Le Nouveau Paradigme

Le Nouveau Paradigme

Commencer à penser par soi même c'est déjà faire partie de la solution


Fukushima: les radiations sont dix fois supèrieures à la totalité des essais nucléaires réunis!

Publié par David Jarry - Webmaster sur 23 Décembre 2013, 07:16am

Catégories : #Environnement

 

 

Dire que la situation est grave serait fortement sous-estimer la réalité annoncée par cet article du site Zerohedge qui n’est pas réputé pour balancer des infos à la légère. Le mensonge est total, le danger également!

 

PacificCurrentsIl n’y avait pas de base quand au césium radioactif (au niveau des mesures) avant que les essais nucléaires hors- sol et les accidents nucléaires aient commencé.

 

Wikipedia donne quelques détails sur la répartition du césium-137 en raison des activités humaines:

De petites quantités de césium-134 et césium-137 ont été libérées dans l’environnement avec les essais d’armes nucléaires et les accidents nucléaires, notamment la catastrophe de Tchernobyl.

***

Le césium-137 est unique du fait qu’il est totalement d’origine anthropique. Contrairement à la plupart des autres radio-isotopes, le césium-137 n’est pas produit à partir de son isotope non radioactif, mais à partir d’uranium. Cela ne se produisait pas dans la nature avant le début des essais d’armes nucléaires. En observant les rayons gamma émis par les caractéristiques de cet isotope, il est possible de déterminer si le contenu d’un récipient scellé a été créé avant ou après l’apparition des explosions atomiques. Cette procédure a été utilisée par les chercheurs pour vérifier l’authenticité de certains vins rares, et plus particulièrement les « bouteilles de Jefferson » supposées.

 

Comme le notent les APE (Agences de Protection de l’Environnement aux États-Unis):

Le césium-133 est l’unique isotope existant à l’état naturel et est non-radioactifs, tous les autres isotopes, y compris le césium-137, sont produits par l’activité humaine.

 

Ce que les gens appellent «rayonnement» est réellement la quantité de rayonnement déposé dans l’environnement au cours des 100 dernières années avec les essais et les accidents nucléaires (ainsi que les substances d’origines naturelles comme le radon).

2053 essais nucléaires ont eu lieu entre 1945 et 1998:

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Les essais nucléaires hors-sol – qui ont causé de nombreux cancers aux  » downwinds  » (ceux qui ont été exposés aux vents)- ont été couverts par les gouvernements américain et français parmi d’autres depuis des décennies. Voir ici , ici , ici , ici , ici , et ici.

Mais la quantité de rayonnement émis par Fukushima éclipse la quantité libérée par les essais nucléaires.

Comme le note l’ingénieur nucléaire et ancien exécutif nucléaire Arnie Gundersen, la vague de césium radioactif de Fukushima qui va frapper la côte ouest de l’Amérique du Nord sera 10 fois plus grande que des essais nucléaires (à partir de 55:00).

Ce graphique de Woods Hole dans le Massachusetts – l’une des meilleures institutions océanographique du monde – montre combien de césium en plus a été déversé dans la mer au large de Fukushima au Japon par rapport aux essais nucléaires en plus de Tchernobyl :

 

WHOI-Cesium

 

(Et le rayonnement de Fukushima est arrivé sur la côte ouest beaucoup plus tôt que prévu .)

Le gouvernement canadien a confirmé en Octobre que le rayonnement de Fukushima dépassera « des niveaux plus élevés que les retombées radioactives maximale » des essais nucléaires.

La ligne suivie par les gouvernements japonais, canadiens et américains est d’expliquer que ce sont des niveaux sûrs de radiations. Étant donné que ces pays ont essayé d’ interdire le journalisme d’investigation et ont essayé de couvrir le champ d’application de la catastrophe de Fukushima , les gens peuvent vouloir enquêter par eux-mêmes .

