Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


FUKUSHIMA : FRACASSANTES REVELATIONS DU JOURNALISTE SUZUKI TOMOHIKO

Publié par Dav sur 25 Décembre 2011, 19:00pm

Catégories : #Environnement

 

Fukushima : Fracassantes révélations du journaliste Suzuki Tomohiko

 

Depuis quelques années déjà à Tokyo sont vendus dans le célèbre quartier de Akihabara dédié à l'informatique, aux bandes-dessinées (manga) et aux gadgets en tout genre, des masques à gaz factices, décision quasi-visionnaire du fabricant de ce jouet à l'aspect des plus sérieux mais qui annonce la couleur d'entrée de jeu : "Ce masque à gaz ne protège pas des gaz".

A ce scrupule près, ce masque à gaz -ou ANP pour les puristes- qui se présente comme une protection contre des risques mortels, mais qui n'en est pas une nous apparaît être l'allégorie-même de ce qui semble se passer du côté de Fukushima, ville du Japon connue pour ses centrales atomiques sinistrées depuis le 11 mars 2011.

Et de fait, c'est une petite bombe qu'a lancé le courageux -pour ne pas dire l'héroïque- Suzuki Tomohiko, journaliste indépendant japonais, en donnant sa conférence au Club de la Presse Étrangère de Tokyo, cercle officiel regroupant la crème des correspondants étrangers résidant au Japon, ce 15 décembre 2011.

Il y a révélé que s'étant fait engager comme "ouvrier" sur le site des centrales radioactives de l'entreprise Tepco, l'essentiel de ce qui a largement été présenté aux Japonais et aux observateurs étrangers comme une entreprise de réparation/décontamination à grande échelle où prévaudrait l'entraide, le sentiment de devoir et d'abnégation, l'union nationale et la transcendance des intérêts particuliers, n'était en fait qu'une farce, de la poudre aux yeux.

Du bricolage dans les grandes largeurs, des opérations cosmétiques, des gesticulations pour la galerie. Le journaliste enquêteur qui vient d'ailleurs de publier un pavé intitulé "Les Yakuza et le Nucléaire" aura répondu sans langue de bois à toutes les questions, photos à l'appui prises par ses soins grâce à une montre-appareil-photo lui permettant d'appuyer ses dires par des éléments visuels, histoire qu'on ne lui oppose pas de facile déni de principe : tout est argumenté, justifié, prouvé.

Du coup, il a bonne mine, le Premier ministre Noda en annonçant à grands roulements de tambours que la situation est désormais sous contrôle, et même à l'en croire, un peu en avance par rapport à ce que l'on avait prévu... Naïveté ou duplicité ?

Car hélas pour lui, entre temps, Suzuki Tomohiko a parlé, et exposé la vérité nue et déjà nombreux sont ceux qui -chat échaudé craint l'eau froide- doutent de paroles bien trop rassurantes.

A force de lénifier depuis le début de la crise, de passer la pommade encore et encore, on a fini par attaquer la peau, et de fait, de nombreux Japonais sont désormais des écorchés vifs qui refusent de s'en laisser compter davantage.

Or il est notable que si Suzuki Tomohiko s'est ainsi adressé en désespoir de cause à la presse étrangère (comme l'a également fait avant-hier l'acteur anti-nucléaire Yamamoto Taro, déjà professionnellement victime de son engagement) c'est pour l'inquiétante raison que la presse nippone dans son ensemble a préféré faire la sourde oreille, et ne pas donner écho à ses découvertes, il est vrai fort dérangeantes pour beaucoup de monde.

Mais gardons-nous de trop vite lui jeter la pierre, à cette presse convenue, sinon complice.

Car cela fait déjà quatre jours que la conférence de presse a été donnée par T. Suzuki, en japonais traduite en anglais devant un parterre de journalistes internationaux (les Allemands s'étant même illustrés par de nombreuses questions fort pertinentes) parmi lesquels ne pouvaient pas ne pas se trouver quelques représentants français, de l'AFP ou autre.

Or à ce jour, pas un seul, pas le moindre entrefilet sur le sujet n'est paru dans la presse hexagonale. Qu'en penser ?

Alors, c'est bien beau de parler de la liberté d'expression et de la liberté de la presse, si c'est pour n'en rien faire, ou aussi grave, pour éventuellement se croire libre de choisir à sa fantaisie de parler de telle futilité et de passer sous silence telle gravité.

On a cru bon ces jours-ci par exemple de rapporter au citoyen français que 20 000 ruraux chinois s'étaient faits exproprier et demandaient une meilleure indemnisation de la part de leur état.

