Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Exclusivité: Les Anonymous lancent une nouvelle plateforme d’information

Publié par Dav sur 22 Octobre 2012, 18:35pm

Catégories : #Société

   

Anonymous хакер хакеры взлом

 
Photo : EPA

Les Anonymous prévoient de mettre en ligne, le 21 décembre 2012, la plateforme TYLER, gratuite et sans danger pour les utilisateurs, destinée à la révélation d'informations importantes cachées par les gouvernements des différents pays.TYLER concurrencera WikiLeaks.

Dans un entretien accordé à La Voix de la Russie, un représentant du groupe Anonymous évoque le conflit, au centre duquel se trouvent les technologies de collecte de fonds forcée ainsi que l’absence de transparence dans l'information financière de WikiLeaks.

 


La Voix de la Russie : Comment ce se fait-il que les chemins d’Anonymous et de Wikileaks ont divergé?

Anonymous : Au centre du conflit entre les deux organisations : les technologies de collecte de fonds forcée et le manque de transparence dans l'information financière de WikiLeaks.

 


LVdlR : Selon certaines affirmations, Anonymous prévoit de publier des informations secrètes sur Wikileaks. Pourriez-vous nous en dire plus à ce sujet?

 

A. : Notre organisation publiera une liste détaillée des faits qui pour nous sont des violations des règles éthiques de la part de WikiLeaks. Il sagit d'informations de WikiLeaks à usage interne que nous avons réussi à nous procurer. Une organisation, qui exige la transparence pour le monde entier, doit avant tout être transparente dans ses activités financières.

 


LVdlR : Si le site WikiLeaks s'effondre, quelle influence cela aura sur Julian Assange et sa situation actuelle?

 

A. : Il faut d'abord donner une définition précise de WikiLeaks. Les médias ont développé le mythe selon lequiel WikiLeaks est une énorme équipe de militants qui prennent des décisions dans les intérêts de l'organisation. Ce n'est pas du tout le cas. WikiLeaks est un média que Julian Assange a créé, dont il était le propriétaire et qu’il gérait personnellement. WikiLeaks et Assange, c’est une seule et même personne. Julian a déjà menacé de fermer le projet, car la collecte de fonds ne répondait pas à ses attentes. C'est alors que notre organisation a commencé à élaborer ses propres plates-formes pour la publication de certains documents confidentiels qui pourraient être révélateurs. Julian a besoin de WikiLeaks, et il est le seul à pouvoir fermer le projet. Tant qu'il se trouve dans une situation financière difficile, il ne le fera pas, malgré ses affirmations. Mais que va devenir WikiLeaks si Julian n'est plus là ? Je pense que ce sera la fin de WikiLeaks.

 

 

 

LVdlR : En quoi TYLER est mieux que WikiLeaks?

 

A. : TYLER est l'un des nombreux sites créés par Anonymous. Le projet Par-Anoia est déjà en ligne. L'année dernière, nous avons lancé LocalLeaks et HackerLeaks avec l’aide du People’s Liberation Front (Front populaire de libération). Chacune de ces plates-formes a ses points forts et son importance pour le groupe Anonymous, avec pour mission de trouver un moyen peu coûteux et décentralisé de dévoiler l’information. TYLER est unique par le fait qu’elle ne possède pas de serveur fixe. Elle utilise le principe du réseau décentralisé, fondé sur l'égalité des participants. Théoriquement, en cela elle ressemble à BitCoin et d'autres plates-formes P2P analogues, car il est impossible d'attaquer ou de fermer la plateforme. Evidemment, elle sera décentralisée scrupuleusement.

 


LVdlR : Pourquoi vous avez choisi la date du 21 décembre 2012 pour son lancement?

 
A. : Cette date a été choisie parce qu’elle coïncide avec la prophétie du peuple Maya sur la fin du monde. Nous l’avons fait dans un but publicitaire, et non parce que nous croyons dans ce mythe.

 


LVdlR : Qu'en est-il des participants d’Anonymous inculpés aux Etats-Unis? Où se trouvent-ils et comment se déroulent leurs procès ?