Par exemple, Gundersen note que le gouvernement américain a volé en hélicoptère avec un équipement spécial dédié aux tests de rayonnement 90 jours après que l’effondrement de Fukushima se soit produit. Le gouvernement a expliqué qu’il ne faisait qu’une mesure de routine pour le « rayonnement de fond », et qu’il a réellement mesuré la quantité de «particules chaudes» dans la région de Seattle (à partir de 27:00). Les particules chaudes sont inhalées et deviennent très dangereuses. Le gouvernement a alors couvert les résultats sur la base de la «sécurité nationale».

Comme le ministère de la Santé Washington a noté à l’époque:

Un vol en hélicoptère au dessus des zones urbaines des comtés de King et Pierce réuniront des lectures radiologiques pour le 28 Juillet 11. [Seattle est dans le comté de King.]

**

Certaines de ces données n’ont pas été rendues publiques pour des raisons de sécurité nationale.

De même, le Department of Homeland Security et la National Nuclear Security Administration a envoyé des hélicoptères voler à basse altitude au-dessus de la baie de San Francisco en 2012 pour tester le rayonnement . Les résultats n’ont pas été publiés.

En effet, les résidents de Seattle respiraient 5 particules chaudes par jour en Avril 2011 … Cela représente 50% de ce que les habitants de Tokyo ont eut au niveau de la respiration à l’époque:

 

(La vidéo est de Juin 2011.)

Après tout, les réacteurs de Fukushima ont littéralement explosé … et ont éjecté les revêtement des réacteurs et des particules de combustible . Et voir ici.

Gundersen explique que les compteurs Geiger ne mesurent pas les particules chaudes. À moins que le gouvernement ou les scientifiques du nucléaire ne mesurent et partagent leurs données, nous sommes dans le noir quant à ce qui se passe réellement.

Source: Zerohedge

Traduction: Les moutons enragés

 

Cet article nous parle des mensonges de la part de gouvernements quand aux retombées des essais nucléaires, cela tombe bien, des informations détaillées sont disponibles sur le sujet:

L’article original en anglais est un « pavé » long mais détaillé,extrêmement intéressant car il revient sur plusieurs événements nucléaires ainsi que sur leurs impacts qui systématiquement, ont été soit niés, soit minimisés, pour que nous élevions pas contre cette « énergie propre » qui est justifiée par la création d’armes atomiques, et juste cela! Quand au reste… Si une alternative pouvait rapporter plus d’argent, elle aurait remplacé les centrales depuis longtemps déjà…  Maintenant, l’article en lui-même détaille le déni généralisé et bien entretenu, mais ne concerne pas l’impact environnemental, ni ne parle des conséquences à long terme comme la fissuration de la croute terrestre avec les multiples essais à Mururoa pour ne citer que cet exemple…

 

Nuclear_Reactor_by_goran_d

 

Les révélations récentes de tonnes d’ eau radioactive des réacteurs endommagés de Fukushima déversées dans l’océan sont juste la dernière preuve de l’incompétence continue de l’électricien japonais TEPCO. L’annonce comme quoi le gouvernement japonais va intervenir n’est pas non plus rassurante puisque c’est le gouvernement japonais qui a échoué à réguler quoi que ce soit depuis des décennies. Mais, aussi mauvaise soit-elle, la contamination actuelle de l’océan devrait être le moindre de nos soucis. Les poisons radioactifs sont attendus pour former un panache qui sera transporté par les courants vers la côte de l’Amérique du Nord, mais les effets seront faibles, se rajoutant simplement à notre rayonnement de fond. La nage des poissons à travers le panache sera également affectée, mais on ne peut éviter de les manger.

Beaucoup plus grave, le danger représenté par des barres de combustible usée qui peuvent s’effondrer dans la piscine du réacteur N°4 dévasté, cela dans une tempête ou un tremblement de terre, ou dans une vaine tentative pour retirer soigneusement chacune des 1.535 tiges en toute sécurité qui seront transportées à la zone de stockage à 50 mètres. Les conditions font que la piscine de l’unité 4, à 100 pieds du sol (30,48 mètres), sont dangereuses, et si deux tiges se touche, cela pourrait provoquer une réaction nucléaire qui serait incontrôlable. Le rayonnement émis par toutes ces tiges, si elles ne sont pas toujours refroidies et conservées séparément, exigerait l’évacuation des zones environnantes, y compris Tokyo. En raison de la radiation sur le site, les 6,375 tiges dans la piscine de stockage commune ne peuvent être refroidies en permanence; et si fission il doit y avoir, toute l’humanité serait menacée, pour des milliers d’années.