Fait secondaire, ponctuel, microscopique à l'échelle du pays (20 000 / 1 300 000 000 !) et sans répercussion hors-même de l'échelon provincial, quand, dans le même temps, on a ignoré ou feint d'ignorer l'état réel de ce qui se passe à Fukushima (à lire ABSOLUMENT) dont les conséquences sont énormes à l'échelle du Japon -humainement, économiquement, industriellement- et potentiellement significatives sur l'écosystème mondial dans le long terme. Voilà qui impose réflexion.

 

Remarque : si la grande presse continue de ne pas faire son travail, qu'elle ne s'étonne pas de perdre chaque jour des lecteurs/téléspectateurs et de se voir débordée par des gratuits, des sites d'information citoyens (comme celui-ci), des indépendants qui acceptent, eux, de relever de plus en plus souvent gratuitement le flambeau de Pierre Lazareff (hommage en passant au grand homme de presse, tristesse pour son cher France-Soir désormais disparu des kiosques).

En tout cas, presque une semaine après cette conférence de presse fort éclairante, la presse japonaise commence enfin à s'intéresser aux informations fort étayées de Suzuki Tomohiko.

La presse anglophone était sur le coup dès le départ, la presse tricolore est, elle, toujours aux abonnés absents en ce mercredi 21 décembre 2011.

 

 

 

Cartus-Beton

citizenside.com

B-calendrier-maya-completDav  "2012 un nouveau paradigme"

Commenter cet article

lasorciererouge 15/07/2012 21:13


11 juin 2012Dossier "bombe"


REVELATION FUKUSHIMA
UN PERFIDE MEGA ATTENTAT





Le journaliste indépendant Jim Stone présente des preuves convaincantes que l’histoire officielle qu’on nous a raconté, concernant la
catastrophe, est une dissimulation bidon pour une attaque concertée contre le Japon, peut-être pour son offre d’enrichir de l’uranium pour l’Iran. Le Japon n’a pas été frappé par un séisme de 9,0. Un rapport revendique qu’un false flag d’armement nucléaire a en fait détruit Fukushima.
Nous avons choisi de publier une traduction de cet article de Natural News dans le but principal de remettre en question la version officielle relayée par la presse
mondialiste, en plus de démontrer la pertinence du raisonnement qui suit.


(dimanche 12 juin 2011, par: Ethan A. Huff, staff writer)


UN REEL SEISME FORCE 9 AURAIT NIVELE LE PAYS TOUT ENTIER


Considérons d’abord l’impact massif d’un véritable séisme de magnitude 9 qui aurait été environ 1000 fois plus puissant que le séisme de magnitude 6,8 de
Hanshin en 1995 qui a détruit une grande partie de la ville de Kobe, située à environ 12,5 miles de l’épicentre, et qui a tué plus de 6400 personnes. Si le tremblement de terre
du 11 mars au Japon avait été en fait de magnitude 9, il aurait tout dévasté dans un rayon de 1 000 miles à partir de l’épicentre – et pourtant la ville de Sendai, par exemple, qui n’est
qu’à environ 48 miles de l’épicentre, n’a subi pratiquement aucun dégât. D’après l’étude de Stone, la dimension du tremblement de terre qui a frappé au large des côtes du Japon avait seulement
une magnitude de 6,67, selon certaines lectures.

Et qu’en est-il de la mystérieuse explosion du réacteur 4, qui s’est produite en dépit du fait que le réacteur avait été vidé de son carburant, et était soi-disant non
opérationnel ? Même dans le pire scénario où ses barres combustibles auraient complètement fondues, le type d’explosion qui suivrait ne serait pas capable de littéralement désintégrer les épais
murs de béton du réacteur 4, ce qui s’est produit Et le réacteur a été si endommagé par cette explosion qu’on s’attendait à ce qu’il s’effondre littéralement.
Donc qu’est-ce qui a causé ces explosions massives dans les réacteurs 3 et 4 ? Selon Stone, un armement nucléaire a été utilisé pour démolir de
force ces structures.
Magna BSP, une entreprise de sécurité, a installé « des caméras de sécurité » massives à l’intérieur des réacteurs avant la catastrophe. Les caméras pesaient plus de
1000 livres (500kg), et semblaient étrangement similaires à des armes à uranium du type des bombes atomiques


http://www.jimstonefreelance.com/containment.jpg


Lorsque vous mettez tout ça ensemble, il semble que des armes nucléaires déguisées en caméra de sécurité pourraient avoir été utilisées pour faire exploser les
réacteurs de Fukushima.Peut-être que c’est ce qui explique le black-out de l’information sur le réacteur 4 qui s’est produit dans les jours
suivant la catastrophe ?


http://www.naturalnews.com/031758_Fukushima_nuclear_reactor.html


Ajoutez au mélange un tsunami induit par des armes nucléaires et le tremblement de terre correspondant, et vous avez le bouc émissaire idéal pour prendre délibérément
pour cible une installation nucléaire et en attribuer la responsabilité à des causes naturelles.



