Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Evolution ou adaptation, des poisssons ont modifié leur comportement en chassant des pigeons

Publié par Dav sur 8 Décembre 2012, 18:32pm

Catégories : #Sciences

Dans le Tarn, d’étonnants poissons se mettent à chasser… le pigeon

 

 

 

Ils s'appellent martins-pêcheurs, cormorans, fous de Bassan, manchots, pélicans, macareux, etc. Tous ces oiseaux ont en commun de franchir l'interface air-eau pour attraper leurs proies, des poissons. Mais l'on n'a pas vraiment l'habitude de voir des poissons leur rendre la pareille, surtout en eau douce (en mer, certaines espèces de requins mettent des volatiles à leur menu). C'est pourtant ce qui se passe dans le Tarn – la rivière – depuis peu, où des poissons, des silures, se sont mis à chasser le pigeon, ainsi que le relate une étude française publiée ce mercredi 5 décembre par PLoS ONE. Comme me l'a expliqué un des auteurs de cet article, Frédéric Santoul, du Laboratoire Ecologie fonctionnelle et Développement, "des pêcheurs nous ont signalé ce comportement et nous avons voulu vérifier s'il était anecdotique ou pas". Précisons que ce chercheur travaille sur  l'influence que peuvent avoir des espèces récemment introduites sur leur nouveau milieu et que le silure glane, dont il est question dans l'étude et qui est le plus gros poisson d'eau douce d'Europe, n'est arrivé dans le Tarn qu'en 1983.

 

 Du juin à octobre 2011, l'équipe scientifique a dressé un poste de surveillance depuis un pont sur le Tarn, à Albi. Le site était intéressant car il surplombait une petite île caillouteuse au bord de laquelle les pigeons se regroupaient pour boire et faire un brin de toilette. Au cours des 24 séances d'observation de trois heures chacune, les chercheurs ont comptabilisé 54 attaques dont 15 ont été couronnées de succès. Curieusement, les silures ne s'en prenaient pas aux pigeons immobiles, sans doute parce qu'ils ne se servaient pas d'indices visuels pour les repérer mais plutôt des vibrations de l'eau que les oiseaux produisaient en y bougeant. Pour se saisir de leur proie, les poissons jaillissaient brièvement hors de l'eau dans des attaques-éclairs. Certains n'hésitaient pas à sortir plus de la moitié de leur corps de la rivière et à s'échouer sur les cailloux de la rive, imitant sans le savoir ces orques qui se jettent sur les plages pour attraper des phoques. Il leur fallait ensuite se tortiller pour retourner dans l'eau, avec ou sans prise. Vous pouvez voir, sur la vidéo ci-dessous, quelques-unes de ces attaques, réussies ou ratées.

 


 

En prélevant des tissus sur les silures ainsi que sur leurs proies potentielles (autres poissons et pigeons) et en effectuant des analyses isotopiques, les chercheurs ont estimé que si certains silures s'abstenaient de manger de l'oiseau, d'autres s'étaient spécialisés dans ce nouveau type de chasse puisque, pour eux, le pigeon représentait près de 80 % de leur régime alimentaire ! Comme l'explique Frédéric Santoul, les chercheurs ont été doublement étonnés :  d'une part, "ces silures ne s'intéressaient plus à leurs proies habituelles, chevesnes et barbeaux, qui pouvaient passer assez près d'eux sans que cela déclenche la moindre attaque", et, d'autre part, "ce comportement implique un bouleversement du rythme d'activité des silures, qui sont des animaux lucifuges". D'ordinaire, ces gros poissons passent plutôt la journée au calme, au fond de la rivière, et se mettent à chasser à la tombée du soleil. En choisissant le pigeon comme proie, ils ont dû calquer leur rythme de vie sur celui, diurne, de l'oiseau.

Pour le moment, les auteurs de l'étude ignorent la raison de ce nouveau comportement de prédation. Selon Frédéric Santoul, "on n'a pas constaté de tendance à la baisse de la communauté piscicole dans le secteur". L'étude suggère que les espèces récemment introduites sont davantage susceptibles d'adapter leur comportement à leur nouvel environnement, ce qui peut augmenter les chances d'une implantation réussie. Reste à savoir quelle sera la réponse des pigeons. Pour l'heure, explique Frédéric Santoul, "ils n'ont pas encore intégré que l'attaque pouvait venir de l'eau. Pour eux, la prédation tombe du ciel, notamment avec les faucons pèlerins. Sans doute, avec les reflets du soleil dans l'eau, les silures ne sont-ils pas faciles à voir mais, tout de même, il y a tellement peu de fond là où les pigeons se trouvent que, quand ces gros poissons approchent, leur dos finit par sortir de l'eau. Mais les pigeons ne réagissent pas. Peut-être faudra-t-il attendre plusieurs générations pour voir une adaptation de leur part à ces nouveaux prédateurs."


 Pierre Barthélémy (@PasseurSciences sur Twitter)

NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

MeCha 09/12/2012 01:39


Je vous arrte, l'article est exageré, je vis dans le tarn depuis 20 ans au bord de l'Agout et les silures on toujours fait ça!

Isa 08/12/2012 22:16


Je pense que c'est de l'opportunisme, ou un signe d'une "évolution". Quand on fait référence à la vie primaire sur la Terre qui peu à peu s'est adaptée à la Terre, il y a bien eu cette transition
où des êtres aquatiques (peut-être les ancêtres des humains) ont commencé à gagner la Terre ferme en se nourrissant de ce qu'ils trouvaient à la surface. Des adaptations ont été nécessaires pour
que cette vie devienne terrestre. Ces poissons resteront peut-être à ce stade, ou évolueront-ils vers un mode de vie intermédiaire. Mais leur survie actuelle est peut-être devenue trop difficile
(à cause de nos activités humaines), ce qui justifierait ce nouveau comportement de survie. L'adaptation est toujours opportuniste.

Nous sommes sociaux !

Articles récents