 

Fukushima n’est que le dernier épisode d’une dangereuse danse avec la radiothérapie qui dure depuis 68 ans. Depuis le bombardement atomique d’Hiroshima et de Nagasaki en 1945, nous avons laissé à plusieurs reprises du plutonium en vrac et d’autres substances radioactives sur notre planète, et les autorités ont toujours nié ou banalisé leurs dangers. Les autorités sont notamment les gouvernements nationaux (États-Unis, le Japon, l’Union soviétique / Russie, l’Angleterre, la France et l’Allemagne), l’industrie de l’énergie nucléaire dans le monde, et certains scientifiques à la fois dans et en dehors de ces gouvernements et l’industrie de l’énergie nucléaire. Les dénégations et la banalisation ont continué à Fukushima. (la documentation sur les observations suivantes peut être trouvée dans le « Bulletin of the Atomic Scientists« , sur lequel cet article est basé.) (Perrow 2013)

En 1945, peu de temps après le bombardement de deux villes japonaises, le New York Times titrait: «Dangers Nagasaki Survey Rules Out Nagasaki Dangers », peu après la catastrophe de Fukushima 2011, on a pu lire « les experts prévoient impact non détectable sur ​les niveaux de radiation de Fukushima. » Entre ces deux nous avions des experts nous rassurer sur les essais nucléaires de la bombe, des catastrophes de réacteurs au plutonium de Windscale au nord de l’Angleterre et de Tcheliabinsk, dans l’Oural, ainsi que pour les accidents des centrales nucléaires de Three Mile Island aux États-Unis et de Tchernobyl…

 

Initialement, le gouvernement américain a nié le danger des radiations de faible niveau vécu par des milliers de japonais dans et à proximité des deux villes. En 1953, la nouvelle Commission de l’énergie atomique a insisté pour que l’exposition à faible niveau de radiation « puisse être considérée comme n’apportant aucun changement physique détectable. » Des biologistes et autres scientifiques ont refusé de prendre part à cela , et un rapport de 1956 par l’Académie nationale des scientifiques sur l’examen des données en provenance du Japon et de résidents des îles Marshall exposées aux retombées des essais nucléaires, établi avec succès que tout le rayonnement était nuisible. La Commission de l’énergie atomique a alors favorisé une approche statistique qui minimise le danger sur les populations: le dommage serait si faible qu’il ne serait guère décelable dans une large population et pourrait être dû à un certain nombre d’autres causes. Néanmoins, la Fondation de recherche sur le rayonnement a  détecté 1.900 décès en trop chez les Japonais exposés aux deux bombes. (Le Department of Homeland Security estime qu’il n’y a eut que 430 décès par cancer).

 

Outre le tollé sur les retombées à travers le monde lors des essais d’armes nucléaires, un autre problème avec la fission nucléaire est vite apparu: un incendie dans une usine britannique créant du plutonium pour les armes nucléaires a rejeté des matières radioactives qui se sont étalées sur une grande surface de Cumbria, entraînant environ 240 décès par cancer prématurés, même si le lien est encore contestée. L’événement n’a pas été rendu public et aucune évacuation n’a été ordonnée. Également tenu secret depuis plus de 25 ans, ce qui fut une plus grande explosion et un incendie de grande ampleur, l’usine de transformation des armes nucléaires dans l’usine de Tcheliabinsk dans les montagnes de l’Oural orientales de l’Union soviétique. Selon une estimation, 272.000 personnes ont été irradiées, les lacs et les cours d’eau ont été contaminés; 7.500 personnes ont été évacuées, et certaines zones sont encore inhabitables. La CIA a immédiatement eut nombre d’informations, mais eux aussi gardé le secret. Si une usine de plutonium pouvait faire autant de dégâts, ce serait un argument de poids pour ne pas construire des armes nucléaires.