L'ANALYSE CRITIQUE DES FAITS COLLE VRAIMENT
A LA THEORIE DU COMPLOT


La Résolution sur l'environnement, la sécurité et la politique étrangère de l’Union européenne, a été publié le 14 janvier 1999. Ce rapport, qui décrit différents types
de menaces d'armes, contient une section intitulée « HAARP – Un système d'armement modifiant le climat. » Ce document explique que HAARP « est conduit conjointement
par l'armée de l'air et la marine de guerre de Zunie [et par l'Institut de géophysique de l'université d'Alaska à Fairbanks], » et que l'un de ses objectifs est de « réchauffer
des parties de l'ionosphère au moyen d'ondes radio puissantes. » Il indique également les détails suivants :« HAARP peut avoir de multiples
applications. La manipulation des particularités électriques de l'atmosphère permet de contrôler des énergies gigantesques. Utilisée à des fins militaires contre un ennemi, cette technique peut
avoir des conséquences terribles. HAARP permet d'envoyer à un endroit déterminé des millions de fois plus d'énergie que tout autre émetteur traditionnel. L'énergie peut aussi être dirigée contre
un objectif mobile, notamment contre des missiles ennemis.Plus tard, les références à HAARP le décrivent comme « un sujet d’inquiétude
mondiale, » et soulignent que la plupart des gens ne savent même pas qu’il existe. Évidemment, cela a été écrit il y a plus de dix ans – et pourtant rien n'a vraiment changé depuis,
en dépit de plusieurs efforts visant à rendre HAARP plus transparent. Seulement, si HAARP aide vraiment à induire quelques unes des catastrophes d’apparence naturelle qui se produisent dans le
monde, il ne surprendra guère que ce dessein soit toujours gardé essentiellement secret.Benjamin Fulford a publié à l’époque un article difficile à propager, même dans les médias alternatifs, sur l’origine du séisme et du tsunami. De mémoire,
il a écrit qu'on avait fait exploser des bombes atomiques sur la ligne de faille pour déclencher le séisme. La direction de propagation du tsunami, uniquement vers le Japon, tendait à démontrer
ce fait (il est vrai qu’il est assez curieux que la vague n’ait pas été aussi haute dans toutes les directions). Selon Fulford, la cause de tout ça serait que la grande finance, les
"asnamouss" suprêmes (Gurdjieff qualifie ainsi ceux qui fabriquent les modes), sont ruinés et voulaient intégrer par le chantage le Japon dans le système bancaire mondial, contrôlé par la BRI si
je me souviens bien, pour le faire raquer. Toujours selon Fulford, à la suite du cataclysme, le Japon se serait intégré au système bancaire international (c’est à
vérifier).


STUXNET NE SABOTE PAS QUE
DES INSTALLATIONS IRANIENNES

Nesmet 26/12/2011 15:03


J'ai regardé un film, l'autre jour :"contamination".


C'est la première fois que je voyais traité le sujet des infos alternatives du net. On y voit le représentant d'un blog se saisir d'une affaire de virus. Il informe ses lecteurs que cette
contamination est voulue et que le vaccin va rapporter beaucoup à certaines mulitinationnales.


Dans le même temps, on voit se débattre le personnel d'état, à un haut niveau pour "sauver des vies".


Le film se termine sur l'arrestation du blogueur malhonnête et menteur, voir un peu timbré et sur la grandeur des hommes qui sont à la tête de structures d'état...


C'était assez étrange comme effet : le vrai était mélangé avec le faux. Par exemple, le blogueur lance à un moment à une journaliste qui ne veut pas le publier : "de toute façon, les médias
papiers sont foutus !"...et puis le discours d'un officiel qui représente je ne sais plus qu'elle firme réelle (celle qui voulait à toute force nous vendre ce vaccin anti VH en nous faisant peur)
: "nous préférons être ceux qui en avons trop fait à l'époque plutôt que le contraire". Ils arrivent à se disculper à tavers un film !!! Qui a écrit les dialogues ?!


Bref, nous vivons une étarnge époque ou il est parfaitement avéré que les journaux officiels ne font plus leur job......d'ailleurs, l'ont-ils fait un jour ?


 

Nous sommes sociaux !

Articles récents