seraient - à ce stade - encore susceptibles d'amoindrir le traumatisme que constituerait une telle confiscation des richesses.

Monétiser les dettes souveraines

Seule la monétisation des dettes souveraines européennes - c'est-à-dire le rachat de ces dettes par la BCE, et donc la mutualisation des dettes publiques européennes - permettrait effectivement d'éviter le choc des défauts de paiement de certains Etats de l'Union. En l'occurrence, il n'est pas déplacé d'employer ici les termes de « traumatisme » et de « choc » dès lors que le défaut de la Grèce, de l'Irlande, de l'Italie et de l'Espagne sur le quart seulement de leurs engagements coûterait à leurs créanciers la bagatelle de 1 200 milliards d'euros ! Voilà pourquoi une répression financière traditionnelle « douce » combinant une intensification de la régulation financière, une certaine dose de contrôle des flux de capitaux et un relèvement des objectifs inflationnistes serait nettement moins douloureuse qu'une taxe de 10% sur les dépôts bancaires préconisée l'an dernier par le F.M.I.

La voie stérile de l'austérité

En somme, dans une conjoncture où il est désormais impossible de poursuivre sur la voie stérile de l'austérité, la BCE et les autorités politiques européennes doivent aujourd'hui mettre en place une batterie de mesures qui contribueront à éliminer progressivement une partie du fardeau de nos dettes publiques, sans passer par la case confiscation des richesses. Pour ce faire, nous avons toutefois besoin d'hommes et de femmes dont le courage politique est à la mesure des défis à relever. Car l'acuité de la crise actuelle, l'ampleur des déficits, et le choix même des armes pour les combattre font que notre période actuelle soit encore plus complexe à gérer que dans les années 1930.

A propos de l'auteur

* Michel Santi, économiste franco-suisse, conseille des banques centrales de pays émergents. Il est membre du World Economic Forum, de l'IFRI et est membre de l'O.N.G. Finance Watch. Vient de paraître : une édition étoffée et mise à jour des Splendeurs et misères du libéralisme avec une préface de Patrick Artus et, en anglais, Capitalism without conscience. Vient de paraître : L'Europe, chronique d'un fiasco politique et économique.
Michel Santi
La Tribune
NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Commenter cet article

Danielle 27/02/2014 00:31


+ 1 pour Philippe et Lambda...


Ce ---fait--- devrait être en première page de tous nos mass-media !


Il nous faudrait un bon "pirate" pour mettre ça sur : lesechos.fr, le figaro.fr, lemonde.fr, etc, etc, etc...

gwendal 26/02/2014 23:54


Je suis d'accord avec Philippe et lambda ...et j'ajoute que les 300 milliards on ne les doit pas non plus ...car
cette loi scélérate n'aurait jamais du voir le jour


Conclusion: on ne doit rien aux banques ...alors cessons de nous prendre la tête avec ces idioties, et virons
ces charrognes de tous les pouvoirs ...ainsi que leur larbins politiques et médiatiques!


Ceux qui ont encore un peu foi dans les élections peuvent tenter leur chance ainsi ...et si ça foire (plus que probable...), il restera les manifs quotidiennes, l'arrêt total de la consommation
(hors nourriture), l'arrêt total du travail, l'arrêt total des versements aux impôts, etc ...bref: la résistance citoyenne

lambda 26/02/2014 21:53


rendons grâce à Philippe de mentionner ce qui devrait être répété et répété encore puisque l'origine de la dette est l'énorme somme d'intérêts dûs depuis la loi Pompidou Giscard suite à l'abandon
par Nixon en juillet 1972 de l'étalon or rendant ainsi les nations tributaires des marchés pour leurs emprunts, puisque n'ayant plus le droit de se financer à leur Banque Centrale


Pire qu'un coup d'état et la plupart des gens ne l'ont pas compris et pensent réellement qu'ils sont coupabe de l'endettement


 

Philippe 26/02/2014 21:24


UN petit détail non mentionné par cet article ... sur 1800 milliards de dettes il y a 1500 milliards D'INTERETS ... dûs à la loi de 1973. Loi dite Pompidou (ex Rotschild) ... qui a filé le marché
de la dette de la France aux banques privées qui prêtent avec un taux d'intérêt, alors qu'avant c'était la banque de France à 0 %  ... ce qui veut dire que si on fait péter cette loi, et
donc cette rente pour les banquiers ... nous sommes endéttés de 300 milliards ... notre dette n'éxiste pas ! Les banquiers créent de l'argent qui n'éxistent pas en appuyant sur des touches
d'ordinateur et vivent des intérêts de la dette ... point barre. C'est la plus grande arnaque de tous les temps.

Nous sommes sociaux !

Articles récents