 

Des arguments puissants étaient nécessaires, en raison des retombées de bombes et de tests. L’utilisation pacifique est devenu le mantra. Le projet Plowshares, initié en 1958, est à l’origine de 27 « explosions nucléaires pacifiques » à partir de 1961 jusqu’à ce que les coûts ainsi que la pression du public qui ne furent pas prévus, aient pour conséquence de faire clore le programme en 1975. Le président de la Commission de l’énergie atomique a indiqué être en étroite relation avec Plowshares face à l’opposition croissante vis-à-vis des armes nucléaires, en disant que pour les applications pacifiques d’explosifs nucléaires, il faudrait «créer un climat plus favorable au développement et des tests des armes vis-à-vis de l’opinion mondiale» (souligné dans l’original). Un responsable du Pentagone a été tout aussi brutale, en disant en 1953, « La bombe atomique ne sera acceptée beaucoup plus facilement que si dans le même temps l’énergie atomique est utilisée à des fins constructives. » Le procès-verbal d’un Conseil de sécurité nationale en 1953 parlait de détruire le tabou associé aux armes nucléaires et à « dissiper » le sentiment que nous ne pouvions pas utiliser une bombe.

 

Plus utile que les explosions nucléaires pacifiques: les centrales nucléaires qui produisent du plutonium nécessaire à l’arme atomique. Tout commença pour cela avec l’accident en 1979 de la centrale de Three Mile Island. Les augmentations de cancer ont été constatées mais une étude de l’Université de Columbia a déclaré que le niveau de rayonnement à partir de TMI était trop faible pour les avoir causé, et l’hypothèse du «stress» fait sa première apparition comme l’explication de la hausse du cancer. Une autre étude universitaire contestée, expliquait que le rayonnement a causé l’augmentation, et depuis le statut de victime a été créé, un juge fédéral a statué qu’il s’agissait avant tout d’un mal ayant comme cause le stress. Une troisième étude plus vaste considère comme «légère» l’augmentation de la mortalité du cancer du sein et l’augmentation des risques avec d’autres cancers, mais n’a trouvé «aucune preuve cohérente» d’un «impact significatif». En effet, il serait difficile de trouver un tel impact quand tant d’autres choses peuvent causer le cancer, et cette maladie est si répandue. En effet, puisque le stress peut le provoquer, il y a suffisamment d’ambiguïtés qui peuvent être mobilisée pour défendre les centrales nucléaires.

 

Cette ‘ambiguïté a été utilisée par l’Union soviétique après la catastrophe de Tchernobyl en 1987. Des études médicales par des chercheurs russes ont été supprimées, et les médecins ont dit de ne pas utiliser la désignation de leucémie dans les rapports sur la santé. Même après quelques années, aucune étude n’a véritablement établi que les radiations étaient fortes. L’Union soviétique a soutenu avec force que cas de cancers dans les zones touchées étaient dues non seulement au stress, mais également aux changements de mode de vie. L’Association internationale de l’énergie atomique (AIEA), chargé à la fois de la promotion de l’énergie nucléaire et ayant pour but de la rendre plus sûre, a convenu, et a mentionné des origines du cancer telles que l’obésité, le tabagisme, et même des relations sexuelles non protégées, en faisant valoir que la population concernée ne doit pas être considéré comme «victimes» mais comme des «survivants». Le nombre de décès prématurés a varié considérablement, allant de 4000 dans les zones contaminées d’Ukraine, du Bélarus et de la Russie suivant des agences de l’ONU, alors que Greenpeace estime le nombre à 200.000. Nous avons également l’estimation controversée de 985.000 venant du monde scientifique russe ayant accès à des milliers de publications en provenance des régions touchées.