 

A. : Tous les membres du groupe Anonymous 16 aux Etats-Unis ont été accusés d'implication dans des attaques DDoS contre des sites politiques. L'un d’eux a été accusé d'avoir organisé et mené des attaques DDoS contre les sites du musicien de rock Gene Simmons du groupe KISS pour son soutien aux lois anti-piratage sur Internet. Je ne sais pas où cette affaire est jugée, mais Simmons s’est publiquement vanté du fait que le responsable a été arrêté.

Le militant Christopher Marc Doyon a été accusé d'avoir organisé et participé à des attaques DDoS à Santa Cruz (Etat de Californie) en riposte à la répression exercée contre les manifestants locaux. Son procès a été suspendu, car il a réussi à s’enfuir au Canada, où il a demandé l’asile politique. 14 autres militants d’Anonymous sont parfois surnommés le groupe PayPal 14. Ils sont tous accusés d’implication dans l’organisation d’une attaque DDoS contre le site de PayPal en soutien à WikiLeaks. Leur procès a été prolongé par les procureurs des Etats-Unis.

Jeremy Hammond, qui aurait fait partie de l'équipe de hackers LulzSec/AntiSec et était membre d’Anonymous, est inculpé d’attaque contre le serveur de Stratfor, une entreprise privée chargée de recueillir et analyser l'information et de vol de données depuis les courriels de ses employés. Ces données sont disponibles actuellement sur le site de WikiLeaks. Les autorités ont refusé de libérer Hammond sous caution, et son procès se déroule très lentement.

Le hacker AntiSec, connu sous le pseudonyme Neuron, a récemment plaidé coupable à la suite de l'attaque contre les serveurs de Sony en 2011. Il attend le verdict. Il y a aussi d’autres cas d’inculpation, notamment concernant LulzSec et une autre équipe de hackers qui s’appelle CabinCrew, mais je ne sais rien d’eux. T



John Robles La voix de la Russie
NP le nouveau paradigme

Commenter cet article

lasorciererouge 09/11/2012 20:01



Assange : Obama est « un loup déguisé en mouton »


 


 


Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks,
ne ​​voit aucune raison de célébrer
la réélection
du président
américain
Barack Obama. Les États-Unis
ont agressivement poursuivi et attaqué le site lanceur d’alerte, sous une administration se présentant être comme démocratique, a-t-il expliqué.



« Obama semble être un homme bien, et c’est précisément le problème », dit l’homme de 41 ans depuis sa chambre dans l’ambassade de l’Équateur à Londres.


« Il est préférable d’avoir un
mouton déguisé en loup, qu’un loup déguisé en mouton. » dit-il. « Toutes les activités de lutte contre WikiLeaks par les États-Unis ont eu lieu sous l’administration Obama. »


Assange était tout aussi critique
du parti républicain, affirmant qu’il « n’a pas été une force efficace de retenue face aux excès du gouvernement au cours des quatre dernières années. »


« Il n’y a aucune raison de croire
que cela va changer – en fait, les républicains vont pousser à ce que l’administration fasse toujours plus d’excès », a-t-il ajouté.


Le fondateur de WikiLeaks était
enroué, mais a refusé de commenter son état de santé. Le mois dernier, l’Équateur a déclaré qu’une réunion avait été organisée avec les autorités britanniques pour discuter des problèmes de
pertes de poids et de vision dont souffre Julian Assange.


 





 


Assange a demandé l’asile à l’ambassade en Juin dernier pour échapper à l’extradition vers la Suède qui désire l’interroger sur des
accusations de crimes sexuels. Il nie les
accusations, et estime que s’il est extradé, il sera ensuite envoyé aux États-Unis, qui le considère comme un ennemi de l’État, où il serait alors passible de poursuites et, éventuellement, de la
peine de mort.


WikiLeaks a irrité Washington en 2010 en publiant des centaines de milliers de documents américains classifiés sur les guerres en
Irak et en Afghanistan, ainsi que des câbles diplomatiques des ambassades américaines dans le monde entier. Washington a riposté en obligeant certaines entreprises à couper les sources de
financement de WikiLeaks.




Nous sommes sociaux !

Articles récents