 

Même lorsque les centrales nucléaires fonctionnent normalement, elles sont censées libérer une partie du rayonnement, mais si celui-ci est suffisamment minime pour être inoffensif. De nombreuses études ont contesté cela. Lorsque huit centrales nucléaires américaines aux États-Unis ont été fermées en 1987, ils ont profité de l’occasion pour réaliser un essai sur le terrain. Deux ans plus tard, les niveaux de strontium-90 dans le lait local ont fortement baissé, de même que des malformations congénitales et les taux de mortalité des nourrissons dans les 40 miles (64Km environ) des réacteurs. Une étude de 2007 de l’ensemble des centrales nucléaires allemandes a permis de constater que le nombre de leucémies infantiles pour les enfants résidant à moins de 3 miles allait du simple au double, mais les chercheurs ont conclu que les réacteurs ne pouvaient pas causer cela car leurs niveaux de rayonnement étaient trop bas. Des résultats similaires ont été trouvés lors d’une étude française, avec une conclusion similaire, il se pourrait que cela ne soit pas dû à un rayonnement de faible niveau, mais ils n’avaient pas d’autre explication. Une méta-étude publiée en 2007 sur 136 sites de réacteurs dans sept pays, a été étendue pour inclure les enfants jusqu’à 9 ans, le nombre de cas de leucémies trouvé augmente de 14 pour cent à 21 pour cent chez les enfants.

 

Les études épidémiologiques des enfants et des adultes vivant près de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi seront confrontées aux mêmes obstacles que les études antérieures. Environ 40 pour cent de la population vieillissante du Japon va mourir d’une forme de cancer, comment peut-on être sûr qu’il n’a pas été causé par une des multiples autres causes? Il aura fallu des décennies pour que les effets des bombes atomiques et de Tchernobyl puissent  être clairement associées au mot «cancer». Presque tous les scientifiques s’accordent à dire que finalement les effets des doses sont linéaires, et tout rayonnement ajouté au rayonnement de fond naturel, même à de faibles niveaux, est nuisible. Mais comment nuisible?

Des professeurs d’université ont déclaré que les effets sanitaires de Fukushima qui sont « négligeables » ne provoquera à peu prêt aucun décès, et que la plupart des dommages étaient « psychologique. »  Vaste et coûteux suivi des citoyens de la région de Fukushima, suivant les propos des experts, cela n’en vaut pas la peine. Il existe un doute un lien direct ne sera jamais définitivement acquise, dit un expert. Le chef du Conseil national américain sur la radioprotection et mesures, a déclaré: « Il n’y a aucune possibilité de mener des études épidémiologiques qui ont quelque chance de succès …. Les doses sont trop faibles. » Nous avons entendu cela en 1945, à TMI, à Tchernobyl (sic…)

 

Sans surprise, un groupe de commerce de l’énergie nucléaire a annoncé peu de temps après l’effondrement de Fukushima (la crise a commencé avec le tremblement de terre, bien avant le tsunami) en mars 2011, qu’«aucun effets sur la santé n’est attendu » à la suite des événements. Les agences de l’ONU sont d’accord avec eux ainsi que l’US Council. La principale organisation des Nations unies sur les effets des rayonnements conclu que « L’exposition aux radiations après l’accident nucléaire de Fukushima-Daiichi ne provoque pas d’effets immédiats sur la santé. L’Organisation mondiale de la Santé a déclaré que tandis que les gens aux États-Unis reçoivent 6,5 millisieverts environ par an, y compris avec le rayonnement de fond et les procédures médicales (radio, scanner, etc…), seules deux communautés japonaises avaient des taux de dose réelles de 10 à 50 millisieverts, un peu plus que la normale.

 

Toutefois, d’autres données contredisent les agences de l’OMS ainsi que certaines de l’ONU. Le ministère de la science et la technologie japonais (MEXT) a indiqué qu’un enfant dans une collectivité aurait une exposition 100 fois supérieure à la radioactivité naturelle au Japon, plutôt que d’un niveau légèrement supérieur à la normale comme cela est soutenu par certains. Un hôpital a rapporté que plus de la moitié des 527 enfants examinés six mois après la catastrophe avaient une exposition interne au césium-137, un isotope qui présente de grands risques pour la santé humaine. Un institut de radioprotection française trouve des débits de dose ambiantes de 20 à 40 fois supérieure à celle du rayonnement de fond et dans les zones les plus contaminées, les taux étaient encore de 10 fois les doses élevées. Des experts non associés à l’industrie nucléaire ou aux agences de l’ONU, ont actuellement estimé le nombre de décès par cancer entre 1.000 et 3.000. Près de deux ans après la catastrophe, l’OMS soutient encore que toute augmentation de la maladie chez l’homme « est susceptible de rester en dessous des niveaux détectables. » (Il est à noter que l’OMS ne publie toujours de rapports sur les impacts de rayonnement en consultation avec l’Agence internationale de l’énergie atomique).

 

En Mars 2013, la Préfecture qui enquête sur la gestion de la santé Fukushima, a transmis les résultats d’un rapport au sujet de l’examen de 133.000 enfants à l’aide de nouveaux équipements à ultrasons très sensible. L’enquête a révélé que 41 pour cent des enfants examinés avaient des kystes d’une taille pouvant atteindre 2 centimètres et créant un amalgame mesurant jusqu’à 5 millimètres sur leurs glandes thyroïde, probablement à partir de l’iode radioactif inhalé et ingéré. Cependant, comme on pouvait s’y attendre de notre chronique, l’enquête n’a trouvé aucune raison de s’alarmer car les kystes et les morceaux étaient trop fragiles pour justifier un examen plus approfondi. Le ministère de la Défense a également procédé à un examen échographique des enfants de trois autres préfectures éloignées de Fukushima, et a trouvé des pourcentages peu élevés de petits kystes, ajoutant à l’argument que le rayonnement n’était pas la cause. Sic…

 

Le refus que Fukushima puisse avoir un impact important sur la santé fait écho aux dénégations au sujet des effets de la bombe atomique en 1945, au secret qui entoure Windscale et Chelyabinsk, aux études suggérant que les retombées de Three Mile Island étaient, en fait, sérieuses, et aux multiples démentis concernant Tchernobyl (que cela soit arrivé, que c’était grave, et que cela l’est encore).

 

En Juin 2013, selon un rapport publié dans The Japan Times, 12 des 175 499 enfants examinés avaient été testés positifs pour un éventuel cancer de la thyroïde, et 15 autres ont été jugés à risque élevé de développer la maladie. Pour une maladie qui est rare, c’est un grand nombre. Pendant ce temps, le gouvernement américain est encore en train de nous amener à ignorer la réalité du nucléaire. En juin 2012, le département de l’énergie américain a accordé 1,7 million de dollars à l’Institut de Technologie du Massachusetts pour répondre aux « difficultés à obtenir une large acceptation sociale » de l’énergie nucléaire.


Perrow, Charles.2013.« Déni nucléaire: De Hiroshima à Nagasaki. » Bulletin of Atomic Scientists 69 (5) :56-67.

Source originale en anglais: huffingtonpost.com

Trouvé grâce à aweb2u.free.fr

 

NP-le-nouveau-paradigme-copie-1

Commenter cet article

gwendal 24/12/2013 01:45


En fait, les centrales nucléaires de soi-disant production d'électricité (rendement minable...) n'existent QUE pour justifier et faire accepter le nucléaire militaire par les civils...


De plus, la fermeture des 2 centrales US ayant permi de constater que les taux de contamination du lait avaient ensuite baissé, prouve que cette contamination est réelle et permanente
pendant l'utilisation des centrales


Ca me fait penser à l'interdiction de vols de tous les avions après le 11 sept 2001 aux usa: tous les relevés de pollution avaient chuté à un niveau que personne n'aurait pensé ...ce qui prouve
aussi la contamination massive de l'aviation dans nos vie


De fait, c'est TOUTES LES SOURCES D'ENERGIE que nos sociétés utilisent qui sont HAUTEMENT NOCIVES pour l'humanité


Ca ne peut plus continuer comme ça! Les brevets d'énergies libres et propres et gratuites doivent être connus par tous tout de suite

Nous sommes sociaux !

Articles récents